mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeIran : l'Amérique est notre ennemie, affirme Khamenei

Iran : l’Amérique est notre ennemie, affirme Khamenei

CNRI – Alors que les négociateurs iraniens mènent la valse des négociations successives avec les USA, Ali Khamenei, le guide du régime clérical, a martelé samedi que « l’Amérique est notre ennemie ». Lors d’une rencontre avec les commandants et les officiers de l’armée de l’air, il a fustigé « ceux qui répètent la propagande de l’ennemi » dans le pays.

 L’intervention de Khamenei, selon les observateurs, révèle la grande contradiction qui ronge le pouvoir iranien : d’une part le besoin de continuer les négociations pour lever les sanctions et d’autre part la hantise des conséquences dévastatrices de la suspension du programme nucléaire.

 » Le sort d’une révolution, en l’absence d’un combat contre la puissance dominatrice étrangère, c’est soit l’échec des responsables de la révolution et sa ruine, soit leur trahison », a déclaré Ali Khamenei. « Voyez les propos insolents des responsables américains, leur double jeu et leurs velléités funestes, et appréciez l’ennemi. Certains cherchent à faire renoncer l’animosité du peuple envers l’ennemi », s’est-il indigné.

Pour une description de l’ennemi, Khamenei a expliqué :  » la puissance dominatrice s’incarne dans sa forme la plus complète par les États-Unis d’Amérique. Notre position contre l’Amérique s’explique par son comportement, sa nature et son attitude d’ingérence et de domination ».

Concernant la volonté des mollahs pour étendre leur programme nucléaire et leur arsenal balistique, Khamenei a insisté : « alors que les États-Unis menacent l’Iran, c’est une plaisanterie de s’attendre à ce que la République islamique réduise ses capacités défensives ».

Par ailleurs, 222 membres du Parlement des mollahs ont remercié, dans une déclaration le 8 février, la position  » antisioniste » d’Ali Laridjani, le président du Majlis, à Tunis. Ce dernier a accusé devant l’Assemblée constituante tunisienne l’Israël d’être « une tumeur cancérigène » dans la région.