mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: Nucléaire« Il n'y a aucune chance que le régime iranien veuille perdre...

« Il n’y a aucune chance que le régime iranien veuille perdre cet accord sur le nucléaire »

« Il n'y a aucune chance que le régime iranien veuille perdre cet accord sur le nucléaire »

Alireza Jafarzadeh, directeur adjoint du Conseil national de la Résistance iranienne, a déclaré que, malgré les fanfaronnades de Téhéran concernant leur sortie de l’accord si les États-Unis le font, les dirigeants iraniens ont grandement besoin que l’accord se poursuive.

L’intention du président américain de supprimer l’accord nucléaire avec l’Iran et du président français Emmanuel Macron à l’amender par un nouvel accord plus global, a propulser la question iranienne au-devant de la scène.

Le président Trump a jusqu’au 12 mai pour déclarer si les États-Unis resteront ou non dans le Plan d’action global conjoint, ou JCPOA.

Alireza Jafarzadeh, a déclaré à WND et à Radio America : « Il n’y a aucune chance que le régime iranien veuille perdre cet accord. Ils veulent tout faire pour le maintenir, parce que le régime sait qu’en l’absence de cet accord, il n’y a vraiment pas trop d’autres options pour eux », a déclaré Jafarzadeh, qui a soutenu que les menaces du régime ne sont rien que du « vent ».

Il a déclaré que c’est parce que les troubles internes atteignent un point d’ébullition.

« Le régime est confronté à d’énormes problèmes au niveau national, en particulier sur le plan économique, a déclaré M. Jafarzadeh. « Nous avons vu le soulèvement en cours depuis décembre, qui s’est construit autour de la corruption économique en Iran et de la forte hausse des prix des denrées alimentaires de base. L’inflation est si élevée et monte en flèche. »

Écoutez l’interview de WND/Radio America avec Alireza Jafarzadeh :

L’Iran prend des mesures de répression contre les médias et les médias sociaux, de sorte qu’il est difficile de trouver des rapports sur les manifestations en cours. Mais Jafarzadeh a affirmé qu’ils sont toujours aussi forts et qu’ils apparaissent dans de nombreuses régions du pays.

« Les protestations se suivent depuis le début. Elle s’est étendue dans 142 villes, à partir de décembre dernier », a déclaré au M. Jafarzadeh, énumérant un certain nombre de villes qui ont été le théâtre d’importantes manifestations au cours des derniers jours.

« Chaque semaine, il y a un nouveau foyer de tension en Iran », a-t-il dit. « La population scande avec la même intensité contre le régime, faisant des demandes importantes, que le régime ne peut pas vraiment satisfaire. »

Il a déclaré que certains slogans condamnent même explicitement le gouvernement pour avoir accusé les États-Unis d’être la source de ses problèmes et déclaré que seul le régime des mollahs est à blâmer.

Le maintien de l’accord est essentiel pour les dirigeants iraniens, car l’argent qui est retourné à l’Iran à partir de l’accord a été présenté comme étant la solution aux problèmes économiques de l’Iran.

Cependant, même cette bonne fortune pourrait bientôt se retourner contre les dirigeants iraniens « une fois que la population réalisera que tout l’argent qui a été donné au régime des mollahs a fini dans la poche des mollahs, des ayatollahs et des Gardiens de la révolution (pasdaran) ».

Jafarzadeh a continué : « C’est essentiellement la structure militaire et la structure cléricale qui en ont bénéficié. Imaginez s’il y a plus de pression contre le régime, quel genre de problèmes politiques cela va créer pour le régime iranien. »

La question la plus pertinente pour Trump, Macron et d’autres dirigeants mondiaux est de savoir si le JCPOA empêche réellement l’avancement du programme nucléaire iranien. Jafarzadeh est convaincu du contraire.

« L’accord a maintenu intacte la quasi-totalité de l’infrastructure nucléaire du régime des mollahs », a-t-il déclaré. « Cela a permis la recherche et le développement de centrifugeuses plus perfectionnées qui pourraient, en fait, enrichir l’uranium beaucoup plus rapidement et plus efficacement plus tard. »

« L’accord n’a pas imposé de restrictions significatives au programme de missiles du régime des mollahs, qui est en train de se poursuivre avec davantage d’essais de missiles sur des missiles balistiques à capacité nucléaire. Et il y a cette ridicule clause d’extinction. Dans quelques années, toutes ces restrictions sur le programme nucléaire seront levées. »

Il a ajouté que les obstacles aux inspections rendent l’application de l’accord existant pratiquement impossible.

« Plus important encore, il n’y a ni accès ni inspection sérieuse d’un certain nombre de sites nucléaires où se trouve le cœur du programme nucléaire de l’Iran », a déclaré M. Jafarzadeh. « Il ne s’agit pas seulement de l’enrichissement, mais aussi de l’armement du programme. Nous avons exposé au moins six sites nucléaires qui, selon nous, doivent être inspectés. »

« Pour l’instant, les restrictions actuelles ne suffisent pas pour empêcher le régime des mollahs de mettre au point des armes nucléaires dans le futur », a-t-il dit.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe