vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsL'équipe de football du régime iranien a perdu, les Iraniens ont gagné

L’équipe de football du régime iranien a perdu, les Iraniens ont gagné

L'équipe de football du régime iranien a perdu, les Iraniens ont gagné

Des millions d’Iraniens ont regardé le match de football entre l’Iran et les États-Unis en Coupe du monde. Considérés comme une grande nation passionnée de football, les Iraniens ont suivi de près le spectacle, mais cette fois en espérant que la « Team Melli », l’équipe de facto des mollahs, perdrait.

Après plus de 100 minutes exaltantes, l’équipe du régime a perdu, et les villes iraniennes ont éclaté en scènes de joie et de jubilation pour une population qui, depuis trois mois, défie avec zèle tout ce qui représente la théocratie au pouvoir. Pour eux, le peuple iranien a gagné, et le régime et son équipe de football ont perdu.

Ces célébrations sont uniques dans l’histoire contemporaine de l’Iran, car les dictateurs iraniens ont abusé de ce sport au fil des ans pour renforcer leur emprise sur le pouvoir et tromper l’opinion publique. Quelques jours seulement avant de s’envoler pour le Qatar, les joueurs de la « Team Melli » avaient rencontré le président du régime, Ebrahim Raïssi, tristement célèbre pour son rôle dans le massacre de 1988 ainsi que pour son bilan de plusieurs décennies dans un système judiciaire qui a ordonné des milliers d’amputations et d’exécutions.

Cependant, l’exploitation de l’engouement national à des fins politiques n’est pas sans précédent dans le pays. La précédente dictature monarchique a également utilisé les soi-disant symboles nationaux pour rallier le soutien et tromper les gens. Toutefois, cela n’est rien comparé à ce que le régime théocratique a fait. Depuis sa prise de pouvoir en 1979, le régime des mollahs a camouflé ses projets sinistres sous des causes religieuses et nationales.

Il a notamment prolongé la guerre antipatriotique Iran-Irak en la qualifiant de « défense sacrée » pour contrôler la société iranienne rétive et dynamique, en envoyant les jeunes sur les fronts de guerre pour servir de chair à canon et en gaspillant des milliards de dollars dans le programme d’armement nucléaire qu’il qualifiant de « technologie nationale ».

Le premier a aidé la théocratie au pouvoir en Iranà désigner les dissidents comme des ennemis de l’islam et du pays, les deux acronymes des régimes théocratiques. En insistant pour faire durer la guerre après que toutes les forces irakiennes ont quitté le sol iranien en 1982, les mollahs au pouvoir n’expliquent pas non plus que si la guerre Iran-Irak était une « défense sacrée », pourquoi son principal slogan était-il « conquérir Jérusalem par Karbala » ?

Le régime iranien a poursuivi la guerre Iran-Irak au détriment des Iraniens, faisant plus d’un million de morts et de blessés du côté iranien. Les infrastructures du pays ont été gravement endommagées, et les autorités ont reconnu plus tard que les dégâts s’élevaient à au moins un milliard de dollars.

Téhéran a également dilapidé la richesse nationale en faisant avancer son programme nucléaire. En raison de ses vastes ressources naturelles, telles que les combustibles fossiles, l’Iran n’a pas besoin d’un programme nucléaire. Durant l’ère de Mahmoud Ahmadinejad, le régime des mollahs a gagné 800 milliards de dollars en revenus pétroliers. Qu’est-il advenu de cette manne financière ? Elle a été dilapidée pour développer le programme nucléaire et financer les groupes terroristes mandataires de Téhéran, obligeant les enfants iraniens à chercher de la nourriture dans les poubelles.

Désespéré par ce que beaucoup considèrent comme la révolution démocratique de l’Iran, le régime des mollahs a une fois de plus choisi de détourner l’attention des gens et de stimuler les « émotions nationales » en utilisant l’équipe de football et la Coupe du monde 2022. Pourtant, il a échoué lamentablement.

Près de trois mois de manifestations incessantes ont en effet permis de sensibiliser le public. En outre, l’animosité entre le peuple et le régime a atteint un point irréversible, et les gens rejettent tout et toute personne symbolisant la théocratie.

Mais le rôle de la Résistance iranienne dans le démantèlement de toutes les revendications religieuses et nationalistes du régime est très remarquable. L’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) a été la seule opposition démocratique musulmane progressiste à rejeter le référendum sur la constitution du régime et à prôner la chute du régime tout en insistant sur le fait que la théocratie au pouvoir en Iran est effectivement le principal ennemi de l’Islam. L’OMPI a condamné le port du voile obligatoire et la discrimination du régime à l’égard des minorités religieuses et ethniques.

Cela s’est produit alors que le régime iranien poursuivait sa folie meurtrière, en ciblant les femmes et les minorités religieuses, ou en déclenchant des guerres sectaires en Syrie et en Irak, sous le prétexte de protéger l’islam. Des décennies de dénonciation des campagnes de propagande du régime et d’exploitation du fort désir de nationalisme des Iraniens ont contribué à une prise de conscience généralisée. Dans leurs manifestations, les Iraniens ont scandé des slogans tels que « Ils [le régime] utilisent l’Islam, rendant la vie des gens misérable » et « Pas Gaza, ni le Liban, ma vie pour l’Iran ».

En 1988, la Résistance iranienne a contraint le Guide Suprême du régime de l’époque, Ruhollah Khomeini, à accepter le cessez-le-feu avec l’Irak et à mettre fin à la guerre qu’il avait juré de « poursuivre jusqu’à la dernière brique à Téhéran ».  » Il a ensuite décrit l’acceptation du cessez-le-feu comme « boire un calice empoisonné ».

La Résistance iranienne est fière de dénoncer le programme anti-patriotique d’armement nucléaire du régime, et elle reste engagée dans la tâche historique d’empêcher une théocratie agressive, virulemment sectaire et répressive de développer des armes de destruction massive.

La profonde compréhension nationale actuelle, qui ne s’est pas produite du jour au lendemain, indique qu’une révolution est en train de se produire en Iran. Les Iraniens ont identifié leur ennemi, la théocratie au pouvoir, et ne veulent pas réformer ce régime moyenâgeux.

Les puissances mondiales doivent maintenant entendre et accepter la volonté du peuple iranien de changer de régime et d’avoir un pays démocratique. Elles devraient couper tous les liens avec Téhéran et reconnaître le droit du peuple iranien à l’autodétermination et à l’autodéfense.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe