vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireIran-Nucléaire : les exilés iraniens disent que le pays dissimule un plan

Iran-Nucléaire : les exilés iraniens disent que le pays dissimule un plan

ImageAssociated Press, Washington, 22 novembre – L’Iran a étendu les tunnels utilisés pour cacher une partie majeure de son programme de fabrication d’armes nucléaires à un réseau recouvrant une grande zone au sud de Téhéran, a déclaré un exilé iranien opposé au gouvernement islamique du pays.

Alireza Jafarzadeh a annoncé que la fabrication secrète de missiles s’étend bien au-delà de Parchine, une zone militaire située à plus de 30 km au sud de la capitale iranienne. Jafarzadeh avait révélé l’existence de ces tunnels aux journalistes en septembre.
Lundi, Jafarzadeh a dit que sur les ordres de l’ayatollah Ali Khamenei, le ministère iranien de la défense s’était emparé d’un secteur dans les régions est et sud de Téhéran.
Jafarzadeh passe pour avoir fait connaître les secrets militaires de l’Iran dans le passé, mais les responsables américains considèrent certaines de ses déclarations inexactes.
Malgré les accusations des États-Unis et de l’Union Européenne, l’Iran nie toute volonté de fabrication d’armes nucléaires, soutenant que son programme nucléaire répond purement et simplement à des besoins civils. Le pays a rejeté les nouvelles inspections de l’Agence internationale de l’énergie atomique, l’organe de surveillance nucléaire des Nations Unies, et a exprimé son opposition à la proposition des pays européens de traiter ses déchets nucléaires en Russie.
Des experts nord-coréens ont coopéré avec l’Iran pour la conception et la construction du complexe, en dessinant des plans par exemple, a affirmé Jafarzadeh.
Un groupe aérospatial important en Iran, Hemmat Industries, est situé dans le même secteur et fabrique actuellement trois versions de missiles Shahab et Ghadar, a-t-il dit.

Shahab 3 a une portée de 1300 à 1900 kilomètres et Ghadar, toujours au stade de la fabrication, une portée de 2500 à 3000 kilomètres, a-t-il précisé.
Certaines de ces galeries sont situées dans les montagnes de Khak Sefid, selon lui.

Dans une interview, Jafarzadeh a déclaré que l’événement le plus significatif était que l’Iran était en train de concentrer son travail sur des missiles et des têtes nucléaires dans des galeries souterraines aux alentours de Téhéran.
« Je pense que les États-Unis devraient être doublement inquiets à ce sujet parce que le président Mahmoud Ahmadinejad a accéléré son programme d’armes nucléaires et parce que les gardiens de la révolution dominent désormais les trois branches du pouvoir (l’exécutif, le judiciaire et le législatif) », a déclaré Jafarzadeh.
« C’est un vrai cauchemar », a-t-il dit.
Le porte-parole du Département d’État, Sean McCormack a reconnu que l’Iran avait un programme nucléaire secret. « Ils nous le cache et de différentes manières », a-t-il affirmé.
Cependant, McCormack a dit qu’il n’était pas informé des dernières révélations de Jafarzadeh. Il y a eu « un tel mélange de déclarations de la part de certains de ces groupes à propos de révélations sur le programme nucléaire de l’Iran ».
Les négociations entre l’Union Européenne et l’Iran sont rompues.
Paul Leventhal, président fondateur du Nuclear Control Institute, un groupe de surveillance privé, critique l’administration Bush pour essayer d’appuyer une proposition de la Russie de laisser l’Iran mener ses activités d’enrichissement de l’uranium à condition qu’elles aient lieu en Russie.
« Les États-Unis se sont engagés sur une pente glissante », a-t-il dit, et étant donné le passé iranien de tromperie et de dissimulation, « cette approche annonce des problèmes sérieux pour le futur ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe