vendredi, avril 19, 2024
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsExécution d'un prisonnier sunnite au bout de 14 ans de détention en...

Exécution d’un prisonnier sunnite au bout de 14 ans de détention en Iran

Exécution d'un prisonnier sunnite au bout de 14 ans de détention en Iran
Qassem Abasteh

• 43 exécutions au cours des deux dernières semaines

• Appel urgent à mettre un terme aux exécutions et aux massacres par le fascisme religieux

Le dimanche 5 novembre au matin, les bourreaux des mollahs ont exécuté Qassem Abasteh, un prisonnier sunnite au bout de 14 années d’incarcération à la prison de Qezelhessar à Karadj. Qassem Abasteh avait été arrêté en décembre 2009 et soumis à de graves tortures pour lui extorquer des aveux forcés. En mars 2016, il avait été injustement condamné à mort sur la base d’accusations fabriquées de «guerre contre Dieu», «propagation de corruption sur Terre», «actions contre la sécurité nationale» et «propagande contre le régime» par le juge Mohammad Moghise’i (Nasserian). En juin 2018, sa condamnation à mort a été confirmée par le sinistre juge Abolqassem Salavati, surnommé «le juge potence».

Qassem Abasteh, qui souffrait d’un cancer de la thyroïde en prison, avait été privé des soins médicaux les plus élémentaires.

Le 28 octobre, un prisonnier de 20 ans, Behzad Davoudi, a été exécuté à Esfarayen. Le premier jour de novembre, les bourreaux de la prison de Qezelhessar ont exécuté un autre prisonnier, Majid Ertefa. Par conséquent, sept prisonniers ont été exécutés à Qezelhessar ce jour-là, dont six noms avaient déjà été annoncés dans des communiqués ultérieurs. Le nombre d’exécutions enregistrées au cours des deux dernières semaines s’élève désormais à 43.

Le fascisme religieux au pouvoir en Iran tente désespérément d’étouffer le soulèvement populaire et d’empêcher sa propre chute inévitable en procédant à des exécutions et à des massacres en Iran, ainsi qu’à des actions bellicistes dans la région. Cependant, ces crimes ne font qu’exaspérer davantage la population, attisant sa colère. La Résistance iranienne appelle à une action immédiate des Nations unies, de l’Union européenne et de ses États membres pour arrêter la machine à exécuter du régime des mollahs et sauver la vie des condamnés sur le point d’être exécutés.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 5 novembre 2023