samedi, décembre 10, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLes manifestations actuelles en Iran indiquent les perspectives d'une nouvelle révolution

Les manifestations actuelles en Iran indiquent les perspectives d’une nouvelle révolution

Les manifestations actuelles en Iran indiquent les perspectives d'une nouvelle révolution

Les protestations actuelles en Iran semblent suivre un schéma très significatif. Quand elles ont commencé samedi, elles ont été une réponse au meurtre de Mahsa Amini et à la répression des droits des femmes. Les premières protestations se sont cantonnées plutôt au Kurdistan iranien, où Amini a été enterré le lendemain de son meurtre par la « police des mœurs » lors d’une visite à Téhéran. Mais depuis lors, les manifestations se sont étendues à au moins 100 villes, et ce faisant, elles ont adopté un message politique très large, les participants signalant une fois de plus leur demande de changement de régime avec des slogans comme « mort au dictateur ».

Un certain nombre de rapports ces derniers jours ont qualifié les manifestations en cours de mouvement le plus important et le plus largement coordonné depuis le soulèvement de 2019 et les manifestations qui ont suivi. La comparaison est révélatrice parce que ces manifestations ont suivi à peu près le même schéma, les participants exprimant leurs griefs sur la mauvaise gestion des ressources publiques avant d’exprimer leur volonté de renverser la dictature théocratique en Iran et l’établissement d’un système entièrement nouveau représentant la volonté du peuple.

En fait, ce schéma de transition remonte au moins à la fin de 2017, lorsque des indicateurs économiques en berne ont provoqué un grand rassemblement dans la deuxième plus grande ville d’Iran, Mashhad, qui à son tour a déclenché de nouvelles manifestations dans les localités environnantes. À la mi-janvier 2018, ce mouvement de protestation avait englobé plus de 100 villes. Ce faisant, il a également été défini par des slogans radicaux et anti-régime, avec « mort au dictateur ». Ce même slogan figure en bonne place dans les protestations en cours contre la mort d’Amini. En plus de condamner le guide suprême du régime, Ali Khamenei, les participants à cette manifestation ont commencé à scander « mort à Raïssi ».

Lorsque Khamenei a présenté Ebrahim Raïssi comme le seul candidat viable pour l’élection présidentielle de juin 2021, il l’a fait dans l’espoir que son acolyte fou aiderait à réprimer de nouveaux appels au changement de régime et les expressions de sentiment anti-régime. Cette attente était enracinée dans le rôle antérieur de Raïssi en tant que l’un des quatre membres de la « commission de la mort » de Téhéran lors du massacre de prisonniers politiques en 1988, qui a fait plus de 30 000 victimes dans tout le pays. Les meurtres visaient principalement des membres et des partisans du principal groupe d’opposition pro-démocratie, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (MEK/OMPI), que Khamenei a cité comme l’un des moteurs du soulèvement de 2018.

Il se trouve que le stratagème de Khamenei a rapidement semblé se retourner contre lui. À la demande des « Unités de résistance » de l’OMPI, l’écrasante majorité des citoyens iraniens a refusé de participer à la parodie d’élection qui a porté Raïssi au pouvoir. De nombreux militants l’ont publiquement qualifié de « boucher de Téhéran », et des protestations ont commencé à s’abattre sur son administration presque immédiatement après sa prise de fonction. Ces manifestations ont également été accompagnées de chants de « mort au dictateur » et de « mort à Raïssi« , et avant la fin de sa première année au pouvoir, l’OMPI rapportait que l’Iran avait subi au moins huit soulèvements anti-régime depuis 2018.

Les protestations actuelles se sont poursuivies. Les manifestations des sept premiers jours ont présenté certains des défis les plus féroces aux autorités répressives. Bien que des groupes de défense des droits humains aient déterminé que les forces de sécurité avaient tué au moins 40 personnes, les manifestants avaient également riposté, se défendant.

L’escalade rapide des manifestations de cette semaine est certainement attribuable, en partie, aux tensions latentes qui se sont accumulées à travers une série de soulèvements et des instances correspondantes de répression gouvernementale. Le plus grand des soulèvements récents, en novembre 2019, s’est soldé par des fusillades de masse qui ont tué environ 1 500 personnes. Cela n’a pas empêché d’autres manifestations à grande échelle d’éclater seulement deux mois plus tard, mais cela a laissé de nombreux Iraniens avec un fort sentiment de déni de justice au cours des trois dernières années. Dans ces circonstances, la profonde injustice de la mort de Mahsa Amini a peut-être été tout ce qui était nécessaire pour déclencher un autre soulèvement dans la poursuite d’un changement de régime.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe