samedi, janvier 28, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireEssais de missiles balistiques : Washington estime que l'Iran n'a pas encore...

Essais de missiles balistiques : Washington estime que l’Iran n’a pas encore changé son attitude agressive

Essais de missiles balistiques : Washington estime que l'Iran n'a pas encore changé son attitude agressive

Avec AFP : L’Iran a procédé à plusieurs nouveaux essais de missiles balistiques à titre « dissuasif », des tests qui, s’ils sont avérés, ne resteront pas sans réaction de Washington qui regrette que Téhéran « n’ait pas changé de direction » après l’accord sur son programme nucléaire.

Le vice-président américain Joe Biden a assuré que, concernant « les activités conventionnelles » de l’Iran « en dehors de l’accord (…) nous agirons et nous sommes déjà en train d’essayer d’agir à chaque fois que nous les constatons ». « Nous sommes unis dans l’idée qu’un Iran doté de l’arme nucléaire représente une menace absolument inacceptable pour Israël, la région et les Etats-Unis. Je veux redire ici – parce que je sais que les gens en doutent – que nous agirons s’ils violent l’accord », a-t-il dit.

Plusieurs tirs de missiles guidés de courte, moyenne et longue portée (de 300 à 2.000 km) ont été tirés en différents endroits du territoire iranien, la plupart à partir de bases souterraines, les derniers datant de mardi et mercredi.

Après deux nouveaux tirs de missiles longue portée mercredi, le général Amir Ali Hajizadeh, commandant de la division aérospatiale des Gardiens de la révolution, a affirmé qu’ils pouvaient « frapper nos ennemis lointains », en particulier « le régime sioniste » d’Israël.

Selon les agences de presse Fars et Tasnim, proches des Gardiens, des missiles portaient l’inscription suivante: « Israël doit être effacé de la surface de la terre ».

Le général Hossein Salami, numéro deux des Gardiens, a précisé que « des missiles de précision Qadr H et Qadr F de longue portée » avaient été tirés mercredi sur les côtes sud-est de l’Iran à partir de la chaîne de montagnes d’Alborz (nord).

Washington avait annoncé le 17 janvier de nouvelles sanctions liées au programme de missiles balistiques de l’Iran. Il s’agit de sanctions unilatérales séparées de celles, internationales, liées à son programme nucléaire et dont une grande partie a été levée avec l’entrée en vigueur mi-janvier de l’accord entre l’Iran et les grandes puissances, dont les Etats-Unis.

En octobre, l’Iran a effectué au moins un essai réussi de ce type de missile, un tir qui selon des experts de l’ONU violait une résolution de 2010 interdisant l’utilisation par Téhéran de missiles balistiques de peur qu’ils ne soient dotés d’une tête nucléaire.

Les États-Unis et des Etats de la région –dont les monarchies arabes du Golfe et Israël– « sont préoccupés » par les capacités de l’Iran en matière de missiles balistiques, a déclaré le général Lloyd Austin, le chef du Centcom (commandement des forces américaines au Moyen-Orient) devant la commission des forces armées du Sénat.

« L’Iran reste aujourd’hui un facteur de déstabilisation significatif » au Moyen-Orient, a-t-il estimé.

Le département d’État américain a de son côté affirmé que Washington saisirait l’ONU si les essais de missiles étaient avérés. Selon le général Austin, « il y a un certain nombre de choses qui me font penser personnellement que l’Iran n’a pas encore changé de direction » pour adopter un comportement « plus responsable ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe