samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: FemmesIran : La police de la moralité et le régime moribond

Iran : La police de la moralité et le régime moribond

Iran : La police de la moralité et le régime moribond

La suspension apparente de la fameuse « police de la moralité » iranienne a fait la une des journaux ces derniers jours. Au fil des jours, il est apparu qu’il y a eu beaucoup de bruit pour rien. L’info a circulé à la suite d’une conférence de presse du procureur général du régime, Mohammad Montazeri, le 3 décembre.

Le chef de la commission iranienne pour la détermination du contenu Web criminel – Mohammad Jafar Montazeri, a déclaré: » Cet organe n’était pas lié au pouvoir judiciaire et a été annulé par ceux qui l’ont initié  » (Entekhab le cite le 3 décembre).

Les factions et les apologistes du régime ont rapidement commencé à répandre de fausses nouvelles et à faire grand bruit à propos de ce geste plutôt pathétique. Malheureusement, certains médias de renommée internationale y ont adhéré.

Selon le site Internet Entekhab, géré par l’État, le 1er décembre, Montazeri a déclaré : « Le parlement et le Conseil suprême de la révolution islamique étudient et travaillent sur le port du voile obligatoire, et les résultats seront connus dans 15 jours. Ces décisions doivent être prises sur la base de la sagesse.

La « sagesse » dont parlait Montazeri était une combinaison de tromperie et d’oppression.

Moins d’un jour après que Montazeri a annoncé la cessation des activités de la police de la moralité, les médias d’État iraniens ont rapporté que les patrouilles de quartier augmenteraient et que les forces de sécurité seraient plus présentes pour tenter d’établir des « liens » avec le public !

En outre, selon le site Internet Tabnak, géré par l’État, le 1er décembre, le député Hossein Jalali a déclaré : « Nous augmenterons les conséquences d’un dévoilement en public. Prendre du recul par rapport au plan de chasteté et du Hijab, c’est comme abandonner la République islamique. Si le code vestimentaire islamique est éliminé, la République islamique disparaîtra également », a-t-il déclaré. Il a également promis aux partisans du régime de « fermer les comptes bancaires des individus mal voilés« .

Pour la théocratie au pouvoir en Iran, les violations des droits humains, en particulier les violations des droits des femmes, sont considérées comme un pilier de l’existence et la seule méthode pour contrôler la société agitée. En raison de sa nature et de la menace existentielle qu’il ressent du fait du soulèvement, le fascisme religieux ne veut pas et ne peut pas faire preuve de la moindre souplesse dans son approche médiévale de la société. Parce qu’une seule faille dans son appareil oppressif, comme l’a reconnu le chef suprême du régime Ali Khamenei, effondrerait immédiatement l’ensemble du système.

Les experts de Téhéran en Occident avaient fait beaucoup de tapages à propos de la suspension de la police des mœurs. Dans le même temps, les forces de sécurité ont poursuivi leur tuerie et leurs arrestations arbitraires de manifestants au cours du troisième mois du soulèvement national en Iran. Les vidéos d’Iran montrent des forces oppressives armées ouvrant le feu sur des manifestants non armés. Ils enlèvent, torturent et tuent également des manifestants tout en prétendant faussement que les victimes se sont «suicidées ».

Le régime choisit de détourner l’attention internationale de ses crimes contre l’humanité et de la révolution qui se prépare en Iran.

Les manifestations ont éclaté en septembre après la mort de Mahsa Amini en garde à vue par la police des mœurs. Sa mort a déclenché un soulèvement national, les gens appelant un changement de régime.

Déborder par ce que beaucoup considèrent comme une révolution démocratique iranienne, le fascisme religieux a eu recours à la tromperie et à la violence. Les apologistes de Téhéran et ses « alternatives » fabriquées ont essayé de vendre cette notion inepte selon laquelle la demande des femmes iraniennes se limite à la liberté de choisir quoi porter.

Ce plan a échoué, comme l’ont souligné les femmes iraniennes, que ce soit dans des régions plus conservatrices du pays comme Zahedan ou dans des métropoles comme Téhéran, « avec ou sans hijab, en avant vers la liberté ».

Réduire les demandes des femmes iraniennes d’abolir le voile obligatoire revient en effet à négliger leur rôle de premier plan dans le soulèvement national. L’alternative à la théocratie au pouvoir est un islam tolérant et un mouvement dirigé par des femmes iraniennes.

Alors que certains observateurs continuent d’affirmer que la société iranienne s’est éloignée de la religion, en l’absence de transparence dans un pays comme l’Iran, aucune conclusion majeure ne pourrait ou ne devrait être tirée à cet égard. Alors qu’une partie de la population reste fidèle à ses convictions, mettre l’accent sur une question aussi sensible ne servira qu’à ceux qui veulent détourner le mouvement révolutionnaire.

Le mouvement de la Résistance iranienne s’est concentré sur cette question, autonomisant ainsi les femmes et leur ouvrant la voie à des postes de direction dans les rangs de la Résistance iranienne. C’est ce que le régime craint le plus. Par conséquent, il essaie de limiter les revendications des femmes iraniennes à certains droits fondamentaux.

Ces méthodes ne doivent tromper personne. La soi-disant abolition de la police des mœurs n’est rien d’autre qu’une tempête dans une tasse de thé. La demande réelle des Iraniens est un changement de régime, et c’est ce que le monde devrait reconnaître et soutenir en permettant au peuple iranien d’exercer son droit à l’autodéfense. Le régime est dans sa situation la plus vulnérable, et le monde ne devrait pas tomber dans son jeu.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe