mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran Résistance"En gagnant le combat en Iran, vous gagnerez pour tous ceux qui...

« En gagnant le combat en Iran, vous gagnerez pour tous ceux qui se battent pour la liberté dans le monde »- Jean-Pierre Brard

CNRI – Jean-Pierre Brard participait la semaine dernière à une conférence internationale à Paris à l’occasion du 36e anniversaire de la révolution de février 1979 en Iran. Organisée sur l’invitation du Comité français pour un Iran démocratique (CFID) et avec la participation de nombreuses personnalités internationales, la conférence s’intitulait « l’intégrisme islamiste, les racines, les solutions et le rôle du régime iranien ».

Dans son intervention, l’ancien maire de Montreuil et député honoraire, a déclaré:

« Je voudrais commencer par une citation du grand dramaturge allemand Berthold Brecht, qui disait que « ceux qui combattent ne gagnent pas toujours, mais ceux qui renoncent au combat, savent qu’ils ont déjà perdu ». Madame la Présidente Radjavi, vous faites partie de ceux qui ne renoncent jamais, c’est pour ça que vous gagnerez. Et en gagnant le combat en Iran, vous gagnerez pour tous ceux qui se battent pour la liberté dans le monde. Aujourd’hui une majorité de parlementaires est solidaire de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran, et Madame la Présidente vous le savez bien, ayant été plusieurs fois accueillie à l’Assemblée nationale.

Un grand homme politique français de la première moitié du 20ème siècle, Jean Jaurès – peut être le plus grand homme politique inspiré de la révolution française et de ses principes humaniste – disait que « le courage c’est de chercher la vérité et de la dire ». Il y a chez nous un texte fondamental, hérité de la révolution française, la loi de 1905 qui sépare la religion et l’État. L’article premier de cette loi, c’est la liberté de conscience avant tout autre liberté. Dans notre pays vous croyez en ce que vous voulez, à une condition de ne pas porter atteinte à la liberté des autres. Et ça c’est fondamental.

Dans ce pays, avec la séparation des pouvoirs, les juges sont chargés de dire la justice. Mais le juge Bruguière a été le chef de l’opération montée contre l’OMPI, au nom d’intérêts qui n’ont rien à voir avec l’image de la France. Le juge Bruguière fut un juge étrange. Il a géré des dossiers où il n’y a eu que des problèmes. Le dossier Karachi où plus d’une dizaine de Français se sont fait assassiner pour des affaires de contrats et de ventes d’armes, les comptes pour les rétrocommissions n’ont pas bien été tenus à jour. Dans l’affaire de Libye, la même chose. Dans l’affaire des moines de Tibérine où des prêtres ont été assassinés mais le gouvernement français ne veut pas faire de peine aux généraux algériens et on ne veut pas dire la vérité, donc on ferme le dossier, on ferme le dossier du Pakistan, on ferme le dossier de Karachi.

Pourtant il y avait des choses dans ces dossiers et comme il faut bien ouvrir des dossiers de temps en temps, on ouvre le dossier de l’OMPI. Il n’y a rien dedans mais là on va y mettre des documents, même si ce sont des faux, ça n’a aucune importance. La justice est lente chez nous mais il y a des juges intègres, par exemple le juge Marc Trévidic qui vous a rendu enfin justice. Ainsi la cause des Moudjahidine du peuple dans notre pays a pu progresser. Mais le peuple et les représentants du peuple sont toujours en avance sur le gouvernement.

Pour discréditer l’OMPI, qu’est ce que le gouvernement français a inventé : eh bien les Moudjahidine sont une secte. Moi qui étais l’un des deux responsables du parlement sur la question des sectes, et qui ai la réputation d’être un spécialiste sur cette question, je peux vous assurer que l’OMPI n’est pas une secte, c’est une organisation de combat, de résistance à une dictature sanglante.
Nous Français savons bien ce que vaut l’accueil des amis étrangers. Rappelons-nous Descartes, poursuivit du temps de Louis XIV et qui a été accueilli aux Pays-Bas, rappelons-nous le général De Gaulle, accueilli à Londres au moment de la lutte contre les nazis. Aujourd’hui les Moudjahidine iraniens sont ici et nous devons les soutenir. Donc il faut que le gouvernement français rattrape son retard sur le parlement français, sur le peuple français et qu’il honore son devoir qui résulte de notre héritage historique qui plonge ses racines dans la révolution française.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe