mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireIran : Le régime construit un nouveau site nucléaire secret près de...

Iran : Le régime construit un nouveau site nucléaire secret près de Natanz

CNRI : Lors d’une conférence de presse à Paris aujourd’hui, M. Mehdi Abrichamtchi a révélé de nouvelles informations sur un site atomique en construction dans le plus grand secret en Iran, près de Natanz. Voici le texte de son intervention :

CNRI : Lors d’une conférence de presse à Paris aujourd’hui, M. Mehdi Abrichamtchi a révélé de nouvelles informations sur un site atomique en construction dans le plus grand secret en Iran, près de Natanz.

Voici le texte de son intervention :

Aujourd’hui, je voudrais vous parler d’un site nucléaire que le régime iranien est en train de construire en grand secret.

Le plan de ce site a été élaboré il y a deux ans  par le ministère de la Défense de Téhéran et c’est la branche du génie de la division Khatam Al Anbia du corps des gardiens de la révolution (les pasdarans) qui y travaille depuis la fin de l’année 2006.

De nombreuses hautes autorités du ministère de la Défense se rendent constamment sur ce site pour s’assurer de la vitesse des travaux. Le général des pasdarans Sadrollah Pourbarat, commandant du génie au ministère de la Défense s’y rend en personne tous les 15 jours. Asgari, un des responsables du génie au ministère de la Défense y réside la plupart du temps.

Ce centre atomique est situé à 5 km au sud du site de Natanz. Le centre se trouve en pleine montagne du nom de Kouh Siah dans la chaîne Karkasse au sud de Natanz.

Ce site est constitué d’un vaste espace souterrain formé de deux tunnels parallèles. Ces deux tunnels sont situés dans deux montagnes proches l’une de l’autre, et connectés au site actuel de Natanz. L’ouverture du tunnel mesure 6 mètres. De cette manière, le site est protégé des attaques aériennes et en cas de bombardement de Natanz, ce site ne sera pas touché.

Le ministère de la Défense a chargé la base de génie Khatam al Anbia du corps des pasdarans  de la construction du centre. Sous le mandat d’Ahmadinejad, le rôle croissant des gardiens de la révolution dans l’économie du régime n’a cessé de croître, et la base Khatam Al Anbiah est devenue une des plus grandes compagnies de BTP.

Pour conserver le secret du site, le corps des gardiens de la révolution a décrété ce secteur zone militaire et a même acheté les terres et les grands vergers de la région connus sous le nom de vergers Handjani. Le contre espionnage du ministère de la défense a diffusé un communiqué à toutes les branches des gardiens de la révolution qui travaillent sur le site soulignant qu’il est totalement interdit d’en parler.

Outre les mesures du ministère de la Défense, toutes une séries d’autres mesures sont été prises pour brouiller toutes les pistes menant à ce site :

– Diverses parties du plan ont été confiées à divers instituts du ministère de la Défense et du corps des gardiens de la révolution de manière à ce que dans la pratique chacun ne possède aucune information sur l’ensemble du projet et ne dispose que les renseignements de la partie les concernant. Ce n’est qu’au sommet du ministère de la Défense et des gardiens de la révolution que se fait l’assemblage de ces parties.

– Aux organes locaux et aux responsables du site de Natanz qui assistent sans le vouloir aux activités du génie des gardiens de la révolution dans le secteur, il a été dit que les forces du génie des pasdarans de la zone de Natanz construisaient une base de DCA et des dépôts de munitions

Deux grandes compagnies liées à la base Khatam Al-Anbia participent à la construction de ce site.

La compagnie Omran : Cette compagnie a installé deux ateliers dans la zone du site. Le directeur exécutif de la compagnies Omran est un général des pasdarans, l’ingénieur Tabataba’i. Il se rend chaque semaine sur le site pour en contrôler les travaux. Le directeur de l’atelier sur le site s’appelle Danechjou. C’est un général des pasdarans, et il seconde Tabataba’i. Le siège central  d’Omran se trouve à Téhéran, au pont de Guicha. Actuellement, la plus grande partie des moyens et du personnel de cette compagnie sont installés sur le nouveau site. Il faut rappeler que la compagnie Omran est une des plus grandes compagnies écran des gardiens de la révolution pour la construction de tunnels secrets pour les activités atomiques et des missiles balistiques. C’est en décembre 2004 que la Résistance iranienne a révélé pour la première fois le creusement de tunnels secrets par cette compagnie sur le site de Partchine.

La compagnie Hara : Il s’agit d’une autre entreprise écran des pasdarans, dont la spécialité est de construire des tunnels à usage atomique et balistique. Cet institut a par le passé mené de nombreux projets clandestins et secrets de missiles du régime. La Résistance iranienne a déjà dénoncé plusieurs tunnels secrets construits par cette compagnie.

La construction de ce site clandestin, qui n’est évidemment pas le seul,  montre bien que le régime de Téhéran cherche par tous les moyens à poursuivre son programme nucléaire pour obtenir la bombe atomique.

Il y a deux jours à l’Assemblée générale de l’ONU, Ahmadinejad, le président des mollahs, a résumé en deux points la stratégie du fascisme religieux face à la communauté internationale : 

Tout d’abord que le projet atomique du régime est clos et qu’il n’y a rien à négocier, que le régime rejette les résolutions du Conseil de Sécurité et qu’il ne changera pas de décision dans ce domaine.

Ensuite qu’il faut changer le partage du monde issu de la seconde guerre mondiale et qu’il faut reconnaître l’hégémonie du régime des mollahs dans la région, spécialement en Irak et en Palestine. De cette manière, le régime insiste sur son intention funeste d’instaurer un empire intégriste islamiste, un bloc intégriste au moins dans le domaine géographique du Moyen-Orient. N’oublions pas qu’il y a quelques années, Rafsandjani avait dit que la bombe atomique était la garantie de la survie de la "République islamique".

Le général Mohammad Ali Jaafari, le nouveau commandant en chef des pasdarans en marge du défilé des forces armées du régime la semaine dernière a déclaré : Nous avons même aujourd’hui la capacité de mettre à la disposition d’autres pays notre technologie moderne d’armement.

Au cours des années précédentes, la Résistance iranienne avait révélé les sites d’Arak et de Natanz. La politique de complaisance avec le régime des mollahs, en particulier de la part des pays européens, au lieu de sanctionner le régime iranien pour 18 années de tromperies et de travail clandestin, a préféré négocier, donner des concessions et permettre au régime de gagner du temps pour se rapprocher de la bombe atomique.

Aujourd’hui, le régime des mollahs, en profitant de la politique de l’AIEA et de son directeur, essaie de créer des divisions dans la communauté internationale pour empêcher l’adoption de nouvelles sanctions par le Conseil de Sécurité.

Personne ne doute que le régime des mollahs veuille se doter de la bombe atomique. Personne ne doute que si le fascisme  religieux en Iran se dote de la bombe ce sera une catastrophe pour le monde.  La bombe atomique fait partie de la stratégie de survie de ce régime. Par conséquent, tant que ce régime sera en place il n’abandonnera pas ce projet.

Nous appelons à la mise en place de sanctions générales en armes, en pétrole, en technologie et dans le domaine diplomatique et bancaire contre ce régime. Ces sanctions sont très efficaces pour l’empêcher d’accéder à la bombe atomique. Mais il ne faut pas oublier que dans ces conditions, chaque retard rapproche la région d’une catastrophe.

Certes, la solution définitive, comme l’a répété à maintes reprises la Résistance iranienne, réside dans un changement de régime par le peuple iranien et sa résistance.