mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireIran: les sénateurs américains sont pour un projet de renforcement conditionnel des...

Iran: les sénateurs américains sont pour un projet de renforcement conditionnel des sanctions

CNRI – Une majorité de 59 sénateurs ont appuyé un projet de renforcement conditionnel des sanctions, malgrés l’opposition de la Maison Blanche.
Les élus – dont 16 démocrates – craignent que la Maison Blanche se montre trop conciliante avec la république islamique. Leur projet de loi (Nuclear Weapon Free Iran Act) donne un an à l’Iran pour accepter un accord, faute de quoi ses exportations pétrolières seraient ramenées à zéro. Il s’agit d’une « police d’assurance diplomatique », a expliqué le sénateur démocrate Robert Menendez, qui préside la commission des affaires étrangères et n’a pas pour habitude de s’opposer au président.

L’accord avec la République islamique conclu le 24 novembre 2013 à Genève prévoit une levée graduelle des sanctions commerciales et financières imposées à l’Iran en échange d’un gel des progrès dans l’enrichissement d’uranium. Il doit entrer en vigueur le 20 janvier pour six mois.
Au sénat, avec 59 soutiens, le camp pro-sanctions commence à s’approcher de la majorité des deux tiers (67) nécessaire pour contrer un veto.
Mardi 14 janvier, de nouvelles informations sur une « annexe secrète » à l’accord du 24 novembre ont renforcé les critiques. Selon le Los Angeles Times, un accord parallèle figurerait dans un « non paper », un texte informel en langage diplomatique. L’Iran serait autorisé à conserver ouvertes ses installations et à poursuivre l’enrichissement et la recherche, y compris sur des centrifugeuses de la prochaine génération.
Aussitôt, le sénateur républicain John McCain a demandé une «clarification». « Si elles sont confirmées, ces informations ajoutent un sentiment d’urgence aux appels à renforcer les sanctions », a-t-il estimé.

La Maison Blanche a promis que le texte de l’accord, qui n’a pas été publié, serait « prochainement » communiqué au Congrès. Le département d’Etat a confirmé l’existence d’une « documentation associée à la mise en œuvre de l’accord ». Mais « que ce soit bien clair, a assuré la porte-parole Marie Harf, il n’y a pas d’accord secret ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe