jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran : Khamenei cherche à consolider son emprise sur les milliards de...

Iran : Khamenei cherche à consolider son emprise sur les milliards de la fondation Qods Razavi

Iran : Khamenei cherche à consolider son emprise sur les milliards de la fondation Qods Razavi

Le Guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a nommé Ebrahim Raisi, le procureur général du régime, tuteur de la fondation Qods Razavi (fondation du Mausolée de l’Imam Reza) après la mort du religieux Vaez Tabasi, son ancien tuteur.

En nommant Raisi à la tête de l’une des plus grosses fondations économiques en Iran, Khamenei projette de conserver sa domination incontestable sur cet empire financier et de remplir les poches des dirigeants du régime avec des revenus astronomiques, tout en pourvoyant aux dépenses croissantes qu’engendrent les guerres en Syrie, en Irak et au Yémen.

À aucun moment, en 1200 ans d’histoire, la fortune de la fondation Qods Razavi n’a été tant pillée par les dirigeants locaux ou gouvernementaux. Alors que les revenus de cette fondation étaient à l’origine destinés aux citoyens dans le besoin ou pour les services publics. Rien que les terrains en dotations de Qods Razavi à travers l’Iran valent des dizaines de milliards de dollars. Cette institution financière a investi dans tous les secteurs de l’économie comme l’agriculture, l’industrie alimentaire, pharmaceutique, automobile, le bâtiment, les mines, les technologies de l’énergie et de l’information, récoltant des revenus astronomiques. Par instruction de Khomeiny, cet empire financier est exempt de tout impôt.

La fondation Qods Razavi, avec ses immenses richesse et revenus, aurait pu être utilisée pour améliorer l’économie du pays et réduire la pauvreté, le chômage et l’inflation, mais elle ne sert maintenant que pour la répression et le bellicisme, et ne fait qu’accroître un peu plus la pauvreté du peuple iranien.

Raisi était l’un des membres du « comité de la mort » de 1988 et a participé à la mise à mort de milliers de prisonniers politiques. Pour objecter à ce massacre, l’Ayatollah Montazeri, le successeur désigné de Khomeiny, avait écrit à Raisi et à trois autres membres du comité: « Ce type de massacre des détenus, sans aucun procès, tournera à leur avantage dans le long terme. Ils seront davantage encouragés à continuer leur lutte armée et la communauté internationale nous condamnera. Combattre une idée en tuant des gens est une erreur… les Moudjahidines du Peuple représentent une croyance. Celle-ci ne peut être vaincue en tuant, mais se répandra… »

Le criminel Raisi est devenu Procureur de Karaj en 1980 alors qu’il avait juste 20 ans et a été simultanément nommé procureur de Hamadān. En 1985, nommé Procureur-adjoint de Téhéran et à ce poste, il a joué un rôle majeur dans le massacre de 1988. De 1989 à 1994 il a été Procureur de Téhéran et de 1994 à 2004 il a été à la tête de l’Inspection d’État.

De 2004 à 2014 il était le premier adjoint à la magistrature du régime et ces deux dernières années il était Procureur général de l’État. Par ordre de Khamenei, il a également été nommé Procureur Général Spécial pour les religieux, dispositif qui sert à réprimer et assassiner les religieux qui refusent d’obéir à Khamenei. Ce sbire devrait être poursuivi en justice pour ses crimes contre l’humanité.

Secrétariat du Conseil National de la Résistance Iranienne
Le 9 mars 2016

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe