mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsL'aube de la révolution iranienne et le crépuscule de la théocratie cléricale

L’aube de la révolution iranienne et le crépuscule de la théocratie cléricale

L'aube de la révolution iranienne et le crépuscule de la théocratie cléricale

Les manifestations à l’échelle nationale de l’Iran ont persisté pendant 100 jours consécutifs, et sans résolution socio-économique ou politique en vue il n’y aura pas d’apaisement du mouvement.

Initialement déclenchées après la mort tragique de Mahsa Amini, les manifestations se sont rapidement transformées en une révolution et une résistance à l’oppression brutale du régime.

La détermination inébranlable du peuple iranien à renverser le régime à tout prix et le rôle de l’opposition organisée iranienne comme moteur du soulèvement ont en effet frustré les forces de sécurité. En l’absence de toute solution pour réprimer la société et contrôler les soulèvements, les autorités et les médias d’État poursuivent leur rhétorique de « victoire ».

« Les émeutes ont pris fin dans le pays », affirmait le 24 décembre le quotidien d’Etat Iran, journal officiel du gouvernement. Le journal Javan, un média lié aux Gardiens de la révolution (CGRI), a promis aux forces de sécurité « l’échec des émeutes« . Il convient de noter que le commandant en chef de l’IRGC, Hossein Salami, s’est vanté à plusieurs reprises d’avoir réussi à « conclure » les manifestations, pour voir une autre série de manifestations éclater, parfois quelques heures après ses propos.

Rien que vendredi et samedi, les informations de l’opposition iranienne Mujahedin-e Khalq (MEK) indiquent qu’il y a eu des dizaines de manifestations anti-régime à travers l’Iran. En outre, des jeunes rebelles de plusieurs villes, telles que Babol, Ispahan, Saveh et Tabriz, ont incendié les symboles du régime et les bases du Basij paramilitaire du CGRI.

Samedi, plusieurs districts de Téhéran et de Chiraz ont été témoins de manifestations anti-régime, avec des gens scandant des slogans tels que « Mort au dictateur » et « Mort à Khamenei« , dénonçant le régime et son chef suprême Ali Khamenei.

Les courageux citoyens baloutches de la province du Sistan et du Baluchestan ont poursuivi leurs manifestations vendredi, avec plusieurs femmes parmi les manifestants. Ces braves femmes ont scandé : « Avec ou sans voile, en avant vers la révolution », mettant ainsi fin aux efforts du régime pour dénigrer les demandes des femmes iraniennes et leurs revendications d’abolir le port obligatoire du voile.

Enragé, le quotidien iranien ‘Iran daily’ a essayé de dépeindre ces femmes comme des agents étrangers. « Quelques femmes ont scandé des slogans qui brisent les normes. Ces manifestants embauchés essaient d’accroître la présence féminine dans les manifestations à Zahedan. »

Après quatre mois de brutalité, tuant plus de 750 manifestants innocents et en arrêtant de nombreux autres, le dictateur iranien Khamenei se retrouve dans une impasse mortelle. La situation a atteint un point où les autorités et les médias d’État étroitement contrôlés avertissent leurs semblables de leur avenir inquiétant alors que la révolution persiste.

« Ces incidents s’enchaînent et révélant leurs visages sinistres », a écrit le quotidien public Farhikhtegan le 25 décembre. « Les officiels ne doivent pas faire cette erreur que tout est sous contrôle et que les choses sont sur la bonne voie. Ne perdez pas votre temps avec de fausses rhétorique. Arrêtez cette idée naïve que par l’exécution, l’oppression et la torture, vous pourrez résoudre le problème et mettre fin à cette affaire », a averti le quotidien officiel Jomhuri-e Eslami, le 25 décembre.

Hossein Ansari Rad, ancien député et haut responsable, a mis en garde Khamenei dans une lettre du 25 décembre tout en reconnaissant la haine du public envers le régime : « La République islamique a échoué dans tous les domaines économiques, sociaux, politiques et culturels. Vous avez prétendu que des pays étrangers étaient derrière ces protestations. Mais comme de nombreux experts l’ont crié, la mauvaise gestion désastreuse de l’économie, de la culture et de la politique a provoqué ces manifestations de colère avec de nombreuses victimes, des milliers de prisonniers et d’innombrables tragédies déchirantes. »

« Ce [soulèvement] est une petite flamme d’un plus grand feu de colère, de mécontentement et de méfiance en raison de la gestion corrompue qui a laissé les demandes vitales des gens sans réponse tout en essayant de contrôler leur vie personnelle. Ces protestations sont soutenues par au moins 85% de la population, qui veut une vie sans torture ni intimidation. Si nous n’agissons pas maintenant, une énorme explosion se produira, alors s’il vous plaît, arrêtez la torture et les exécutions pour sauver le système« , a-t-il déclaré.