lundi, février 6, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran- opposition : Un Comité de défense pour une pratique démocratique en...

Iran- opposition : Un Comité de défense pour une pratique démocratique en Iran

ImageCNRI, 11 décembre – A la mi-novembre, de nombreuses personnalités politiques, juridiques et sociales, ont choisi de se rassembler pour créer, en soutien au CNRI, l’alternative démocratique de la dictature religieuse de Téhéran, un comité de défense pour une pratique démocratique en Iran. C’est Me Gilles Paruelle, ancien bâtonnier du Val d’Oise qui a présenté ce comité de défense, lors d’un séminaire sur l’intégrisme et le terrorisme du régime iranien, organisé à Paris le mois dernier :

Voici le texte de cette constitution de comité de défense :

Les récents développements de la situation en Iran et l’arrivée au pouvoir du président Ahmadinejad rendent de plus en plus nécessaire l’existence et le soutien des forces d’opposition démocratique au régime actuellement en place à Téhéran. Il apparaît en effet indispensable que le dialogue avec l’Iran se développe avec les forces démocratiques iraniennes éprises de liberté. Le Conseil de la Résistance d’Iran et sa présidente élue, Madame Radjavi, représentent une des alternatives démocratiques sérieuses et leur voix se doit d’être entendue.
Pour des raisons qui apparaissent aujourd’hui très éloignées de la réalité, le 17 juin 2003, des membres et sympathisants du Conseil national de la Résistance iranienne ont été arrêtés et emprisonnés sous le prétexte de lutte contre le terrorisme. Force est de constater que très rapidement toutes les personnes concernées ont été relâchées et la plupart des charges portées contre elles abandonnées.
Cependant, ces poursuites maintiennent des restrictions multiples aux activités politiques légitimes et légales de ce mouvement d’opposition et ce malgré le soutien sans défaillance de nombreuses personnalités politiques, de juristes internationaux, d’artistes, d’ONG et des défenseurs des droits de l’homme, lesquels ont tous pu constater le sérieux et la nécessité pour le débat démocratique en Iran du soutien au Conseil de Résistance d’Iran. Des parlementaires européens, notamment lors de la réception officielle de Madame Radjavi à Strasbourg en décembre 2004, des sénateurs et membres du Congrès américain ont déjà déclaré leur soutien.
Nous soussignés – nous appuyant sur les principes fondamentaux de la Déclaration universelle des droits de l’homme et nous référant aux traditions françaises de défense des libertés – déclarons constituer un comité dénommé "Comité de défense pour une pratique démocratique en Iran". Ce comité a pour principal objectif de permettre en clôturant rapidement la procédure pénale actuellement en cours et en faisant en sorte d’obtenir la radiation de l’Organisation des Moudjahidine du peuple iranien de la liste des organisations terroristes d’encourager le débat démocratique en Iran. Il appelle toutes les personnes de bonne volonté à les joindre dans cette démarche.