mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: EconomiePourquoi le lait maternisé est-il devenu rare en Iran ?

Pourquoi le lait maternisé est-il devenu rare en Iran ?

Pourquoi le lait maternisé est-il devenu rare en Iran ?

La pénurie de lait maternisé en Iran, qu’il s’agisse d’importations ou de production nationale, suscite l’inquiétude des parents. Ils doivent désormais s’inscrire pour obtenir du lait maternisé par le biais d’un système spécifique utilisant leur numéro d’identification national. Alors que cette pénurie touche les nouveau-nés du régime théocratique, les responsables de la production nationale expriment leurs objections à l’importation de lait maternisé.

Hani Tahvilzadeh, directeur de l’Association des producteurs de lait maternisé, a souligné le 17 octobre que « cela fait six mois que les devises étrangères n’ont pas été allouées à l’importation de lait maternisé. Cela a entraîné la fermeture de certaines unités de production de lait maternisé, et d’autres devraient fermer dans les mois à venir, bien que le lait maternisé importé soit trois fois plus cher que la production nationale. »

L’arrivée récente de quatre millions de boîtes de lait maternisé en provenance de Turquie a laissé les producteurs nationaux perplexes. En effet, les responsables de la production de lait maternisé reconnaissent que la demande a été satisfaite par la production de 61 millions de boîtes l’année dernière. Au cours des 15 dernières années, l’Iran n’a pas eu besoin d’importer de lait maternisé et en a même exporté vers les pays voisins.

Selon M. Tahvilzadeh, les usines nationales de lait maternisé ont la capacité de produire 117 millions de boîtes, soit près du double des besoins du pays. On peut donc se demander pourquoi il y a une pénurie de lait maternisé sur le marché, ce qui prive les enfants iraniens. Si l’allocation de devises pour les matières premières continue d’être refusée pendant les deux prochains mois, ce problème pourrait devenir une nouvelle crise pour le régime. En attendant, les réseaux de profiteurs cherchent à obtenir plus de devises pour importer des millions de boîtes de lait maternisé.

Le régime terroriste des mollahs a amené l’Iran à un point de rupture, et même le lait maternisé est devenu une crise. Sur cinq usines de production de lait maternisé, trois sont endettées en devises étrangères, une a arrêté sa production et la dernière devrait le faire dans les deux prochains mois.

La raison principale est que la Banque centrale n’alloue pas les devises étrangères nécessaires aux producteurs nationaux. Au lieu de cela, elles sont allouées à un taux trois fois supérieur à celui accordé aux importateurs soutenus par l’État pour compenser le manque de lait maternisé. Par conséquent, les citoyens iraniens reçoivent maintenant des coupons pour obtenir du lait maternisé, et ils sont obligés d’assister à cette situation déplorable avec le sort de leurs enfants en jeu.

La Banque centrale affirme que les usines nationales doivent 69,8 millions de dollars, soit l’équivalent de 3 000 milliards de tomans, en dettes en devises étrangères, et la Banque centrale n’a pas la capacité d’obtenir des devises étrangères pour le lait maternisé. Cependant, la Food and Drug Administration of Iran, qui est responsable de l’allocation de devises étrangères aux producteurs, a annoncé son accord pour importer 30 millions de boîtes de lait maternisé.

Le rationnement du lait maternisé ne se limite pas aux régions défavorisées comme la province du Sistan-Baloutchistan, mais touche d’autres provinces, y compris des quartiers de Téhéran. Depuis le 12 octobre, il est obligatoire de fournir une pièce d’identité nationale et la date de naissance du bébé aux pharmacies pour se procurer du lait maternisé.

L’agence de presse Fars, dirigée par les pasdaran, a confirmé que le lait maternisé anti-allergique fourni par le gouvernement était rare dans des villes telles que Qom, Ispahan, Machhad et Neyshabur, et même dans les pharmacies de Téhéran. S’il est trouvé, le prix du lait maternisé a doublé par rapport à l’époque où les taux de change préférentiels étaient en vigueur.

Par exemple, le lait maternisé « Nan », qui coûtait 43 000 tomans l’année dernière, coûte aujourd’hui 80 000 tomans. Le « Bebilac 1 » est passé de 40 000 à 72 000 tomans, et le lait maternisé « Hipp Organic » a bondi de 229 000 à 450 000 tomans.

Alors que la mafia gouvernementale néglige les importations destinées aux enfants démunis, les familles n’ont pas les moyens d’assurer l’alimentation de leurs enfants. Parallèlement, Ensieh Khazali, députée présidentielle chargée des affaires féminines, appelle impudemment les familles à avoir cinq ou six enfants pour accroître la « force nationale ».

Les appels répétés du Guide Suprême Ali Khamenei et d’autres représentants de l’État en faveur d’une augmentation des naissances ont amené les observateurs à se demander quand le régime devra finalement faire face aux répercussions de ses politiques préjudiciables à la population. Accablés par un ensemble de crises économiques, sociales et politiques, les tentatives désespérées du régime pour générer plus d’argent créent de nouvelles crises.