vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeGates appelle à faire pression sur l'Iran au terme de sa tournée...

Gates appelle à faire pression sur l’Iran au terme de sa tournée au PO

Agence France Presse – Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a appelé jeudi les alliés arabes des Etats-Unis à faire pression sur l’Iran afin qu’il renonce à son programme nucléaire, au terme d’une visite à Abou Dhabi, dernière étape de sa tournée au Proche-Orient.

"L’Iran est activement engagé actuellement dans des activités qui vont à l’encontre des intérêts de la plupart des pays, pratiquement tous les pays que nous venons de visiter, ainsi que ceux des Etats-Unis et de l’Irak", a dit M. Gates aux journalistes avant de quitter pour Washington.

M. Gates a effectué, en compagnie de la secrétaire d’Etat Condoleezza Rice, les deux premières étapes de sa tournée -Egypte et Arabie saoudite- et s’est ensuite rendu seul au Koweït et aux Emirats arabes unis. Mme Rice a continué sa mission en Israël et dans les territoires palestiniens.

Leur mission visait à obtenir notamment un soutien ferme de leurs partenaires dans la région face à l’Iran accusé par les Occidentaux en tête desquels les Etats-Unis de vouloir se doter de l’arme atomique sous le couvert de son programme nucléaire civil et d’ingérences négatives en Irak.

L’Iran, qui dément les intentions qu’on lui prête, refuse malgré les pressions et les sanctions de l’ONU de suspendre son programme d’enrichissement d’uranium.

"Nous ne pouvons attendre des années pour qu’ils (Les Iraniens) décident de changer leur politique", a dit M. Gates.

Le responsable américain était arrivé plus tôt dans la journée à Abou Dhabi où il s’était entretenu avec le prince héritier d’Abou Dhabi, cheikh Mohammed ben Zayed Al Nahyane, également commandant en chef adjoint des forces armées des Emirats, des moyens de maintenir la stabilité dans la région.

Il venait du Koweït, où il avait plaidé la veille pour un renforcement de la coopération militaire entre les deux pays.

"Plus nous avons des pays dans le monde qui coopèrent pour (appliquer) les sanctions de l’ONU et exercer des pressions sur ce gouvernement (iranien), dont les politiques sont diamétralement opposées aux intérêts de tous ses voisins, le mieux nous serons", a-t-il encore dit.

"C’était cela notre message" aux dirigeants des pays visités, a-t-il ajouté soulignant la nécessité de "travailler ensemble". "Il n’y a pas vraiment de places pour les spectateurs ici".

Interrogé sur la réaction des dirigeants qu’il a rencontrés, il a dit: "En ce qui concerne nos inquiétudes à l’égard de l’Iran, il n’y avait pas de différence d’opinion".

Sur l’Irak, M. Gates a reconnu que son administration avait sous-estimé les difficultés de rallier sunnites et chiites en vue d’une réconciliation nationale dans ce pays en proie à des violences confessionnelles sanglantes. Il a jugé "décourageant" la démission des six ministres du principal bloc sunnite, le Front de la concorde nationale, du gouvernement.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe