vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLe soulèvement iranien a prouvé que la stratégie de répression de Khamenei...

Le soulèvement iranien a prouvé que la stratégie de répression de Khamenei est futile – Interview

Le soulèvement iranien a prouvé que la stratégie de répression de Khamenei est futile - Interview
Le lundi 31 octobre, Simay Azadi*, la chaîne de télévision de la Résistance iranienne, a réalisé une interview avec Hadi Roshanravan, membre du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI). C’est une analyse concernant le soulèvement national en Iran. (Extraits)

Question : Certains hauts responsables du régime ont pris position concernant les manifestations et ont fait valoir que l’État devrait parler avec les dissidents d’une manière ou d’une autre… Mais il existe une autre faction qui est plus agressive et appelle à une répression brutale. Comment percevez-vous ces conflits d’intérêts au sein du régime ?

Roshanravan : Jusqu’à présent, le régime a déjà exploité toutes les méthodes disponibles pour réprimer le soulèvement. Dans ce régime, la répression comporte cinq étapes. Le premier est la prévention. Cela signifie qu’ils arrêtent ceux qu’ils soupçonnent d’être à l’origine des manifestations. Une fois qu’ils ont découvert la source, ils se concentrent dessus et la neutralisent. Puis vient la terreur. Cela signifie intimider le public et empêcher les manifestations. Soit avec des gaz lacrymogènes, des canons à eau ou même en battant les gens. Troisièmement, vient ce qu’ils appellent « l’implication des gens ». Ils mobilisent les forces répressives du Bassidj en civil et les proches du régime et affirment que le public est contre ce mouvement révolutionnaire. Quatrièmement, l’utilisation d’armes non létales comme la répression avec des fusils à plomb. L’étape suivante est appelée « l’étape de choc ». Comme ce qu’ils ont fait à Zahedan : ils ont mené un massacre et tué le peuple. De cette façon, ils veulent terrifier la société, espérant empêcher le soulèvement de s’intensifier.

Mais jusqu’à présent, toutes les étapes ont échoué. Le régime a pris toutes les mesures sous la supervision du CGRI (pasdaran). Lorsque nous parlons de la police ou du Bassidj, ils ont mené les opérations sous le commandement du CGRI. Même les agents en civil. Sur le plan tactique sur le terrain, ils ont utilisé des tenues de police ou des vêtements civils. Vous n’avez pas observé les uniformes du CGRI, mais ils ont utilisé toute la capacité de répression du régime. Or, ils ont échoué. Parce qu’ils ont été confrontés à une résistance courageuse et énergique qui s’est opérée de manière organisée et n’a pas permis au mouvement de ralentir. Au lieu de reculer, ils ont commencé à combattre l’ennemi assez audacieusement. Le 19e jour du soulèvement, le chef de la police du régime, Hossein Ashtari, a annoncé que 1 800 de ses forces avaient été hospitalisées. Cela fait environ 90 individus par jour. Par conséquent, le défi retient la répression dans une certaine mesure.

Alors, vous voulez dire que l’attaque de la jeunesse rebelle est une cause de l’échec du régime ?
C’est exactement ça. Ce sont des actions iconoclastes organisées. Tout a commencé avec le slogan « mort à Khamenei » et ça ne s’est pas arrêté. Personne ne scande de slogans contre Ebrahim Raïssi. On appelle à un changement de régime tout de suite. Ils ont pris pour cible le chef de l’Etat. Et puis c’est la coordination entre les différentes villes qui est important. Aussi, il faut prendre en compte que les jeunes et leurs mouvements sont organisés. C’est un fait et le régime en est assez terrifié.

J’aimerais savoir comment cela se passe pour les forces sur le terrain. Ceux qui doivent faire respecter les ordres des responsables. Comment sont-ils affectés ?

Je pense que les défections dans les rangs du régime sont un problème très sérieux. Ces forces doivent être maintenues sur le terrain en permanence. Le gouverneur de Téhéran a admis que les forces de sécurité n’avaient pas dormi depuis plusieurs nuits. Cela signifie qu’ils sont épuisés. Deuxièmement, ces personnes ne sont pas totalement séparées de la société. Ils ont des enfants et des voisins. Lorsqu’ils sont de retour chez eux, ils sont confrontés aux problèmes qui découlent de la situation actuelle et ils n’ont aucune raison de continuer leur travail si ce n’est la menace d’une baisse de salaire.

Hadi Roshanravan- NCRI Security and Counterterrorism Committee

Lorsque leur propre progéniture s’implique dans des activités similaires à l’école, alors leurs propres enfants commencent à désobéir et leurs voisins ont une vision différente d’eux. Cela signifie que beaucoup de ces forces pourraient vouloir quitter leur emploi. Il faut donc ajouter l’effet social à la question de l’épuisement. Par exemple, nous avons vu des images montrant la mère d’un agent de sécurité qui s’est avancée, a pris son fils par le col et l’a tiré. Tous ses commandants et collègues ne faisaient que regarder, et personne ne pouvait rien dire. C’est une indication claire d’une grave défection parmi les rangs inférieurs.

Ensuite, vous avez également le fossé entre les rangs supérieurs qui soutiennent que l’approche jusqu’à présent n’a pas fonctionné. Le 22 septembre, il y a eu une réunion au Conseil suprême de sécurité du régime où les responsables de l’État ont voulu décider de perpétrer un massacre. Les commandants du CGRI et les dirigeants des forces de sécurité provinciales ont déclaré qu’ils n’avaient pas les effectifs nécessaires pour exécuter cette entreprise et ils n’ont pas pris une telle décision après trois sessions.

Quand cette réunion a-t-elle eu lieu ?
C’était la troisième semaine du soulèvement. Si vous y prêtez attention, cela montre que le régime ne s’est pas retenu. En ce qui concerne Khamenei, il est déterminé à sévir, mais il n’y a pas encore recouru.

Mais c’est pour cela qu’il opte ?
Oui parce qu’il croit que reculer signifie tomber. Mais il est constamment confronté à des gens, au plus haut comme au plus bas, qui n’en peuvent plus. C’est pourquoi il est coincé dans une impasse. Et cela a été un avantage pour le soulèvement.
La défiance de la jeunesse sur le terrain a conduit à l’échec toutes les initiatives du régime. Cette bravoure et cette fermeté ont fait échouer les plans du régime, qui n’a aucune issue. Ni en avant ni en arrière.

* Simay Azadi est la première et la plus ancienne chaîne de télévision par satellite en langue persane qui diffuse du contenu 24h/24 et 7j/7 pour les Iraniens au pays et à l’étranger.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe