vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: FemmesIran : Comprendre le geste pathétique de Khamenei sur les droits des...

Iran : Comprendre le geste pathétique de Khamenei sur les droits des femmes

Iran : Comprendre le geste pathétique de Khamenei sur les droits des femmes
Mercredi, le Guide Suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a une fois de plus révélé la nature misogyne de la théocratie au pouvoir, reconnaissant le rôle majeur des femmes iraniennes dans le soulèvement national iranien.

« Les tâches les plus importantes des femmes sont celles de mère et d’épouse. En d’autres termes, le rôle de ménagère. Aucune femme ne donne la priorité à son travail plutôt qu’à la sécurité de son enfant. Sans aucun doute, si une femme est obligée de choisir entre l’éducation de ses enfants et le travail, la famille est plus importante », a-t-il déclaré.

Ce n’est pas la première fois que Khamenei démontre parfaitement l’essence misogyne de son régime, en limitant le rôle des femmes iraniennes à « l’entretien de la maison et la procréation ». Examinons certains de ses propos au cours des années passées.

« Le ménage est le travail le plus naturel et le plus parfait pour les femmes », 29 novembre 1993.

« Certains croient que les femmes manquent de grands emplois. Non, ce n’est pas le problème des femmes. Même les femmes qui ont des emplois importants ont besoin d’un soutien moral et émotionnel fort, qui est leur mari », 22 octobre 1997.

« Pour les femmes, le ménage est un travail. En effet, c’est une occupation très importante et porteuse d’avenir », 1er mai 2013.

Khamenei s’est illustré par de nombreux autres discours misogynes, calomniant la dignité des femmes iraniennes. Mais ses actions et celles de son régime ne se limitent pas à ces discours de haine envers la moitié de la nation. La théocratie au pouvoir a, en effet, privé les femmes iraniennes de leurs droits fondamentaux, et elle a créé au moins 27 institutions et organisations pour réprimer les femmes. Dans son discours de mercredi, Khamenei a reconnu que le nombre d’étudiantes universitaires est supérieur au nombre d’étudiants. Pourtant, le nombre de femmes au foyer instruites mais sans emploi est également supérieur à 60 %.

Au cours du récent soulèvement, de nombreux prisonniers libérés ont raconté des récits poignants de viols et de tortures infligés aux manifestantes incarcérées. C’est le modus operandi du régime et sa méthode barbare pour briser les femmes. Le docteur Ayda Rostami a été enlevée pour avoir aidé des manifestants blessés. Sa famille a été informée le jour suivant pour récupérer son corps. Elle a été tuée sous la torture. Ces dernières années, les voyous du régime ont attaqué des femmes à l’acide sous prétexte de « mauvais port de voile« .

Les propos de Khamenei mercredi ont également révélé sa peur totale des femmes iraniennes courageuses.

« J’ai été préoccupé par la façon d’utiliser des femmes intelligentes et expérimentées à différents niveaux de la prise de décision dans le pays, et nous trouverons certainement une solution pour cela« , a-t-il déclaré, reconnaissant que, contrairement au récit tenu par les experts du régime à l’étranger, les demandes des femmes iraniennes ne sont pas limitées à quelques réformes sociales telles que la suppression du voile obligatoire. Le régime de Khamenei a exécuté de nombreuses femmes éduquées, il n’a donc pas eu un changement d’avis soudain sur l’utilisation des femmes dans le processus de « prise de décision ».

Ce qui a obligé Khamenei à prononcer ces mots, c’est le soulèvement national qui a persisté malgré la répression la plus sévère, ébranlant les fondements du régime. L’endurance de ce que beaucoup considèrent comme la révolution démocratique de l’Iran, malgré les tentatives du régime pour l’étouffer, confirme qu’elle est bel et bien organisée.

Les femmes iraniennes jouent un rôle de premier plan dans cette lutte à travers le pays, portant le drapeau de la liberté à tout prix, scandant des slogans tels que « avec ou sans hijab, en avant la révolution ». En fait, les femmes ont été les pionnières de la lutte contre le régime misogyne. Nombre d’entre elles ont sacrifié leur vie en tant que responsables ou membres de l’opposition iranienne, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI).

Cette bravoure et cette ténacité ont inspiré une nation et le monde entier et ont terrifié le régime misogyne au plus haut point. Ainsi, Khamenei a été contraint de parler de la position « décisionnelle » des femmes. En raison de la nature misogyne de son régime, prendre une telle mesure ou changer de comportement, comme Khamenei l’a maintes fois mis en garde contre cela, accélérerait l’effondrement du système qui semble imminent.

Ce geste pathétique a bien illustré son impasse absolue face à la véritable « force de changement » en Iran. Sa répression contre les femmes s’est retournée contre lui, et il n’a d’autre choix que de poursuivre sa brutalité, ce qui ajouterait à la résignation de la société.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, avait évoqué l’immense pouvoir des femmes comme force de changement et leur menace pour le régime dans son discours du 21 juin 1996 à Earls Court, à Londres.

« Les mollahs misogynes et cruels ont l’intention de détruire les droits et les libertés des femmes et de piétiner leur dignité humaine afin de renforcer les piliers de leur régime. Mais aux mollahs, je dis : si vous pensez que vous pouvez obtenir ce que vous voulez parce que le désir de vivre librement et de penser librement est mort dans le monde, vous vous trompez lourdement. Vous avez fait tout votre possible pour humilier, réprimer, torturer et massacrer les femmes iraniennes, mais soyez assurés que vous recevrez le coup de la force même que vous avez escamotée, la force même que votre esprit réactionnaire ne peut vous permettre de prendre en considération« , a-t-elle déclaré.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe