mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireInquiétude mondiale autour du programme nucléaire du régime iranien

Inquiétude mondiale autour du programme nucléaire du régime iranien

Image De Jonathan Marcus, Correspondant diplomatique, BBC

BBC – Un sondage BBC World Service sur les intentions nucléaires de l’Iran mène à des conclusions étonnamment explicites de la part de l’opinion publique.

Les dirigeants politiques occidentaux en tête de la campagne visant à faire pression sur l’Iran pour la suspension de son programme nucléaire bénéficient d’un franc succès.

Avec une majorité écrasante dans les 25 pays où ce sondage d’opinion a eu lieu, les gens n’acceptent pas les protestations de l’Iran qui affirme que ses activités nucléaires ont un objectif purement civil.

En moyenne, 60% des personnes interrogées pensent que l’Iran tente en parallèle de développer des armes nucléaires. Ce point de vue est partagé par le plus grand nombre dans 19 des 25 pays où cette enquête a été conduite.

Tout semble indiquer que dans cette bataille pour le pouvoir, ou cette guerre des mots si vous préférez, c’est la position de Washington qui prévaut et les recherches nucléaires de l’Iran sont effectivement considérées comme l’introduction à un programme d’armes.

Recours à la diplomatie

L’opinion publique internationale est donc généralement inquiète mais jusqu’à quel point ? La majorité des personnes dans les pays en question affirment qu’elles seraient soucieuses si l’Iran développait la bombe atomique.

Image

En effet, dans neuf pays, dont les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, Israël, le Canada, le Brésil et l’Allemagne, la majorité serait « très inquiète » d’un tel événement. C’est très bien de s’inquiéter, mais selon eux, que devons-nous faire ?

Et là, les partisans d’une solution ferme contre Téhéran trouvent bien moins de soutien. Les inquiétudes ne se traduisent pas en une demande d’action internationale ferme. Il n’y a que peu d’enthousiasme autour de l’idée d’une frappe militaire contre l’Iran s’il refuse de stopper son programme nucléaire : en moyenne seulement 11% sont en faveur d’une action militaire.

Même l’idée d’imposer des sanctions économiques ne recueille qu’un soutien modeste. L’approche la plus populaire est celle des « efforts diplomatiques » afin de convaincre les Iraniens. Bien entendu, rien n’indique réellement dans ce sondage ce qui devrait se passer si la diplomatie venait à échouer.

Tout le problème est là. Pour le moment, l’opinion internationale et l’approche du trio européen (Grande-Bretagne, France et Allemagne) à la tête de la campagne pour ramener l’Iran à la table des négociations, semblent généralement être en accord.

La diplomatie est à l’ordre du jour, en partie parce que il y a eu un semblant de geste de la part des Iraniens et en partie parce qu’il n’existe aucune alternative crédible à l’heure qu’il est.

Le défi des sanctions

Image

Cependant, les signes venant de Téhéran restent pour le moins ambigus. Trois réunions entre le haut négociateur nucléaire iranien, Ali Larijani, et le chef de la politique étrangère de l’UE, Javier Solana, ont été reportées. Ceci pourrait être dû à l’indécision des dirigeants iraniens eux-mêmes.

L’administration Bush semble en ce moment relâcher la pression pour l’imposition de sanctions contre Téhéran. Mais en l’absence de signes significatifs des Iraniens, cette pression pourrait de nouveau s’appliquer. Demeure toujours le problème de se rallier du soutien pour une forme quelconque de sanctions. Cela ne sera pas une tâche facile pour le Conseil de Sécurité. Et si l’on en croit ce sondage, convaincre l’opinion publique ne sera pas non plus une tâche aisée.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe