vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeIran : La Grande-Bretagne obéit enfin à sa propre loi sur l'opposition...

Iran : La Grande-Bretagne obéit enfin à sa propre loi sur l’opposition iranienne

Sample ImageThe Sunday Telegraph, 1 juin – Il est rare et surtout difficile à croire qu’une nouvelle pareille fasse l’actualité : notre gouvernement a accepté de respecter l’état de droit. Mais c’est ce qui s’est passé la semaine dernière lorsque Jacqui Smith, la ministre de l’Intérieur, a présenté devant le Parlement un décret radiant les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) de sa liste des organisations terroristes.

 

 

Sample ImageThe Sunday Telegraph, 1 juin – Il est rare et surtout difficile à croire qu’une nouvelle pareille fasse l’actualité : notre gouvernement a accepté de respecter l’état de droit. Mais c’est ce qui s’est passé la semaine dernière lorsque Jacqui Smith, la ministre de l’Intérieur, a présenté devant le Parlement un décret radiant les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) de sa liste des organisations terroristes.  

La ministre a ainsi finalement accepté d’obéir au jugement tranchant de Lord Phillips of Worth Matravers, le Lord Chief Justice, après avoir tenté de défier deux précédents jugements de la Haute Cour.

Pendant sept années, à la demande des mollahs qui règnent en Iran, le gouvernement britannique a proscrit l’OMPI, le membre axial de la coalition de l’opposition iranienne, le Conseil National de la Résistance Iranienne (CNRI), dans un élan de complaisance vis-à-vis d’un des régimes les plus désagréables et impitoyables au monde.

Depuis que la Cour d’appel a ordonné la levée de l’interdiction, Téhéran a affiché une colère incandescente, en avertissant que si notre gouvernement ne défiait pas la Cour, alors les relations entre l’Iran et l’UE seraient gravement compromises.

Le jugement du Lord Chief Justice a ainsi salement embarrassé la Grande-Bretagne face à ses partenaires européens, car elle les avait convaincus d’imposer l’interdiction à l’échelle de l’UE (défiant à deux reprises le jugement de leur propre Cour européenne de Justice). Depuis 2001, les membres de l’UE ont ainsi suivi la démarche britannique pour vainement essayer de persuader l’Iran d’abandonner ses projets de fabrication d’armes nucléaires.

La semaine dernière à Bruxelles, une multitude de députés de tous les partis, ont demandé à ce que l’interdiction de l’UE soit elle aussi levée, alors qu’ils écoutaient Maryam Radjavi, la présidente du CNRI, déclarer que « la justice avait finalement prévalu sur la politique de complaisance », une politique qui, disait-elle, a fait de « la paix et la sécurité mondiales les otages des mollahs criminels en Iran ».

La Grande-Bretagne et l’UE ne sont toutes deux pas encore prêtes à reconnaître que le CNRI offre le seul espoir d’une alternative laïque et démocratique à la théocratie anarchique qui déstabilise le Moyen-Orient tout entier, de Gaza et Beyrouth et de l’Irak à l’Afghanistan. Mais elles peuvent au moins déjà commencer à faire un premier pas en ce sens, en obéissant à leurs propres lois.
————————-
Note de l’Editeur CNRI : L’Organisation des Moudjahidines du Peuple d’Iran (OMPI) est un membre du Conseil National de la Résistance Iranienne.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe