vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIran : Les mollahs font du chantage au monde avec « l’arme...

Iran : Les mollahs font du chantage au monde avec « l’arme du pétrole »

Iran : Les mollahs font du chantage au monde avec « l’arme du pétrole »CNRI, 23 janvier – La dictature religieuse se sert des vastes réserves en pétrole et en gaz de l’Iran pour prolonger son existence dans ce pays. Désormais, les mollahs brandissent l’ « arme du pétrole » pour faire chanter la communauté internationale.

Les hauts négociateurs nucléaires de Téhéran lancent avec arrogance qu’en cas de saisie du Conseil de Sécurité de l’ONU et de sanctions, ils se serviraient de leurs « pleines capacités nationales » contre l’Occident. Ces « capacités nationales toutes entières » sont une référence évidente à l’arme du pétrole.

En réaction à l’intention clairement exprimée de l’UE de faire comparaître le dossier nucléaire de la théocratie devant le Conseil de Sécurité, Tala’i Nik, député du Majilis, membre de la commission parlementaire pour la sécurité, a déclaré : « Un marché du pétrole chaotique et un marché européen affaibli éviteront des sanctions à l’Iran ».

Durant la dernière réunion de l’UE3 à Berlin, les médias officiels en Iran n’ont cessé de dire que dès l’envoi du dossier au Conseil de Sécurité, le prix du pétrole s’envoleront à 100$ le baril, l’Iran étant le quatrième exportateur au monde. Bien que cela paraisse évident, aborder ce sujet aussi fréquemment indique que le régime redoute le changement d’attitude de la communauté internationale et qu’il cherche à empêcher un mouvement vers une politique de fermeté.

Téhéran a également averti que les premiers perdants dans un embargo sur le pétrole seront les pays occidentaux, en particulier l’UE. Avec ses vaines tentatives d’intimidation, le régime espère contraindre le monde à revenir sur sa position et à le laisser aller jusqu’au bout de ses ambitions nucléaires.

Si le monde hésite maintenant à imposer des sanctions pour son arrogance, Téhéran pourrait conclure que sa menace avec le pétrole va les préserver de vraies sanctions à chaque nouvelle étape de la confrontation.

C’est là la formule d’un désastre. Le sénateur américain Evan Bayh a affirmé que « si nous cédons » aujourd’hui au chantage sur le pétrole, « demain ça pourrait devenir un chantage sur les armes nucléaires et nous ne devons pas en arriver là ».

Retenir ses réserves en pétrole serait douloureux pour le régime : le pétrole compte pour environ 80% de ses exportations et presque la moitié des recettes de l’Etat.

Face au chantage des mollahs, surtout que leur politique trompeuse nous ont mené dans l’impasse actuelle, nous devons attirer l’attention sur les trois points suivants :

1. Par principe, céder au chantage est une erreur et inacceptable. La dictature religieuse en Iran doit bien comprendre que toutes les formes de chantage comme les prises d’otages, le terrorisme et l’arme du pétrole sont totalement et fermement à rejeter.
2. Céder au chantage du régime ne fera que l’encourager à exiger plus de concessions. L’expérience de deux années passées est la preuve évidente de l’échec de la complaisance. Si les mollahs obtiennent ce qu’ils désirent avec leur chantage maintenant, il n’y aura aucune limite à leurs exigences quand ils auront des armes atomiques.
3. Malgré son chantage, le régime a besoin d’exporter du pétrole car c’est cela qui l’aide à maintenir sa loi répressive et à propager l’insécurité dans la région et dans le monde.

Ainsi, la seule approche appropriée au problème de l’Iran, c’est la fermeté. Le régime clérical doit savoir qu’il ne peut pas prendre le monde en otage dans son désir d’établir un empire  intégriste islamiste.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe