vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireIRAN: 200 députés appellent à l'intransigeance sur l'enrichissement de l'uranium et le...

IRAN: 200 députés appellent à l’intransigeance sur l’enrichissement de l’uranium et le projet d’Arak

CNRI – Une déclaration signée par 200 membres du parlement des mollahs, publiée le 16 mars, appelle à une intransigeance accrue dans les négociations sur le nucléaire et à n’accepter aucune restriction dans l’enrichissement de l’uranium et le développement du central d’eau lourde d’Arak pour la production du plutonium.

« L’équipe des négociateurs ne doit pas transiger sur les droits de la nation iranienne ou accepter des restrictions sur le cycle du combustible nucléaire », insiste la déclaration publiée par l’agence de presse Tasnim (affiliée au Pasdaran).

La majorité des députés du Majlis (qui compte 290 membres) a menacé que si les négociateurs devaient céder devant les gouvernements occidentaux, « les contrevenants seront dénoncés auprès du public ».

« Les négociateurs doivent s’abstenir de discuter de questions liées à la défense, telles que les capacités balistiques de l’Iran; ils n’ont pas le droit de discuter de ces questions », ajoute la déclaration.

Pour leur part, les observateurs soulignent que la priorité de la communauté internationale ne doit pas se limiter à arrêter la course de Téhéran à l’enrichissement de l’uranium dans les sites connus, qui est la partie visible du programme. Mais elle doit tout aussi activement l’empêcher de développer son projet parallèle. Une lacune importante de l’accord de Genève c’est de négliger le contrôle de l’activité reliée à la fabrication de l’engin nucléaire. La fabrication de l’arme à proprement parler est essentiellement menée dans des sites secrets dont certains ont été révélés par le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) et encore inaccessibles aux inspecteurs de l’AIEA:

1- Le site militaire Parchine (au sud-est de Téhéran) où des tests d’explosion conventionnelle applicables au nucléaire ont eu lieu.
2- Le SPND [Sazmaneh Pajouhech Novine Defa’i], (l’Organisation pour la Nouvelle Recherche de la Défense), où est mené l’essentiel des opérations de recherche et de planification du projet nucléaire militaire, dont le récent transfert de ses installations sensibles, pour dissimulation, a été révélé en octobre 2013 par le CNRI qui a également communiqué à l’AIEA les identités d’une centaine de membres du personnel technique et scientifique impliqués dans le SPND.
3- Le Metfaz, laboratoire spécialisé dans la détonique, phase essentielle pour la fabrication de l’arme atomique, (près de Téhéran).
4- Le site souterrain Kossar (près de la ville de Damavand).
5- Le site 012 faisant partie de la structure parallèle de l’appareil nucléaire (près d’Ispahan).

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe