vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeIran : des officiels du régime sont impliqués dans la traite des...

Iran : des officiels du régime sont impliqués dans la traite des êtres humains

CNRI – Des officiels du régime iraniens sont impliqués dans la traite des ’êtres humains, notamment des femmes et des filles, a déclaré le Département d’Etat américain dans un rapport annuel publié cette semaine.

« L’Iran est la provenance, le lieu de transit et la destination pour des hommes, des femmes et des enfants victimes de trafic sexuel et de travail forcé », a déclaré le département d’Etat dans son report 2015 sur la traite des êtres humains.

« Des groupes organisés obligent des femmes, des garçons et des filles à la prostitution en Iran, ainsi que dans les Emirats-arabes-unis et en Europe », a déclaré le rapport.

« En 2013, les trafiquants ont forcé des femmes et des jeunes filles iraniennes à la prostitution dans la région du Kurdistan irakien. De 2009 à 2015, il y a eu une augmentation du nombre des filles en provenance d’Iran et en route vers les pays du golfe Persique où des groupes organisés les exploitent sexuellement ou les obligent à se marier. A Téhéran, à Tabriz et à Astara, le nombre d’adolescentes exploités dans des réseaux de prostitution continue d’augmenter. »

« Les groupes criminels organisés forcent les enfants iraniens et des immigrants à travailler comme mendiants et vendeurs ambulant dans des villes, notamment à Téhéran. La violence physique et sexuelle et la toxicomanie sont les principaux moyens de coercition employés par ces groupes. Certains enfants sont également contraints de travailler dans des ateliers en Iran. Les trafiquants soumettent les migrants afghans, notamment des garçons, au travail forcé dans les secteurs de construction et d’agriculture en Iran. Les garçons afghans sont exposés à un risque élevé de subir des abus sexuels par leurs employeurs ou subir des harcèlements ou chantages de la part des services de sécurité et d’autres officiels gouvernementaux en Iran. »

« Ces dernières années, il y a eu des rapports selon lesquels des officiels gouvernementaux étaient impliqués dans le trafic sexuel des femmes et des filles. Ces rapports indiquent également que certains responsables des refuges pour jeunes fugueuses les ont poussées vers des réseaux de prostitution. »

« Le gouvernement iranien ne se conforme pas pleinement aux normes minimales pour l’élimination de la traite des êtres humains et ne fait pas d’efforts considérables dans ce sens. Comme au cours des années précédents, le gouvernement iranien ne partage pas les informations sur ses efforts dans le domaine de lutte contre la traite des être humains. Des informations accessibles au public provenant des ONG, des médias, des organisations internationales et d’autres gouvernements indiquent que le gouvernement iranien ne prend pas des mesures suffisantes pour lutter contre la traite des êtes humains, en particulier en ce qui concerne la protection des victimes de la traite ».

« En outre, les femmes victimes d’abus sexuels et de prostitution en Iran sont accusées d’adultère et peuvent être condamnées à mort dans ce pays », a ajouté le rapport.

Ileana Ros-Lehtinen, élue républicaine de Floride et présidente de la sous-commission sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord du congrès des Etats-Unis, a fait une déclaration après la publication du rapport 2015 du Département d’État dans lequel les pays sont classé en fonction du niveau de leurs efforts pour lutter contre le trafic des êtres humains. « Six pays du Moyen-Orient et Afrique du Nord (Algérie, Iran, Koweït, Libye, Syrie et Yémen) ont été placés sur la liste au niveau 3, soit le niveau le plus grave.

Mme Ros-Lehtinen a déclaré : « Le placement de l’Iran à nouveau comme un pays de niveau 3 dans le rapport du département d’Etat est une preuve supplémentaire de l’irresponsabilité de l’administration. L’administration a décidé de négocier avec le régime iranien exclusivement sur son programme nucléaire, en ignorant toute autre preuve d’existence d’activités illicites et de violations des droits de l’Homme de l’Iran, et a l’intention de lever les sanctions liées au nucléaire. Malgré les affirmations de l’administration, les sanctions imposées au régime iranien n’étaient pas uniquement liées au programme nucléaire de ce régime, mais étaient également conçus comme une réponse au bilan de ce régime en matière des droits de l’Homme, notamment le problème de traite des êtres humains. Il n’y a pas eu d’amélioration de la situation de la traite des êtres humains ou de la situations des droits de l’Homme en Iran. Nous ne devons pas lever les sanctions liés à la situation des droits de l’Homme de l’Iran dans le cadre d
e cet accord nucléaire faible. »

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe