mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeFuite en avant et menaces creuses du président du Majlis des mollahs...

Fuite en avant et menaces creuses du président du Majlis des mollahs après la divulgation du rôle du régime dans le massacre du peuple syrien

Suite à la divulgation du rôle du régime iranien dans les crimes contre l’humanité en Syrie, et par crainte d’une réaction ferme de la part de la communauté internationale contre les crimes terribles du dictateur syrien, le pasdar Ali Rarijani, président du Parlement des mollahs,  s’est lancé dans une fuite en avant  avec des menaces creuses :
« Ces derniers jours on a pu constater un nouveau cran dans la sauvagerie à l’encontre de la Syrie dans les propos des autorités américaines et dans leurs actions et celui d’autres pays occidentaux. (…) La Syrie n’a absolument pas les caractéristiques de la Libye, la Ben-Ghazisation de la Syrie se terminera en Palestine et les cendres du feu qu’on attise recouvriront forcément le régime sioniste. » (Agence de presse FARS, affilié aux pasdaran, 30 mai 2012)

Trois jours plus tôt, l’agence gouvernementale ISNA avait rapporté les aveux sans précédent du général Ismaïl Gha’ani, l’adjoint de Ghassem Soleimani, commandant de la Force terroriste Qods : « Si la République islamique n’était pas présent en Syrie, le massacre de la population aurait été plusieurs fois supérieur. Avant que nous ne soyons en Syrie, le massacre de la population par l’opposition était considérable. Mais depuis la présence de la République islamique, tant d’une manière physique que non physiques, beaucoup de grands massacres ont pu être évités en Syrie »

Le général Gha’ani, un vétéran de la force Qods et à la tête des opérations terroristes et les ingérences des pasdaran dans les autres pays, a ajouté : « En dépit de tous les défauts du gouvernement syrien … il ne faut pas oublier que la Syrie est une géographie de la résistance… Le réveil islamique ne concerne pas seulement la Force Qods, cette force n’a pu agir que de concert avec les autres forces, et cela continuera. »

Les autorités iraniennes ont immédiatement retiré cette dépêche des sites du régime.

Ces chantages terroristes et ces menaces creuses contre la communauté internationale, sont la répercussion de l’épouvante du régime iranien face à l’éclatement de son front régional en raison du soulèvement du peuple syrien. Un front sur lequel il a investi depuis 30 ans des milliards de dollars, et qui constitue son principal levier pour l’exportation du terrorisme et de l’intégrisme dans la région et sa politique de chantage sur la scène internationale.

La Résistance iranienne rappelle que la dictature cléricale est le banquier central du terrorisme et de l’intégrisme dans le monde, notamment dans le Moyen-Orient, et souligne que tant que les mollahs seront au pouvoir en Iran ils ne renonceront jamais à l’exportation du terrorisme et de l’intégrisme ; la seule solution pour les contrecarrer c’est d’adopter une politique de fermeté, notamment par des sanctions globales et le renvoi au Conseil de sécurité des Nations-Unies du dossier de leurs terrorismes et de leurs violations des droits de l’homme.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 1er juin 2012
          

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe