jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLa garde spéciale sur le toit de la prison de Qezel Hessar,...

La garde spéciale sur le toit de la prison de Qezel Hessar, le directeur de la prison tire en l’air et les prisonniers crient « à bas le dictateur »

La garde spéciale sur le toit de la prison de Qezel Hessar, le directeur de la prison tire en l’air et les prisonniers crient « à bas le dictateur »

Soulèvement en Iran – N°60

• Les blessés de l’attaque à Evine abandonnés sans soins, les balles restées dans leurs corps
• Appel à une action immédiate pour sauver la vie des prisonniers et prévenir une catastrophe humanitaire

Dans la matinée de ce lundi 17 octobre, la sirène a retenti à la prison de Qezel-Hessar de la ville de Karadj, qui est la plus grande prison d’Iran. Selon des témoins oculaires, vers 10 heures, heure locale, plus de 50 gardes spéciaux armés étaient postés sur le toit de la prison et pointaient leurs armes sur les prisonniers. Le directeur de la prison est monté sur le toit et a tiré en l’air avec une Winchester. Au même moment, les prisonniers dans la cour scandaient « à bas Khamenei » en soutien au soulèvement national. Ghezel-Hessar, selon les sources officielles, renferme jusqu’à 20 000 prisonniers à certains moments.

Depuis hier soir, les mesures de sécurité à Ghezel-Hessar sont devenues beaucoup plus strictes et les équipes de garde se font à 4 personnes, et nul ne peut aller se faire soigner. On dit que les unités 6 et 4 de la prison se préparent à recevoir les prisonniers du soulèvement.

Pendant que le terrain se prépare pour un crime à la prison de Ghezel-Hessar, les blessés de l’attaque brutale contre la prison d’Evine, y compris les prisonniers politiques du quartier 8, sont toujours laissés sans soins. Les balles n’ont pas été retirées des corps de ces prisonniers et ils perdent du sang. Pendant ce temps, les gardes de Khamenei tentent de transférer des prisonniers politiques de la prison d’Evine vers des prisons à l’extérieur de Téhéran, y compris Gohardacht, afin d’avoir la main libre pour commettre leurs crimes.

La Résistance iranienne appelle les Nations unies et ses organes concernés, l’Union européenne et ses États membres à prendre des mesures immédiates pour sauver la vie des prisonniers et empêcher une catastrophe majeure. Elle leur demande d’envoyer une délégation internationale pour enquêter sur les crimes du régime à la prison d’Evine et sur le situation dans les autres prisons.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 17 octobre 2022

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe