jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeIran : Le correspondant du Guardian à Téhéran expulsé sans explication

Iran : Le correspondant du Guardian à Téhéran expulsé sans explication

The Guardian – Le correspondant du Guardian à Téhéran, Robert Tait, a été expulsé d’Iran sans explication au bout de près de trois ans de reportage dans ce pays.

Tait a été forcé de quitter le pays après que les autorités iraniennes aient refusé de renouveler son visa et son permis de séjour, malgré un appel en sa défense du rédacteur en chef du Guardian, Alan Rusbridger, au ministère iranien de la Culture et de l’Orientation islamique, qui surveille les activités de tous les médias étrangers et intérieurs. Il est maintenant de retour au Royaume Uni, avec son épouse iranienne.

Le ministère n’a donné aucune raison pour sa décision, mais a dit que le journal était libre de proposer un autre journaliste comme correspondant en Iran.

Tait, âgé de 43 ans, a d’abord été prié de quitter le pays en mars après que les autorités se soient dites mécontentes de ses articles. On lui a permis de rester après que le Guardian ait plaidé avec succès en faveur du renouvellement de son titre de séjour.

Il est le deuxième journaliste britannique à être expulsé d’Iran ces six derniers mois. Angus McDowall, un correspondant de The Independent, est parti en juillet dernier à cause du non renouvellement de ses papiers. L’expulsion de McDowall est restée aussi sans explication, mais il avait été emprisonné après être entré par mégarde dans une zone militaire interdite pendant un jour férié.

Tait était le dernier journaliste britannique travaillant en Iran pour un journal de langue anglaise. Plusieurs autres journaux emploient des Iraniens anglophones, souvent à cause des difficultés pour obtenir des permis de séjour pour les journalistes étrangers.

L’expulsion s’inscrit parmi des mesures de répression générale sur la liberté de la presse en Iran. Plusieurs journaux et sites Web critiques du gouvernement radical de président Mahmoud Ahmadinejad ont été fermés l’an passé, tandis que ceux qui restaient ont été forcés de recourir à l’auto-censure de crainte d’enfreindre les "lignes rouges" décrétées officiellement. Plusieurs journalistes iraniens ont été emprisonnés ces derniers mois pour une série d’infractions, comme la publication de "mensonge".

Deux autres correspondants du Guardian avaient été expulsés d’Iran. Geneive Abdo est partie en 2001 puis s’est fait signifier qu’elle ne serait pas autorisée à revenir après une interview non autorisée avec Akbar Ganji, un dissident alors détenu à la prison d’Evine de Téhéran. Dan De Luce a été expulsé en 2004 après un reportage sans permission officielle sur la ville de Bam sinistrée par un tremblement de terre.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe