dimanche, décembre 4, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafIran: Le camp d’Achraf en première ligne (Valeurs Actuelles)

Iran: Le camp d’Achraf en première ligne (Valeurs Actuelles)

 

Valeurs Actuelles – Par Gwenola De Geloes Irak , ce « nid d’opposants » est le bastion avancé de la résistance iranienne en exil. Bagdad et Téhéran aimeraient bien le détruire.Cent vingt haut-parleurs hurlent jour et nuit des menaces : « Nous allons mettre le feu à Achraf ! Ahmadinejad est un grand président et vous devez tous le suivre ! Vous allez bientôt voir comment les Irakiens vont attaquer et détruire le camp ! Nous pendrons chacun de vous ! »

 

Ce dispositif de guerre psychologique a été déployé par le gouvernement irakien, qui aimerait bien liquider ce nid de résistance de l’opposition iranienne en exil, installé à 100 kilomètres au nord de Bagdad et à 70 kilomètres à l’Ouest de sa frontière.Ce camp abrite 3400 membres de l’Organisation des moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), l’un des principaux mouvements iraniens d’opposition ; ces gens se définissent comme « des musulmans démocrates favorables à la séparation de l’Eglise et de l’Etat ». Ils sont la bête noire des mollahs iraniens autant que du régime irakien, qui aimerait bien en finir avec eux.

Les Achrafiens subissent depuis décembre 2008 un blocus et une très forte pression psychologique. Les malades ne sont plus soignés, leurs médicaments sont confisqués. En France, 5000 maires se sont publiquement indignés, le 24 novembre : « Nous appelons à la fin du blocus, à la reconnaissance des droits de la cité d’Achraf et à sauver d’urgence les malades menacés de mort à cause des restrictions imposées par les forces irakiennes et les agents du régime iranien. »

Afchine Alavi, membre de la commission des affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), estime que Bagdad obéit aux ordres de Téhéran : « En échange du démantèlement d’Achraf, l’Iran aide l’équipe irakienne à se maintenir au pouvoir. » Le CNRI affirme que les deux régimes partagent la même idéologie intégriste, la même allégeance au Guide suprême iranien. La présidente de l’OMPI, Maryam Radjavi, s’indigne : « Non au fascisme en turban, non à la lapidation, aux exécutions et aux amputations, non au voile obligatoire, à la religion obligatoire, au gouvernement imposé. »

L’ONU protège les résistants iraniens d’Achraf

Achraf regroupe des survivants des massacres perpétrés en Iran, d’anciens prisonniers politiques ou des personnes dont la famille a été décimée par la répression. Certains sont installés depuis plus de vingt-cinq ans pour manifester leur engagement à libérer l’Iran de la dictature religieuse et terroriste établie en 1979. « Chahr Achraf » la cité de l’honneur, disent-ils. Leur résistance opiniâtre est un « mauvais exemple » pour la jeunesse iranienne.

A l’origine, en 1986, ce n’était qu’un bout de désert. Le camp s’étend aujourd’hui sur 22 kilomètre carrés. C’est une grande cité avec des parcs, une université, une mosquée, une piscine olympique et un stade de foot, un centre commercial et une salle de concerts. On trouve même un zoo et un musée du Terrorisme et des Martyrs sur les horreurs du régime iranien.

L’ONU a accordé aux Achrafiens le statut de « personnes protégées », en vertu de la 4ième Convention de Genève. Le gouvernement américain avait aussi signé avec eux un accord dans lequel les habitants s’engageaient à être désarmés contre la protection des Etats-Unis, jusqu’au règlement de leur situation. Washington n’a pas tenu sa promesse. En janvier 2009, la sécurité d’Achraf était abandonnée aux forces irakiennes. Six mois plus tard, elles lançaient une attaque qui faisait 11 morts et 500 blessés graves.

« Le prétexte officiel était d’installer un poste de police, explique Afchine  Alavi. Mais l’objectif non avoué était de démanteler le camp, de massacrer ses habitants ou de les envoyer en Iran » où la mort les attendaient. » Achraf a tenu tête. « Plus personne ne doute que ce régime, dans sa phase terminale, va disparaître par la volonté des Iraniens. Achraf se trouve au premier rang de la lutte contre l’intégrisme religieux. Ce centre d’espoir a payé un lourd tribut ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe