vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeEn Irak, des groupes spéciaux de l'Iran fleurissent

En Irak, des groupes spéciaux de l’Iran fleurissent

UPI, 23 décembre – Des « groupes spéciaux » de l’Iran, des agents paramilitaires de Téhéran en Irak, sont susceptibles de prospérer sous le nouveau gouvernement de coalition dominé par les chiites formé par le Premier ministre Nouri al- Maliki, le choix de l’Iran pour gouverner à Bagdad.

Maliki, un chiite qui a une longue histoire de collaboration avec Téhéran, s’est lui-même nommé ministre par intérim de la défense, de l’intérieur et de la sécurité nationale, trois postes des plus puissants et sensibles au sein du gouvernement, qu’il fusionne.
 
Bien que Maliki semble pencher vers l’arrière pour accommoder ses rivaux dans la majorité chiite en Irak ainsi que les minorités sunnites et les Kurdes de son gouvernement dans un esprit de réconciliation, il est peu probable qu’il renonce à ces ministères qui dominent le secteur de la sécurité.
 
Au cours de son premier mandat après son élection en 2006, Maliki a régulièrement amassé le contrôle de toutes les forces de sécurité, souvent de façon furtive, pour assurer son pouvoir.
 
En dépit de la nécessité politique de donner à ses rivaux certains postes supérieurs dans l’intérêt de l’unité nationale, il est peu probable qu’il adoucisse ses instincts dictatoriaux.
 
Maliki pourrait suivre un cours plus nationaliste que Téhéran le souhaite, mais les groupes spéciaux, contrôlés par le corps d’élite iranien des gardiens de la révolution, ont ces dernières années démontré leur capacité de déstabiliser l’Irak et d’accélérer le retrait des États-Unis.
 
Les groupes spéciaux ont été mis en place par Téhéran par la force Qods des gardiens de la révolution après l’invasion américaine de mars 2003 qui a renversé Saddam Hussein, ennemi de longue date de l’Iran.
 
La Force Qods, qui effectue toutes les opérations secrètes extérieures de l’Iran, opère en Irak depuis plus ou moins 1979.
 
La mission des groupes spéciaux a été d’attaquer les forces américaines et leurs alliés, et de mener des opérations clandestines pour renforcer l’influence iranienne et, éventuellement, son contrôle de l’Irak post-Saddam.
 
Ils étaient sans doute plus dangereux pour les Américains et leurs alliés irakiens qu’Al-Qaïda.
 
«Tout en cherchant à accélérer le retrait des États-Unis, les groupes spéciaux démontrent la capacité de l’Iran à déstabiliser l’Irak et peuvent servir à faire pression sur un futur gouvernement en réduisant la présence à long terme des forces américaines dans le pays», dit l’analyste américain Michael Knights.
 
« Plus largement, les groupes spéciaux représentent un outil flexible qui peut être utilisé pour aider les efforts de l’Iran à empêcher nationalistes et anciens baasistes de prendre la tête de la politique irakienne et de maintenir l’influence sur un nouveau gouvernement à majorité chiite, » écrit Knights dans le Revue du Centre de lutte contre le terrorisme de West Point.
 
Ces cellules militaires – armées, financées et entraînées par la Force Qods – sont réparties dans tout le spectre politique de l’Irak, des groupes totalement clandestins aux partis politiques ayant des liens indéniables avec les gardiens de la révolution.
 
Ces groupes comprennent:
 
– Ketaeb Hezbollah: KH a été formé au début de 2007 avec les agents les plus fiables de la Force Qods et les équipements les plus sensibles. Ses effectifs actuels sont d’environ 400 combattants.
 
Il est dirigé par un Irakien, Abu al-Mahdi Muhandis, de son vrai nom al-Jamal Ibrahim, un ancien combattant terroriste sous contrôle iranien qui est également conseiller du commandant de l’ombre d’Al-Qods, le général Suleimani Qassem.
 
Dans les années 1980, lorsque l’Iran menait une guerre secrète contre le régime de Saddam, al-Muhandis appartenait au parti extrémiste soutenu par l’Iran ad-Dawa, dont Maliki a été et reste un membre clé.
 
– Asaib Ahl al-Haq: AAH est apparu en 2006 à l’instar du Hezbollah libanais, l’agent le plus réussi de l’Iran dans le monde arabe. L’organisation a été construite autour de Qais al-Khazali, d’abord avec la milice armée du Mehdi dirigée par le chiite radical Moqtada Sadr.
 
Khazali et le vétéran du Hezbollah libanais Ali Moussa Dakdouk ont été capturés après avoir tué cinq soldats américains, mais relâchés plus tard en vertu d’un échange de prisonniers.
 
Knights dit que des commandants notoires des groupes spéciaux comme Abu Mustafa Al-Sheibani et Abou Deraa, qui avaient fui vers l’Iran, sont revenus sur le terrain avec l’AAH.
 
– La brigade du jour promis : La BJP est généralement considérée comme un groupe nationaliste chiite lié à l’Armée du Mehdi, mais opère contre les forces américaines, sans les contraintes politiques qui ont neutralisé l’organisation de Moqtada Sadr.
Knights, de l’Institut de Washington pour la politique du Proche-Orient, estime que « de nombreux éléments de l’APB, AAH et KH vont probablement être intégrés dans les forces de sécurité. »
 
Alors que les Américains sont susceptibles de devenir des cibles, « l’utilisation confessionnelle des groupes spéciaux pour cibler les opposants nationalistes sunnites pourrait une fois de plus devenir un problème », note Knights.
 
« Si la politique du gouvernement irakien traverse une « ligne rouge » (comme la présence américaine à long terme en Irak, le réarmement rapide ou la politique anti-iranienne du pétrole), les groupes spéciaux pourraient se retourner contre l’Etat irakien au service des intérêts iraniens. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe