jeudi, juillet 25, 2024
AccueilActualitésActualités: FemmesVente de parties du corps pour la survie : un phénomène troublant...

Vente de parties du corps pour la survie : un phénomène troublant secoue la société en Iran

Vente de parties du corps pour la survie : un phénomène troublant secoue la société en Iran
Annonce sur un mur en Iran pour la vente d’un rein (femme de groupe sanguin A+ – âge 27 – numéro de téléphone)

Dans la saga déchirante d’une nation au bord de l’effondrement économique, une entreprise lucrative et obsédante émerge, atteignant des sommets sans précédent en Iran: le trafic éhonté d’organes humains.

Ce commerce macabre, avec sa nature grotesque et sa faillite morale, est un testament effrayant des profondeurs d’une tragédie humaine. Ce problème a fait l’objet de nombreux rapports, mais un article récent publié dans le journal officiel Jahan-e Sanat a remis cette tragédie sous les feux de la rampe.

L’article du 3 mai, intitulé « les marchands de vie« , a fait les gros titres, ce qui a incité la théocratie au pouvoir à ordonner au journal de le retirer.

Ces dernières années, alors que le poids de la hausse vertigineuse du coût de la vie et de la misère continue de peser sur la population, l’attrait insidieux de cette entreprise s’est développé.

L’article commence par une annonce murale qui fait froid dans le dos : « Je vends les parties de mon corps, même mon cœur. J’ai 33 ans et j’ai besoin d’argent pour nourrir ma femme et mes quatre enfants et payer mon loyer. Je ne suis pas au chômage. Je suis ouvrier depuis 23 ans« .

Si les reins, le produit vital tant convoité, continuent d’être très demandés, les limites de ce marché sordide ont été franchies depuis longtemps. Depuis les profondeurs creuses de son origine, il y a plus d’une décennie, il s’est métamorphosé en un grotesque bazar où le foie, la moelle osseuse et la cornée sont impitoyablement troqués. Chaque transaction exacerbe un peu plus la sombre situation dans laquelle se trouve la nation, l’enfonçant un peu plus dans l’abîme de la désolation.

« En descendant dans la rue Vali-Asr et près du palais judiciaire, il y a une allée qui est le marché aux reins. Il n’y a personne, mais on peut trouver un mur rempli d’annonces de vente de parties du corps« , peut-on lire dans l’article, qui ajoute que « l’année dernière, outre les annonces de dons de reins, des dons de foie, de moelle osseuse, de cornée, de sperme et d’ovules ont également trouvé leur place sur les murs« . En outre, un site web portant le même nom a été lancé, facilitant la mise en relation des personnes à la recherche de ces services.

« L’année précédente, l’Association iranienne du rein avait fixé le taux de don de rein à 800 millions de rials, mais le prix d’achat et de vente réel avait grimpé à 3 milliards de rials. Cette année, dès le début, le prix du rein a oscillé entre 5 et 10 milliards de rials. L’implication d’intermédiaires ou l’état critique du patient, combinés à la demande du groupe sanguin rare O-, augmentent encore le prix ».

En attendant, même selon les lois du régime, l’achat et la vente d’organes sont considérés comme un crime en Iran, et seul le don d’organes est légal. Seul le don de rein d’une personne vivante est possible.

« Selon les registres du ministère de la Santé, l’Iran a connu 420 cas de greffes de rein de personnes vivantes en 2020. Consciente de la présence d’intermédiaires dans le don de rein, l’Association iranienne du rein, qui se consacre au soutien des malades du rein, a mis en place un système réglementé pour ce processus, comprenant l’enregistrement et des dispositions financières spécifiques », écrit Jahan-e Sanat à ce sujet, ajoutant que l’Association du rein « a d’abord fixé le prix à 120 millions de rials, puis l’a augmenté à 340 millions de rials, le montant indiqué pour le don par l’association a maintenant grimpé à 800 millions de rials depuis 2020. »

Aujourd’hui, alors que le prix d’un organe corporel fluctue entre 500 millions et un milliard de rials sur le marché noir, de plus en plus d’Iraniens vendent leurs organes vitaux pour gagner leur vie.

« L’entretien de notre journaliste avec les vendeurs indique qu’ils veulent tous vendre leurs organes à cause de la pauvreté, et cela n’est malheureusement pas limité à un sexe ou à un âge spécifique. Parfois, les acheteurs ne peuvent pas non plus se permettre ces prix parce qu’ils doivent vendre leur maison ou leur voiture pour avoir assez d’argent pour une transplantation », peut-on lire sur Jahan-e Sanat.

Ainsi, comme les Iraniens ne peuvent plus payer les prix élevés des organes vitaux, beaucoup vendent leurs parties du corps en dehors de l’Iran, notamment en Irak, en Turquie et dans les Émirats arabes unis.

« Certains intermédiaires ayant des liens internationaux facilitent le voyage des vendeurs d’organes vers des pays voisins comme les Émirats arabes unis, la Turquie et l’Irak, où ils peuvent vendre leurs parties du corps pour des sommes allant de 7 000 à 15 000 dollars. Malheureusement, dans de nombreux cas, ces vendeurs tombent entre les griffes d’escrocs, ce qui a des conséquences fatales. Il convient de noter que les vendeurs de parties du corps ne bénéficient d’aucune protection juridique dans le pays, ce qui ne leur laisse souvent pas d’autre choix que de s’engager dans cette entreprise périlleuse« , reconnaît Jahan-e Sanat à cet égard.

Ces vendeurs ne sont pas au chômage ; ils travaillent sans relâche pour joindre les deux bouts. Cependant, la grave crise économique que traverse le pays, exacerbée par la corruption omniprésente du régime, ne leur laisse d’autre choix que de sacrifier leurs propres organes vitaux pour assurer leur survie.

« Une brève recherche sur les chaînes Telegram et les sites web locaux révèle que le commerce de parties du corps s’étend bien au-delà de Téhéran ou des grandes villes, englobant l’ensemble du pays – un témoignage alarmant du dénuement généralisé qui se lit sur les visages de l’ensemble des 80 millions d’Iraniens. La pauvreté n’est pas apparue du jour au lendemain ; elle a toujours existé et continue d’affliger la population« , écrit le journal à ce sujet.

Comme le reconnaît Jahan-e Sanat, « l’inflation et la flambée des prix ont plongé les gens dans l’abîme de le dénuement« . À l’intérieur des frontières de l’Iran, le sort déchirant de personnes qui marchandent des parties de leur propre corps pour un simple morceau de pain souligne la tragédie déchirante qui se cache sous la surface. Les vendeurs de reins, autrefois motivés par le désir d’acquérir des biens matériels tels que des voitures ou des maisons, se voient aujourd’hui contraints de vendre leurs organes pour subvenir à leurs besoins quotidiens. »

Le journaliste de Jahan-e Sanat a contacté deux vendeurs, l’un ouvrier et l’autre mère célibataire avec deux enfants mineurs. L’ouvrier, âgé de 22 ans, vend son rein pour 5 milliards de rials et une partie de son foie pour 2 milliards de rials. La mère célibataire, née en 1987, vend son rein pour 3,4 milliards de rials. « C’est le seul moyen dont je dispose pour nourrir mes enfants », dit-elle.

La vente d’organes présente des risques importants et peut avoir de graves conséquences pour les personnes concernées. L’équilibre du corps humain est complexe et l’ablation d’organes vitaux peut entraîner des complications physiques et psychologiques qui bouleversent la vie. Les procédures chirurgicales pratiquées en dehors d’un cadre médical réglementé et sans l’expertise médicale appropriée augmentent les risques d’infections, d’erreurs chirurgicales et de problèmes de santé à long terme.

En outre, la charge émotionnelle liée à l’abandon d’un organe et les répercussions éthiques et juridiques potentielles peuvent nuire durablement au bien-être d’une personne.

Pourtant, les habitants de l’une des nations les plus riches du monde doivent vendre des parties de leur corps pour gagner leur vie, tandis que la théocratie au pouvoir dilapide la richesse nationale de l’Iran dans le terrorisme et la répression.

« De plus en plus de personnes vendent leurs organes tandis que le gouvernement d’Ebrahim Raïssi ne cesse de se vanter d’avoir éradiqué la pauvreté. Le seuil de pauvreté a augmenté de 210 millions de rials et le salaire d’un travailleur est d’environ 80 millions de rials. Pourtant, le gouvernement continue de parler d’éradication de la pauvreté », écrit Jahan-e Sanat à ce sujet.

Ces tragédies déchirantes, abominables par nature, attisent les flammes de l’indignation sociale contre la théocratie au pouvoir, dont les machinations illicites et les politiques malignes ont ravagé sans pitié la vie de la population.

« Le commerce d’organes est un témoignage saisissant de la situation économique désastreuse et de la lutte angoissante pour la survie à laquelle sont confrontés les membres de la société, les empêchant de connaître un semblant de normalité. Une situation aussi pénible engendre inévitablement une myriade de périls sociaux, jetant une ombre sur le tissu de la communauté », prévient Jahan-e Sanat.