mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeEntreprendre des actions appropriées vis-à-vis du régime en Iran

Entreprendre des actions appropriées vis-à-vis du régime en Iran

Par le général Paul Vallely

Co-écrit par le général McInerney, le général Paul Vallely et le Pr. Raymond Tanter

International Analyst Network, 20 novembre – (…) Nous approuvons la mise à l’index des entités et des individus impliqués dans les activités de prolifération d’armes de destructions massives du CGRI, des banques "Melli" et "Mellat" du régime iranien, et des individus liés à l’Organisation de l’industrie aéronautique d’Iran.

De meme, nous nous sommes réjouis de ce que la Force Qods du CGR ait été désignée comme le fournisseur d’armes aux Talibans et à d’autres organisations terroristes, et que la banque Saderat ait été désignée comme un financier des organisations terroristes.
 
Ces classements sont des coups portés au talon d’Achille du régime iranien. Ces sanctions empêcheront Téhéran de poursuivre son programme de fabrication de la bombe atomique et de mener ses activités terroristes en utilisant certains groupes.

Des États membres de l’Union Européenne sont en train de se concerter pour mettre en place des sanctions plus sévères à l’égard du régime iranien, puisque l’ONU n’est pas disposé à adopter une troisième résolution. La diplomatie avance lentement, alors que le régime iranien progresse dans ses projets d’enrichissement d’uranium et d’exportation du terrorisme. L’option militaire doit rester sur la table, mais il existe une troisième option qui permettrait de renforcer la diplomatie et de rendre moins nécessaire l’action militaire: apporter notre aide au peuple iranien.
 
Comme le Président l’a reconnu, c’est grâce à un groupe de l’opposition iranienne que nous avons été informés sur les activités clandestines du régime iranien dans le domaine de l’enrichissement de l’uranium. Le groupe dont a parlé le Président c’est le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), un parlement en exil qui est à l’origine des révélations sur les projets du régime iranien pour fabriquer la bombe nucléaire. L’Union Européenne considère ce parlement comme un groupe d’opposition légal. Le CNRI peut donc avoir des activités en Europe, mais pas aux Etats-Unis. Ce groupe constitue la seule menace crédible pour les mollahs au pouvoir en Iran. Il est capable de provoquer un changement de régime sans qu’une utilisation de la force par les Américains soit nécessaire. Le changement de régime c’est quelque chose que le peuple iranien peut faire tout seul.
 
Les Moudjahidine du peuple sont la plus grande composante de ce parlement iranien en exil. Ils ont révélé que la technologie sophistiquée des bombes de bord de route qui tue les soldats américains en Irak est introduite clandestinement par le régime iranien. Notre Comité (IPC) a effectué des études sur les déclarations du régime iranien et nous sommes arrivés à la conclusion suivante : le nombre des déclarations de Téhéran concernant l’OMPI est 350% plus élevé que celles concernant tous les autres groupes. Le régime de  Téhéran déteste ce groupe plus que tous les autres groupes d’opposition.
 
En juillet 2004, après 16 mois d’enquête menée auprès des membres de l’OMPI présents en Irak, les responsables américains ont affirmé n’avoir trouvé aucun motif pour accuser les membres de l’OMPI de violations des lois américaines. Or, ce groupe est encore répertorié dans les organisations terroristes par le Département d’État. Le FBI et d’autres services américains ont longuement interrogé les membres de l’OMPI et n’ont trouvé aucune base d’accusation.
 
En juillet 2004, le général Geoffrey Miller qui était alors l’adjoint du commandant en chef des forces américaines en Irak, a annoncé que les membres de l’OMPI étaient des personnes protégées par les Etats-Unis, en vertu des droits dont ils bénéficient dans le cadre de la Quatrième Convention de Genève. Le numéro 2 de l’armée américaine en Irak et le commandant de la quatrième Division d’infanterie, le général Raymond Odierno, a tenu des propos favorables à l’égard de l’OMPI. Il a estimé que la désignation de ce groupe comme un groupe terroriste doit être reconsidérée.
 
En août 2003, sous la pression de Téhéran, le Département d’État a fermé les bureaux du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) à Washington. Mais le régime iranien a augmenté son soutien à la milice chi’ite de Moqtada Al Sadr. Puis, les explosifs meurtriers destinés à être placés en bordure des routes ont été fabriqués en Iran et envoyée en Irak pour y tuer des Américains.
 
L’OMPI et le CNRI sont deux groupes d’opposition iranien qui oeuvrent pour la démocratie, mais leur travail est actuellement entravé. Ils sont désignés de façon injustifiée, comme des organisations terroristes aux États-Unis, contrairement aux recherches effectuées par "Iran Policy Committee" et contrairement à la politique de nos alliés européens.
 
La mise à l’index des organes du régime iranien impliqués dans des activités de prolifération et des activités terroristes va modifier l’équilibre des forces au Moyen-Orient. Ces désignations montre que les États-Unis ont adopté une position ferme et nos alliés devraient faire davantage pour contrer la menace du régime iranien. La prochaine étape de la coopération transatlantique pour combattre la menace que constitue le régime de  Téhéran est  d’aider le peuple iranien à provoquer un changement démocratique en Iran.

Article coécrit par :

– Le général McInerney, général de l’Armée de l’air des Etats-Unis (en retraite), membre de l’IPC (Iran Policy Committee)

– Le général Paul Vallely, général de l’Armée des Etats-Unis (en retraite), membre de "Stand Up America" et de l’IPC

– Le Pr. Raymond Tanter, président de l’IPC, ancien membre du Conseil de Sécurité nationale américain.