jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIRAN: L'assistant de Khamenei soutient le dictateur syrien

IRAN: L’assistant de Khamenei soutient le dictateur syrien

IRAN: L'assistant de Khamenei soutient le dictateur syrien

CNRI – Ali Akbar Velayati, ancien ministre des Affaires étrangères du régime iranien et actuellement conseiller aux affaires internationales du guide suprême des mollahs Ali Khamenei, a une nouvelle fois défendu le dictateur syrien criminel Bachar al-Assad.

Lors d’une rencontre avec l’ambassadeur du régime syrien à Téhéran, samedi 23 avril, Velayati a déclaré: « la République islamique d’Iran soutient incontestablement le gouvernement du président Bachar Al-Assad. Tout plan contre les intérêts de la nation syrienne ne sera pas accepté. Les récentes élections législatives [13 avril 2016] dans de telles conditions difficiles est une mesure importante pour représenter l’autorité du gouvernement syrien ».

Il a ensuite tenté de justifier la présence généralisée des Pasdaran du régime iranien et de ses mercenaires en Syrie.

« La présence militaire de l’Iran en Syrie s’est faite sur invitation du gouvernement syrien et d’aucun autre pays ».

Selon les rapports de la Syrie, le régime Assad contrôle moins de 40 % du territoire syrien. La moitié des 20 millions de la population syrienne est désormais déplacée. La soi-disant élection parlementaire, citée par Velayati, ne s’est tenue que dans les territoires contrôlés par les forces d’Assad.

Le Département d’Etat des Etats-Unis a déclaré le 14 avril que les élections syriennes n’étaient ni « crédibles », ni « équitables ».

Les forces militaires du régime iranien sont largement impliqués dans la guerre civile en Syrie, avec la Russie et le Hezbollah libanais. Jusqu’à récemment, le régime iranien n’envoyait que ses Pasdaran en Syrie, mais au cours des dernières semaines, sur ordre de Khamenei, les unités de l’armée régulière du régime iranien ont également été envoyées là-bas. Le régime des mollahs a subi un nombre élevé de victimes dans le conflit syrien.

L’Association européenne pour la Liberté en Irak basée à Bruxelles a exhorté la communauté internationale, samedi dans un communiqué, d’agir de toute urgence pour mettre fin à la présence militaire du régime iranien en Syrie.

« Le fait que l’armée iranienne entre en guerre en Syrie est une violation flagrante du droit international et doit être confronté à une réponse écrasante et à une action de la communauté internationale », a déclaré le président de l’Association européenne pour la Liberté en Irak, Struan Stevenson.

« Avec la révolution syrienne entrant dans sa sixième année contre la dictature de Bachar al-Assad, Téhéran a intensifié la présence en Syrie de ses Pasdaran, ainsi que des unités militaires iraniennes régulières, qui mènent une campagne brutale contre le peuple syrien et l’opposition modérée ».

« Au cours des dernières semaines, un nombre important de commandos spéciaux de l’armée régulière iranienne ont été tués en Syrie, montrant ainsi leur présence étendue dans ce conflit. L’échec des Pasdaran, en particulier dans la zone d’Alep et leurs pertes massives au cours des derniers mois en Syrie, auraient amené le guide suprême Khamenei à envoyer son armée régulière pour renforcer les forces pro-Assad dans cette guerre criminelle », ajoute le communiqué.

Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a déclaré dans une récente interview avec le quotidien pan-arabe Asharq Al-Awsat, que le régime des mollahs en Iran s’effondrerait une fois que le dictateur syrien Assad serait renversé.

Mme Radjavi a déclaré que le régime des mollahs avait déployé quelque 60 000 soldats des Pasdaran et milices affiliés non-iraniennes pour combattre en Syrie.

Elle a ajouté que le régime iranien était fondé sur trois piliers principaux : l’obtention d’une bombe nucléaire, la répression nationale absolue et l’exportation du terrorisme et de l’extrémisme à l’étranger.

Mme Radjavi a souligné que la stratégie de Téhéran était basée sur l’ingérence dans les affaires intérieures des autres pays, le bellicisme et l’exportation du terrorisme ; Cependant, les complots régionaux du régime ont échoué après le début de l’opération Tempête Decisive contre ses mandataires.

« Si Assad tombe du pouvoir à Damas, le régime iranien suivra irrémédiablement et s’effondrer à Téhéran », a déclaré Mme Radjavi.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe