jeudi, janvier 26, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLes pouvoirs exécutif et législatif du régime à couteaux tirés au milieu...

Les pouvoirs exécutif et législatif du régime à couteaux tirés au milieu de la révolution iranienne

Les pouvoirs exécutif et législatif du régime à couteaux tirés au milieu de la révolution iranienne

« L’une des plus belles et des plus grandes réalisations de l’année dernière a été l’élection présidentielle« , a déclaré avec joie le Guide Suprême du régime des mollahs, Ali Khamenei, en mars 2022, alors qu’il avait vraisemblablement consolidé son pouvoir en choisissant Ebrahim Raïssi comme président de son régime. Le soulèvement national iranien a dépeint l’avenir sombre et amer de son régime et son statut fragile actuel.

Le dimanche 4 décembre, le parlement du régime s’est réuni à huis clos avec Raïssi. Bien que très peu d’informations aient filtré de cette réunion, celle-ci, qui n’est que la partie émergée de l’iceberg, témoigne de l’intensification des luttes intestines.

En outre, si l’on considère ce que les médias officiels ont rapporté en « marge » de cette réunion, on peut conclure qu’elle a été organisée pour régler les comptes entre les responsables du régime et les unifier sur la manière de faire face au soulèvement national en Iran.

Selon l’agence de presse officielle IRNA du 4 décembre, Raïssi a « critiqué le Majlis (Parlement des mollahs) » et mis en garde les députés « pour avoir pris de mauvaises décisions dans certaines commissions parlementaires« . Il a également demandé aux députés de « juger et de parler équitablement des performances des ministres et des responsables locaux » et de « laisser la décision finale au gouvernement dans la sélection des autorités locales et nationales. »

Why are Iranian officials criticizing Khamenei's line of actions

« Certains parlementaires [se disputaient] avec les ministres, semant la pagaille dans le Majlis, empêchant les ministres de parler. Par conséquent, le président du parlement a dû demander aux députés de se calmer et de laisser les ministres parler« , a ajouté IRNA.

Raïssi, un meurtrier de masse sans scrupules, connu pour son rôle dans le massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988, a été choisi comme président par Khamenei en juin 2021 lors d’une élection bidon largement boycottée par le peuple.

Sa présidence était la pièce la plus importante du puzzle de Khamenei pour consolider la théocratie au pouvoir face à un soulèvement imminent. Plus tôt en 2020, Khamenei avait trié sur le volet le Majlis et ouvert la voie à Mohseni Ejei, un autre meurtrier de masse, pour remplacer Raïssi au poste de chef du pouvoir judiciaire en 2022.

Le Majlis, qui fait l’objet d’un contrôle strict, est le théâtre de luttes intestines depuis son investiture. Pourtant, le soulèvement national a bel et bien intensifié ces querelles, rendant la situation au sein de la faction de Khamenei incontrôlable, le forçant à mettre constamment en garde ses semblables.

Depuis le début des manifestations, les députés de Khamenei n’ont cessé de qualifier l’administration de Raïssi d' »incapable« , dénonçant ses « ministères fermés« , qui ont laissé « les problèmes du pays sans réponse ».

Malgré les nombreux avertissements de Khamenei au Majlis pour fortifier le gouvernement de Raïssi et éviter de destituer des ministres, les membres du Majlis ont destitué ou forcé à démissionner trois ministres, notamment celui du Travail, celui de l’Éducation et celui du Développement urbain et routier.

« Avant que nous ne destituions la majorité de vos ministres, modifiez votre cabinet« , a averti le député Jalil Rahimi Jahan Abadi à Raisi le 3 décembre, selon le site en ligne Etemad, géré par l’État.

Iranian official wants protesters to be grateful for not being killed

Le gouvernement de Raïssi a cédé sous ces pressions. « Avec la décision du président, au moins dix responsables vont changer à des postes locaux et nationaux », a déclaré Ali Bahadori Jahromi, porte-parole du gouvernement, le 4 décembre, tel que diffusé par la télévision officielle.

L’échec de Raïssi à la tête de l’exécutif n’est qu’une perspective de l’échec lamentable de Khamenei à consolider le pouvoir de son régime. Khamenei a choisi de réprimer tout soulèvement en ayant un organe de gouvernement unifié. Il a donc installé trois sinistres hommes de main, Raïssi, Eje’i et Mohammad Bagher Ghalibaf (président du Majlis), pour appliquer ses ordres à tout prix. Pourtant, la révolution démocratique iranienne a rendu le plan de Khamenei inefficace.

Apparemment, l’histoire se répète. Le dernier dictateur monarchique de l’Iran, le Shah, avait également banni tous les partis politiques, créant ainsi un État à parti unique. Quelques mois avant la révolution antimonarchique de 1979, son parlement a été le théâtre de scènes montrant des députés triés sur le volet en train de critiquer le gouvernement militaire du général Azhari. Azhari a été contraint de démissionner sous la pression.

Khamenei a appris sa leçon et a souligné à plusieurs reprises ces dernières années qu’un pas en arrière entraîne l’effondrement de son régime. Le peuple iranien et son mouvement de résistance organisé connaissent ce fait et redoublent d’efforts pour renverser le régime à tout prix. La communauté internationale doit aller au-delà des condamnations et reconnaître le droit du peuple iranien à l’autodétermination et à l’autodéfense.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe