mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeGB: La presse britannique s'inquiète du rôle de Téhéran en Irak

GB: La presse britannique s’inquiète du rôle de Téhéran en Irak

Agence France Presse – Le retour en Grande-Bretagne des quinze marins capturés par l’Iran a été assombri jeudi par la mort de quatre militaires britanniques – dont deux femmes – tués en Irak dans une attaque derrière laquelle la presse britannique voyait la main de Téhéran.

Les journaux britanniques insistent vendredi sur les propos du Premier ministre Tony Blair, qui a affirmé jeudi qu’"il y a(vait) au moins des éléments du régime iranien qui appuient, financent, arment et soutiennent le terrorisme en Irak".

"Les premiers rapports affirment que l’explosion, qui a créé un profond cratère, a été provoquée par des charges du type de celles que les gardiens de la révolution iraniens auraient fourni aux milices chiites" irakiennes, affirme The Independent dans son édition vendredi.

Le journal souligne notamment que le lieu de l’attaque en Irak est un bastion de l’armée du Mahdi, la milice du chef chiite Moqtada Sadr, qui combat une milice chiite rivale, la brigade Badr. Il rappelle également que les Iraniens sont accusés de soutenir les deux factions et de les encourager à mener des attaques contre les forces britanniques en Irak.
 
Le Guardian cite de son côté un porte-parole de l’armée britannique qui accuse une "milice chiite ‘dévoyée’ suspecte d’avoir des liens avec l’Iran" d’être derrière l’attaque. Il cite également une source militaire de haut rang selon laquelle "les renseignements suggèrent que (les armes) viennent d’Iran mais il y a très peu de preuves solides.
"
"Il devient de plus en plus apparent que l’Iran joue un rôle majeur dans le soutien à l’insurrection dans le sud de l’Irak en fournissant aux terroristes les bombes et une savoir-faire technique avancé", affirme pour sa part le Daily Telegraph.

Quant au Times, il souligne que M. Blair "a évité de remercier le président (iranien) Ahmadinejad" après la libération des quinze marins.
Les quatre soldats britanniques et leur interprète civil ont été tués jeudi dans l’explosion d’un engin artisanal au passage de leur véhicule près de Bassorah, dans le sud de l’Irak, selon le ministère britannique de la Défense.

Ces décès portent à 140 le nombre de militaires britanniques tués en Irak depuis l’invasion en mars 2003.

 
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe