vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsIran : Davantage de manifestants blessés meurent faute de soins médicaux appropriés

Iran : Davantage de manifestants blessés meurent faute de soins médicaux appropriés

Iran : Davantage de manifestants blessés meurent faute de soins médicaux appropriés

Selon des rapports publiés par des groupes de défense des droits de l’homme tels que Iran Human Rights Monitor (Iran HRM), plusieurs personnes blessées lors des manifestations de novembre en Iran ont perdu la vie parce qu’elles n’avaient pas reçu de soins médicaux appropriés.

Pendant les manifestations de novembre, les forces de sécurité du régime iranien ont tiré à balles réelles et tué des manifestants. Selon les rapports publiés par le principal groupe d’opposition iranien, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), plus de 1500 manifestants ont été tués, 12 000 arrêtés et 4000 blessés.

Dans son rapport, HRM Iran a présenté trois cas choquants de trois manifestants blessés qui ont finalement perdu la vie.

« Amir Ojani, père de quatre enfants, avait été blessé par les forces de sécurité lors des manifestations en Iran en novembre 2019. Il a perdu la vie à cause d’une infection. Il avait reçu une balle dans la jambe dans la banlieue d’Aryashahr à Téhéran le 19 novembre, mais n’avait pas fait appel à un hôpital pour éviter d’être arrêté. Après quelques jours, alors que l’état d’Amir devenait critique, sa famille l’a emmené dans plusieurs hôpitaux de Téhéran, notamment l’hôpital de Firouzgar. Mais tous les hôpitaux ont évité de le prendre en charge à cause de sa blessure par balle. Le personnel médical a affirmé à la famille que les autorités leur avaient ordonné de ne pas accepter de personnes blessées par balle. Finalement, un hôpital privé a admis M. Ojani, mais sa blessure s’était infectée et il a finalement perdu la vie le 10 janvier 2020 », peut-on lire dans le rapport sur la première victime.

« Dans un autre cas, Reza Abbassi, qui avait été blessé par balle il y a deux mois à Ispahan lors des manifestations de novembre, a perdu la vie il y a trois semaines en raison de l’infection de ses blessures. M. Abbassi venait du village d’Arab Famour près de Kazerun dans la province du Fars au sud et y a été enterré sans aucune cérémonie et en présence d’agents de sécurité », peut-on lire dans le rapport décrivant le second cas.

Dans un autre cas, HRM Iran a décrit le cas d’une autre victime, Mohammad Maleki, 23 ans, qui est décédé en janvier en raison de la gravité de sa blessure.

« Mohammad Maleki a été abattu et blessé le 16 novembre 2019 par les forces de sécurité lors des manifestations nationales à Téhéran. Il a été paralysé par les dégâts de la balle et a été transporté à l’hôpital où il a été placé dans un état critique. Mohammad Maleki a reçu son congé de l’hôpital début décembre et est décédé le 6 janvier. Mohammad Maleki, un colporteur de rue, était devenu père deux semaines avant sa mort. Il a été enterré le 28 janvier dans un cimetière du district de Baharestan à Téhéran », peut-on lire dans le rapport.

Comme l’a déclaré Mme Maryam Radjavi, Présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), « Le crime contre l’humanité, qui a commencé avec le massacre de manifestants non armés et sans défense en novembre, se poursuit avec des arrestations massives et arbitraires, la torture et l’élimination des prisonniers, le harcèlement de milliers de familles en les maintenant dans l’ignorance du sort de leurs enfants, en coupant la communication et en bloquant l’information. Le régime interprétera le silence et l’inaction comme un feu vert pour continuer et intensifier ses crimes contre l’humanité ».

« J’appelle la communauté internationale à prendre des mesures urgentes pour mettre fin aux meurtres en Iran. Le Conseil de sécurité des Nations unies doit déclarer ce massacre, qui se poursuit depuis 40 jours, comme un crime contre l’humanité afin que les responsables, qui ne sont autres que le Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, son président Hassan Rohani, et d’autres responsables, soient traduits en justice. Je demande également l’envoi d’une délégation de l’ONU en Iran pour enquêter sur ce crime majeur et rendre visite aux personnes arrêtées », a conclu Mme Radjavi.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe