jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIl faut rompre les relations économiques et diplomatiques avec le régime en...

Il faut rompre les relations économiques et diplomatiques avec le régime en Iran

Firouz Mahvi, du CNRIPar Firouz Mahvi *

La Gaceta (Espagne), 12 février – 31 ans après la révolution iranienne qui a renversé le chah, de nombreuses protestations et affrontements ont eu lieu dans diverses régions de Téhéran et d'autres villes cette semaine, jeudi 11 février. Les manifestants ont affronté les forces anti-émeutes à Téhéran. De violents affrontements ont suivi entre jeunes et forces répressives, avec des manifestants arrêtés par des agents du régime. Ces protestations, qui continuent, ont eu lieu malgré les mesures de sécurité énormes prises par le régime iranien.

Il est clair que cette dictature religieuse est absolument incapable de se réformer et qu’elle n'est pas disposée à faire une seule concession à la population. Tout compromis et concession permettrait d'accélérer le renversement du régime. Les exigences du peuple iranien sont plus profondes. Les gens n’accepteront rien de moins qu’un changement de régime. Avec les soulèvements, les revendications deviennent chaque jour plus sérieuses et plus radicales.

Le 11 février 2010, Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), a salué les femmes, les hommes et les jeunes courageux qui sont descendus dans les rues d’Iran et ont ébranlé les fondements du régime des mollahs avec leurs cris de «Mort au dictateur » et « Mort à Khamenei ».
«Aujourd'hui, a-t-elle dit, vous avez réussi à libérer l'anniversaire de la révolution antimonarchique de l'emprise du régime des mollahs, et vous libèrerez sans aucun doute l'Iran de leur occupation. Le soulèvement a sonné le glas du fascisme religieux au pouvoir en Iran et montre que les jours du régime sont comptés. »

Le soulèvement national du peuple iranien envoie un message clair à la communauté internationale, notamment à l'Union européenne et aux États-Unis, comme quoi le régime va tomber. C’est pourquoi tout investissement économique ou politique sur ce régime est voué à l’échec. Les relations économiques et diplomatiques avec le régime des mollahs n'ont servi que le maintien du régime et ont agi contre le peuple iranien. Elles doivent donc prendre fin.

* Firouz Mahvi est membre de la commission des affaires étrangères du Conseil national de la Résistance d'Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe