vendredi, janvier 27, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsIran - Au 84e jour de l'insurrection, hommage aux martyrs, incendie des...

Iran – Au 84e jour de l’insurrection, hommage aux martyrs, incendie des symboles du régime

Au 84e jour de l'insurrection, hommage aux martyrs, protestation contre les commerces scellés, incendie des symboles du régime

Soulèvement en Iran – N°182

Au 84e jour de l’insurrection, hommage aux martyrs, protestation contre les commerces scellés, incendie des symboles du régime

Le jeudi 8 décembre, au 84e jour du soulèvement, Sanandaj a tenu le 40e jour de deuil de la martyre Sarina Saedi, malgré d’importantes mesures de sécurité et une forte présence d’agents répressifs, s’est tenue au cimetière Behecht-Mohammad. La foule scandait : «c’est l’année du sacrifice, on va renverser Seyed Ali [Khamenei] », « pauvreté, corruption et vie chère, nous allons les renverser » et « à bas le dictateur ». Sarina Saedi, une adolescente de 15 ans de Sanandaj, a été victime d’une hémorragie cérébrale le 26 octobre dans le quartier Naysar en raison de nombreux coups de matraque très violents. Elle est décédée le 27 octobre à l’hôpital Tohid de Sanandaj.

Jeudi à 3 heures du matin, heure locale, se sont déroulées les funérailles du martyr Houman Abdullahi, 21 ans, à Sanandaj qui la veille au soir avait été abattu par balle par les forces répressives. Les agents avaient enlevé son corps et ont forcé sa famille à l’enterrer de nuit.

A Arak, le régime, redoutant la cérémonie du 40e jour de deuil du martyr Mehrshad Shahidi, a fermé le cimetière de la ville depuis le matin et bloqué la rue qui y mène avec des barrières en béton. Hier la télévision locale avait annoncé la fermeture du cimetière. L’unité spéciale avait déployé des hommes devant le domicile de Mehrshad et sur les toits tout autour et empêchaient les gens de venir. Ils n’ont même pas permis à la famille du martyr de quitter la maison et de tenir une cérémonie. Dans certains quartiers, des coups de feu ont retenti. Cependant, malgré ces mesures répressives, les femmes courageuses d’Arak se sont rassemblées dans la rue et ont appelé les gens à manifester avec le slogan «Iraniens d’honneur, venez nous soutenir ». Les voitures se sont dirigées vers le cimetière avec un concert de klaxons en continu.

A Ramsar, s’est tenue la cérémonie du 40e jour de deuil de la martyr Maedeh Javanfar, une infirmière de 28 ans, tuée par les agents de Khamenei le 25 octobre à Racht.

À Dezfoul, les agents criminels de l’unité spéciale étaient stationnés dans la ville pour empêcher la célébration du 40e jour de deuil du martyr Mohammad Ghaemifar, un adolescent de 17 ans blessé par les agents le 22 octobre et décédé 15 jours plus tard. Malgré ces mesures de sécurité, les gens ont participé à la cérémonie en scandant « cette fleur effeuillée en offrande à la patrie ».

A Sanandaj, les commerçants du bazar dont les magasins ont été scellés pour avoir fait grève ont protesté en criant « à bas le dictateur » et se sont battus contre les agents. Ces derniers leur ont tiré dessus, faisant des blessés. Les commerçants de Sanandaj se sont mis en grève pour soutenir ceux dont les magasins avaient été scellés et ont refusé d’ouvrir leurs commerce. À Najaf-Abad, les bazars ont organisé un rassemblement de protestation contre le fermeture de force de leurs magasins. Les commerçants de Ravansar, dont les magasins ont été scellés, sont allés protester devant le gouvernorat.

Les étudiants de l’université Azad de Qom ont perturbé le discours de Ghazizadeh, un adjoint du président des mollahs Ebrahim Raïssi, dans cette université, avec des slogans : « c’est l’année du sacrifice, on va renverser Seyed Ali [Khamenei] » et « on ne veut pas d’assassin comme invité, on ne veut pas d’un système corrompu ». De jeunes insurgés ont incendié une tour de télécommunication des pasdarans à Sarab et un séminaire de mollahs à Kout-Abdollah. Mercredi, à Arak, de jeunes rebelles ont attaqué la base Sayad de la milice du Bassid avec des cocktails.

Les étudiants de l’institut Rasam de Karadj ont organisé des protestations en scandant « on n’a ni pain ni maison, le hijab n’est qu’un prétexte » et « vie chère et inflation, ils font les poches de la population ».

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 8 décembre 2022

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe