vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsQue penser des récentes mises en garde des pasdaran contre l’OMPI en...

Que penser des récentes mises en garde des pasdaran contre l’OMPI en Iran ?

Que penser des récentes mises en garde des pasdaran contre l’OMPI en Iran ?

La fameuse Organisation des Renseignements des Gardiens de la Révolution (pasdaran) a publié une déclaration « significative » s’adressant au « peuple iranien » et mettant en garde contre toute coopération avec l’opposition iranienne, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI). Au milieu des protestations généralisées, cette déclaration a suscité moults spéculations.

« Si des communications suspectes sont établies avec vous, demandant des actions telles que mener des actions de sabotage, mettre le feu à des lieux, des panneaux et des symboles ou écrire des graffitis, prendre des photos et filmer des lieux militaires et religieux spécifiques, ou organiser des rassemblements et des manifestations et ainsi de suite, (sachez que) l’OMPI a établi ces communications. Par conséquent, informez l’unité de renseignement des pasdaran la plus proche ou le quartier général des informations de l’organisation de renseignement des pasdaran« , indique le communiqué.

Depuis le début du soulèvement national, les autorités ont exprimé leur crainte vis-à-vis de l’OMPI et de son impact sur la société.

« Hier, l’un de mes amis m’a raconté quelque chose qui m’a fait souffrir. Il a dit qu’il avait rencontré l’un de ces émeutiers dans la rue et lui avait demandé s’il détestait davantage la République islamique ou les hypocrites. Le type a répondu à mon ami : « D’abord, leur nom n’est pas les hypocrites. Ils s’appellent les Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI). Deuxièmement, qu’ont-ils fait de mal ?« , a rapporté le 5 novembre, la chaîne de télévision officielle Ofogh, citant Hossein Sazoor, un panégyriste affilié à l’État.

D’autres responsables, comme Esmail Khatib, ministre du Renseignement et de la Sécurité, ont reconnu que les protestations sont organisées et menées par des groupes bien organisés.

« Ces récentes émeutes avaient un complot compliqué, contrairement aux manifestations éparses du passé. De petits groupes étaient à l’origine de ces manifestations avec des actions opportunes et audacieuses. Ils étaient entièrement organisés et guidés. Il est intéressant de souligner qu’une fois la manifestation lancée, ces Unités quittaient immédiatement les lieux pour déclencher une autre émeute dans une autre zone« , a déclaré Khatib dans une interview accordée au site Web du Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, le 9 novembre.

Pendant de nombreuses années, la théocratie au pouvoir en Iran a tenté de dépeindre l’opposition iranienne comme un « groupe marginal » ne bénéficiant que d’un « soutien populaire limité, voire inexistant« . Cette campagne de diabolisation est allée de pair avec la répression brutale des partisans de l’OMPI, comme les exécutions de masse dans les années 1980.

Mais peu après les premières grandes manifestations en Iran en 2018, Khamenei a reconnu le rôle de l’OMPI dans l’organisation des manifestations contre le régime. Depuis lors, Khamenei et d’autres hauts responsables se mettent en garde contre le « danger » que représente l’OMPI. »

Avec la popularité croissante des applications de médias sociaux, la propagande unilatérale du régime théocratique a pris fin. Voyant la tendance croissante des jeunes à se rapprocher de l’OMPI et de son réseau d’Unités de Résistance, Téhéran a intensifié ses efforts sur les médias sociaux pour ternir l’image de l’OMPI.

Un rapport récent de la Résistance iranienne a dévoilé comment, depuis le début du soulèvement national, la machine de propagande de Téhéran s’est concentrée sur l’attaque contre l’OMPI, gaspillant les ressources du pays pour vilipender son alternative viable à la fois dans la réalité et sur les médias sociaux.

« Le régime des mollahs a également reconnu officiellement avoir déployé des dizaines de milliers de faux comptes sur les médias sociaux pour se déguiser en groupes ou individus dissidents, dénigrant la Résistance organisée et essayant de délégitimer ceux qui prônent réellement un changement de régime« , peut-on lire dans le rapport.

Si l’OMPI est effectivement un « groupe marginal » sans avenir, pourquoi Téhéran allouerait-il des ressources aussi importantes pour ternir son image ? En outre, si les Moudjahidine ne bénéficient pas d’un soutien populaire, qui accepterait d’exécuter leurs demandes par le biais d’un appel téléphonique ou d’un message sur les médias sociaux, surtout lorsque cela aurait de lourdes conséquences pour eux ?

Téhéran a une longue histoire d’échecs dans ses efforts pour lutter contre la popularité croissante de son alternative viable.

En 1981, le Guide Suprême de l’époque, Ruhollah Khomeini, a désespérément demandé aux gens d' »espionner » l’OMPI. S’appelant lui-même et son régime « l’Islam« , il a dit : « Lorsque l’Islam est en danger, vous devez le préserver même en mentant. Pour préserver l’État saint, vous êtes même autorisé à boire de l’alcool, et vous devez mentir. »

Khomeiny a finalement trouvé la solution en massacrant des dizaines de milliers de membres et de partisans de l’OMPI, comme en exécutant plus de 30 000 prisonniers politiques en quelques mois en 1988. Mais que pouvait faire Khamenei maintenant ?

Publier une déclaration contre l’OMPI ne sauverait pas la mise pour le régime. Après quatre décennies de répression, la société iranienne, très volatile, aspire au changement. En effet, elle se rapproche d’un mouvement qui prône ce changement et rejette tout retour aux anciennes dictatures ou à la théocratie actuelle. Dépourvus de toute solution réelle, Khamenei et son régime s’accrochent à plus de violence et à des manoeuvres futiles pour ternir l’image de l’OMPI dans une tentative de faire face à une menace existentielle posée par la révolution actuelle, menée par la Résistance iranienne.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe