vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeIran : Boycott du discours de Khamenei à Sanandaj, malgré la pression

Iran : Boycott du discours de Khamenei à Sanandaj, malgré la pression

 CNRI – A Sanandaj, dans l'ouest de l’Iran, le guide suprême du régime a dû faire face à un auditoire épars, adressant son discours à un parterre de chaises vides. Il a fallu recourir à la force pour maintenir les magasins fermés pendant le discours dans l’espoir de drainer des badauds vers le meeting. Le contraste était grand avec la rue où fourmillait un imposant dispositif de sécurité.

Selon la chaîne satellite INTV de l’opposition iranienne qui a diffusé des appels téléphoniques de témoins, à 10h00, samedi 16 mai toutes les lignes de communication de la ville ont été coupées. « Les forces de sécurité de l’Etat ont envahi la rue obligeant les commerçants à maintenir leurs boutiques fermées. »

Pour camoufler le boycott, il a fallu recourir à des figurants. « Les miliciens du Bassidj ont été envoyés en ville en provenance d'autres régions du pays. Ils ont mis des costumes kurdes pour assister au discours de Khamenei », a dit le témoin.

Un autre correspondant a déclaré : «Près de onze mille agents de sécurité ont été envoyés à Sanandaj pour renforcer la protection de Khamenei. »
 
Avant ce voyage, des mesures de sécurité extraordinaire avaient été mises en œuvre. Les mesures répressives ont été menées sous divers prétextes comme la recherche de marchandises de contrebande, la saisie d’antennes paraboliques interdites. De nombreux jeunes ont été arrêtés au cours de ces raids.

Le 8 mai, les forces répressives avaient procédé à de nombreuses perquisitions et harcelé les habitants de Saïne-Qaleh sous prétexte d’y saisir des antennes paraboliques.

« Le 10 mai, les agents ont mené une descente dans le bazar Paveh et fouillé les boutiques sous prétexte d’y chercher des marchandises de contrebande provoquant le mécontentement de la population. Sanandaj ressemble plus à une base militaire qu’à une ville, et il y a une couverture aérienne de cinq hélicoptères à la fois », raconte un autre correspondant. 

Le régime iranien avait dit aux fonctionnaires à la retraite, à la Fondation des Martyrs, aux organisations de protection sociale et au Comité de secours de l'imam, que s’ils n’étaient pas présents lors de l’arrivée de l'aéroport et dans la traversée de la ville, ils ne recevraient ni salaires ni pensions.

Les agents de renseignement ont arrêtés Saman Mansouri, 23 ans, du village de Salavat dans la banlieue de Sanandaj et ses biens ont été confisqués. Chipa Rahimi a été arrêté par les mêmes agents et nul ne sait ce qu’ils sont devenus, disait une radio kurde le 11 mai. 

Selon d’autres informations, plus de 15.000 miliciens du Bassidj étaient stationnés dans la montagne de Chahou sous prétexte d’exercices d’escalade. Ils étaient pour la plupart venus avec leur famille et formaient une foule de plus de 50.000 personnes.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe