vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran: 150 eurodéputés demandent l’expulsion des agents de Renseignement Iraniens de l’EU

Iran: 150 eurodéputés demandent l’expulsion des agents de Renseignement Iraniens de l’EU

Communiqué de presse – pour publication immédiate – 19 novembre 2018

Le régime iranien bafoue les droits humains en Iran et prépare des attentats terroristes en Europe

Dans une déclaration commune, 150 membres du Parlement européen ont condamné les violations des droits de l’homme par le régime iranien et ses complots terroristes en Europe. Les signataires appartiennent aux six principaux groupes politiques du Parlement européen et représentent 27 États membres de l’UE. Ils comprennent 4 vice-présidents du Parlement européen et 14 présidents de commissions et de délégations.

Les signataires ont exprimé leur préoccupation face à la détérioration de la situation des droits humains et la répression des femmes en Iran. Les eurodéputés ont rappelé que l’Iran a maintenu son triste record du plus grand nombre d’exécutions au monde par le nombre d’habitant au cours de la présidence du soi-disant « modéré » Hassan Rohani.

Depuis la fin décembre de l’année dernière, les villes iraniennes ont été le théâtre de grands soulèvements et de manifestations anti-régime. L’atmosphère sociale est instable et la population exige des changements fondamentaux.

En même temps, les responsables du régime ont reconnu le rôle des « unités de résistance » de l’opposition (OMPI-Moudjahidine du Peuple) dans l’organisation des manifestations et des grèves dans tout le pays. Téhéran dépense des millions dans une vaste campagne de diffamation en Occident, diffusant des fake news et de la désinformation contre ce principal mouvement d’opposition.

Incapable de stopper les manifestions dans le pays, le régime a lancé une nouvelle vague de terrorisme contre les militants de l’opposition à l’étranger. Au cours des derniers mois, plusieurs complots terroristes du régime iranien ont été neutralisés par les services européennes et américaines. Un diplomate iranien arrêté en Allemagne fait maintenant l’objet d’un procès pénal en Belgique.

La France a officiellement sanctionné le ministère des Renseignements iranien et l’a accusé d’être à l’origine du complot à la bombe visant le rassemblement du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) à Paris (Villepinte), le 30 juin 2018.

Le mois dernier, le Danemark a rappelé son ambassadeur d’Iran pour un complot d’assassinat déjoué visant des dissidents iraniens vivant dans ce pays. Les eurodéputés ont critiqué l’approche actuelle de l’UE vis-à-vis de l’Iran.  » Le silence de l’UE face aux violations brutales des droits de l’homme en Iran et l’absence de réaction face aux graves complots terroristes en Europe est inacceptable, ont déclarés les législateurs du PE et ont souligné que  » nous devons tenir le régime iranien responsable pour ses complots terroristes et expulser les agents du ministère des renseignements du régime iranien de l’Europe. ”

Ils ont également exhorté le gouvernement albanais qui accueille sur son territoire plusieurs milliers de réfugiés de l’opposition iranienne de « ne pas autoriser les agents de Téhéran sur son territoire », après un attentat à la bombe déjoué près de Tirana au début de l’année.

Prenant la parole à Bruxelles, le député européen Gérard Deprez, président des Amis d’un Iran libre – un intergroupe informel composé de nombreux eurodéputés, a souligné : « Les droits de l‘homme en Iran ne peuvent pas être compromis ou marginalisés sous prétexte de considérations politiques, commerciales ou de l’accord nucléaire. Tout développement des relations politiques et économiques avec l’Iran doit être subordonné à des progrès tangibles en matière des droits humains, des droits des femmes en particulier et à l’arrêt des exécutions. »

Gérard Deprez, député européen
Président des Amis d’un Iran libre au Parlement européen

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe