vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: FemmesIran : les femmes vendent leurs cheveux pour joindre les deux bouts

Iran : les femmes vendent leurs cheveux pour joindre les deux bouts

Iran : les femmes vendent leurs cheveux pour joindre les deux bouts

Dans sa célèbre nouvelle, « Le cadeau des rois mages », O. Henry raconte l’histoire d’une femme qui a dû vendre ses cheveux 20 $ pour acheter un cadeau de Noël pour son mari. Sous le régime des mollahs, en Iran, les femmes doivent vendre leurs cheveux 30 dollars pour simplement survivre.

Les médias d’État iraniens ont reconnu que les femmes et les filles iraniennes vendaient leurs cheveux pour couvrir leurs dépenses en raison de la crise économique du pays.

« La plupart de mes clients vendent leurs cheveux en raison de leurs problèmes financiers. Ils me disent : ‘Coupe aussi court que tu veux. Mais donne-nous plus d’argent’ », lance un barbier iranien, faisant la lumière sur cette tragédie, selon le quotidien public Khorasan le 22 décembre 2021.

Les salons de coiffure pour femmes sont remplis de la publicité « Nous achetons vos cheveux ». Les vendeurs laissent également leurs annonces sur les murs.

« J’ai vendu mes cheveux pour couvrir mes frais de subsistance. Quand j’ai vu l’annonce, j’ai décidé de vendre mes cheveux. J’aimais mes cheveux, mais je n’avais pas d’autre choix », a cité le journal d’État Tejarat, citant Zahra, qui a vendu ses cheveux de 50 cm pour 10 millions de rials ou 33 $ (au taux de change du dollar du marché libre.)

« Pour m’inscrire à un cours pour mon travail, j’ai dû vendre mes cheveux. Mon mari n’était pas d’accord avec moi, mais j’avais besoin d’argent et je n’avais pas d’autre choix », a cité Tejarat-news en citant une autre femme.

En avril 2021, un barbier a déclaré à l’agence d’État Khabar-Online que le prix des cheveux ne dépasse pas 10 millions de rials. « Les femmes aiment leurs cheveux, mais elles les vendent parce qu’elles ont besoin d’argent », a-t-elle déclaré.

La vente de cheveux ne se limite pas aux femmes jeunes ou d’âge moyen. Des adolescentes et des enfants d’à peine dix ans vendent également leurs cheveux.

« Une fille de dix ans a vendu ses cheveux pour acheter un téléphone portable. Une femme d’âge moyen a vendu ses cheveux pour payer les médicaments de son mari, qui est maintenant invalide après être tombé d’un immeuble. Une autre cliente de 21 ans a vendu ses cheveux pour payer les versements de la dot de ses sœurs. Et une adolescente a vendu ses cheveux pour s’inscrire au lycée », a écrit le quotidien Khorasan le 22 décembre.

Iran : les femmes vendent leurs cheveux pour joindre les deux boutsUne femme qui vendait les cheveux de ses filles a déclaré à Tejarat-news : « Nous avons désespérément besoin d’un autre téléphone portable [pour assister aux cours en ligne]. Mes trois filles doivent partager un téléphone portable, et ce n’est pas possible. Je vends leurs cheveux pour 40 millions de rials [presque 40 $].

Dans d’autres pays, vendre des cheveux est une affaire de luxe. Aux États-Unis, les femmes vendent leurs cheveux parfois jusqu’à des milliers de dollars. Mais en Iran, malgré les vastes ressources naturelles du pays, les femmes doivent vendre leurs cheveux pour gagner leur pain.

Ces dernières années, alors que l’économie iranienne s’effondre rapidement en raison de la corruption, de l’incompétence et de la mauvaise gestion des mollahs, des entreprises telles que la vente d’organes ou la vente de cheveux sont en plein essor. En outre, d’autres phénomènes sont apparus, tels que les habitants des tombes, la location des toits et le ramassage des ordures.

Dans un rapport exclusif en 2018, la Résistance iranienne a révélé certains aspects de la tragédie de la vente d’organes vitaux en Iran. Selon ce rapport, « les reins sont les plus demandés, mais une entreprise qui a démarré il y a plus de dix ans ne se limite plus aux reins, mais comprend le foie, la moelle osseuse et la cornée. Le foie est le deuxième organe le plus commercialisé et le plasma sanguin est le dernier ajout à la liste. »

Contrairement à ce que les experts iraniens avaient tenté de sous-entendre, la crise économique actuelle en Iran n’est pas entièrement due aux sanctions. Le régime a gaspillé des milliards de dollars pour ses ambitions malveillantes, telles que ses programmes nucléaires et de missiles clandestins et le soutien de ses groupes terroristes par procuration à travers le Moyen-Orient.

En 2020, une interview déchirante d’un jeune père de 29 ans qui voulait vendre son cœur a circulé sur les réseaux sociaux. Ce père avait mis une annonce pour vendre son cœur afin d’assurer l’avenir de sa famille.

« Oui, je sais ce qui se passera…. J’ai essayé de nombreuses autres méthodes et j’ai atteint une impasse. C’est la seule solution pour assurer l’avenir de mes enfants », confie l’homme à l’acheteur. Comme prix pour son cœur, il donne dix milliards de rials, soit 367 000 $, avec le taux de change actuel du dollar du marché libre de l’Iran à l’époque.

« On estime que le coût du programme nucléaire devrait être estimé 2 000 milliards de dollars. Il semble que l’évaluation initiale de l’expert de l’Organisation du budget et de la planification n’était pas loin de la réalité », a écrit le quotidien Arman le 4 décembre.

Le quotidien Khorasan du 22 décembre a fait référence à l’activité en plein essor de la vente de cheveux dans la province de Khorasan, tandis que l’une des plus grandes institutions financières iraniennes, Astan-e Quds Razavi, se trouve dans cette province.

Behzad Nabavi, ministre du gouvernement dans plusieurs administrations, a déclaré dans une interview à l’agence de presse officielle Alef le 21 septembre 2019, « Dans notre pays, il y a quatre institutions qui contrôlent 60 % de la richesse nationale. Cela inclus le Siège exécutif de la directive de l’imam (Setad Ejraie Farman Imam), la Base de Khatam-ol-Anbiay, la Fondation Astan-e Quds et la Fondation des opprimés et des handicapé. Aucune de ces institutions ne répond au gouvernement ou au parlement.

Le régime iranien a la capacité et les fonds nécessaires pour aider les Iraniens et les empêcher de vendre des parties de leur corps. Les filles iraniennes pourraient facilement fréquenter l’école sans vendre leurs cheveux pour acheter de la papeterie si un gouvernement autre que le régime des mollahs était au pouvoir.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe