mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : Les étudiants en colère font fuir le président de l'université...

Iran : Les étudiants en colère font fuir le président de l’université de Chiraz

CNRI – Lundi 25 février, plus de 500 étudiants ont manifesté sur le campus de Chiraz pour exiger la démission du président de l’université. Les étudiants en colère ont marché de la Cité U jusqu’au campus.

Conspuant le président de l’université Mohammad Sadeghi, ils ont appelé à sa démission. Redoutant le pire, Sadeghi a pris la fuite par la porte de service, abandonnant son bureau aux manifestants qui l’ont immédiatement investi.

CNRI – Lundi 25 février, plus de 500 étudiants ont manifesté sur le campus de Chiraz pour exiger la démission du président de l’université. Les étudiants en colère ont marché de la Cité U jusqu’au campus.

Conspuant le président de l’université Mohammad Sadeghi, ils ont appelé à sa démission. Redoutant le pire, Sadeghi a pris la fuite par la porte de service, abandonnant son bureau aux manifestants qui l’ont immédiatement investi.

Les protestataires criaient : "Démission, Démission, nous ne voulons pas d’un président corrompu", "C’est notre dernier avertissement, le mouvement des étudiants est vivant", "Nous ne voulons pas de gardien de la révolution pour président."
 
A la fin de leur manifestation lundi, les étudiants ont promis de remettre ça s’il ne démissionnait pas rapidement. Mardi 26 février, le mouvement a repris. Les étudiants ont aussi préparé une résolution en onze points avec leurs demandes et en tête de la liste figure leur demande de démission du président de l’université. 

En avril dernier, des milliers d’étudiants de l’université de Chiraz avaient déclenché des protestations contre la tenue vestimentaire obligatoire. De nombreuses affiches intimaient alors aux étudiants d’obéir strictement au code religieux.

D’énormes tableaux d’affichage avaient été installés dans la Cité U des garçons leur interdisant de porter “des shorts et des débardeurs dans les couloirs des dortoirs.”