jeudi, janvier 26, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeIran : Ahmadinejad met en garde contre le risque d'effondrement du régime

Iran : Ahmadinejad met en garde contre le risque d’effondrement du régime

Le 17 décembre, fixant un ultimatum, l’ancien président des mollahs, Mahmoud Ahmadinejad, a exigé que le chef du pouvoir judiciaire du régime islamiste, Sadeq Amoli Larijani, publie les documents relatifs à sa condamnation dans les 48 heures. « Sinon, je présenterais publiquement mes conclusions sur le chef de la magistrature ainsi que ses performances au cours des huit dernières années », a-t-il averti.

Suite aux propos de Mahmoud Ahmadinejad sur la corruption au sein du pouvoir judiciaire, le président du Conseil des Gardiens a averti que de tels propos ne sont pas dans l’intérêt du régime puisque le chef du pouvoir judiciaire est nommé par Khamenei, le Guide Suprême des mollahs.

Parallèlement, le chef du pouvoir judiciaire, Sadegh Larijani, a menacé d’assigner Ahmadinejad à résidence, qualifiant ses propos de « séditieux et préjudiciables pour l’Etat », déclarant que « les meneurs de la sédition (celle de 2009) ont d’abord refusé d’accepter les résultats électoraux, ensuite le Conseil des Gardiens, et maintenant ces gens affirment n’accorder aucune crédibilité à la magistrature. Ils ont cautionné le chaos, et ces gens-là recherchent également la même chose à travers des agissements tels que la grève. La sédition n’appartient pas au passé ou au présent. Le fait de porter différents types d’accusations contre le pouvoir judiciaire et de peindre en noir la situation du pays n’est rien de moins que de la sédition, car quiconque cherche à nuire à l’Etat en ternissant son image est en réalité un insurgé. »

Larijani a ensuite souligné les propos d’Ahmadinejad au sujet de la corruption dans laquelle le système judiciaire et lui sont impliqués, y compris le meurtre par torture du jeune blogueur de la liberté, Sattar Beheshti : « Qu’Ahmadinejad prétende qu’il s’est querellé avec moi à cause de l’affaire Sattar Beheshti est un pur mensonge. Je n’ai Il n’a jamais eu le courage de faire cela. »

Larijani a en quelque sorte avoué avoir joué un rôle dans le meurtre de Sattar Beheshti, affirmant que « l’affaire Sattar Beheshti a fait l’objet d’une enquête menée par la justice elle-même ». Une infraction a été commise par un agent de police, mais le juge a finalement décidé que le délinquant n’avait aucune intention de commettre l’infraction et que l’infraction était semi-intentionnelle. »

Concernant les accusations d’’espionnage contre sa propre fille, Larijani a déclaré que le problème avait été soulevé au Conseil de discernement du régime : « Ahmadinejad s’est entretenu avec le Secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale lors d’une réunion du Conseil de discernement, lui demandant des informations sur l’affaire d’espionnage de la fille de M. X. Il a répondu en disant que ceci est fondamentalement un mensonge. Ahmadinejad a alors insisté sur le fait que la Secrétaire n’est pas au courant de la situation, affirmant qu’il sait qu’elle (la fille de Larijani) a été arrêtée et qu’il saurait même où elle se trouve. »

Parallèlement, Ahmadinejad publie la lettre écrite par un membre du Conseil de discernement du régime. La lettre accuse Ahmadinejad d’accointance avec les ennemis du régime, les séditieux et les antirévolutionnaires, en dépit de la situation délicate du pays. En réponse à cette lettre, Ahmadinejad écrit : « Êtes-vous conscient du mécontentement et des protestations du public contre la situation du pays, la pauvreté, le fossé grandissant entre les riches et les pauvres et le pillage de la richesse publique ? Êtes-vous au courant de ce qui se passe dans le pays ? Ne voyez-vous pas les complots des ennemis et leurs espoirs de renverser le régime, et les conséquences que cela a apportés ? Que pensez-vous qu’il devrait se passer pour que les doléances et cris de protestation des gens soient entendus et que les attentions soient attirées sur les graves dangers qui menacent le système à cause des mauvais agissements d’entités comme le pouvoir judiciaire ?

« Les autorités ne doivent pas être assimilées au système », a déclaré Ahmadinejad, ajoutant : « Savez-vous ce qui se passe dans les centres de détention des services de sécurité ? Avez-vous déjà visité des prisons qui étaient censées servir de formation ? »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe