mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: FemmesIran : Protester contre les pasdaran, c'est la raison de mon emprisonnement...

Iran : Protester contre les pasdaran, c’est la raison de mon emprisonnement – prisonnière politique

Iran : Protester contre les pasdaran, c'est la raison de mon emprisonnement - prisonnière politique

Golrokh Iraei, prisonnière politique incarcérée dans la prison d’Evine, a écrit une lettre la semaine dernière pour protester contre le transfert de son époux, Arash Sadeqi, à la prison de Rajai Shahr à Karaj.

Dans cette lettre, soulignant les propos désinvoltes du ministre des Affaires étrangères des mollahs, Mohammad Javad Zarif, qui avait affirmé que « tous les iraniens sont des Gardiens de la révolution (pasdaran), Golrokh Iraei a écrit : « Contrairement à ce qu’il pense, en tant qu’Iranienne ayant consacré sa quiétude, sa sécurité et sa sûreté à l’amélioration de la situation de mon pays, non seulement je ne suis pas une pasdaran, mais je suis emprisonnée à cause de mes protestations contre cette atmosphère d’oppression créée par les pasdaran dans la société iranienne. »

Dans sa lettre, Mme Iraei parle du défaut d’indépendance de l’administration carcérale et du traitement cruel infligé aux prisonniers politiques : « L’hostilité envers les prisonniers politiques est telle que les dossiers médicaux des prisonniers disparaissent généralement de leurs registres médicaux et les historiques de leurs maladies sont entièrement détruites. Ils nient complètement la maladie des prisonniers et empêchent leur transfert dans les hôpitaux et la poursuite du processus de traitement. Le manque de soins médicaux en temps opportun conduit en général à la chirurgie et à l’ablation des organes. »

Mme Iraei fustige les agents des prisons qui troublent en permanence et de diverses manières, la paix et la quiétude des militants politiques au sein du quartier des femmes.

Elle ajoute :
« Mon époux, Arash Sadeghi, a également été victime de la malveillance des autorités dans la prison d’Evine et il a été envoyé en exil parce qu’il ne s’est pas plié à leurs exigences funestes (…) Le montant du budget alloué à l’Organisation pénitentiaire a été réduit en raison de l’inclusion dans la liste des sanctions. Par conséquent, ils font peser la plupart de leurs déficits financiers et besoins sur les prisonniers. Sous n’importe quel prétexte, que ce soit au quartier des prisonniers ordinaires ou au quartier des prisonniers politiques, au lieu de répondre à leurs exigences, ils disent : « Nous n’avons pas de fonds », et les dons de charité aux prisonniers sont confisqués et utilisés pour les besoins personnels des agents pénitentiaires, et les dons en espèces et les cadeaux sont utilisés pour la construction et pour les réparations au sein de la prison… »

 

Signé : Golrokh Ebrahimi Iraei
Pavillon des femmes de la prison d’Evine
22 octobre 2017