lundi, juillet 22, 2024
AccueilActualitésActualités: EconomieIran : L'ancien secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale accusé d’avoir...

Iran : L’ancien secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale accusé d’avoir profité des sanctions

Iran : L'ancien secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale accusé d’avoir profité des sanctions

Alors que le régime des mollahs iraniens se prépare à ses élections présidentielles controversées, de nouvelles allégations sont apparues contre Ali Shamkhani, l’ancien secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale. Le site Rouydad24 a accusé Shamkhani d’exploiter les sanctions internationales à des fins personnelles par l’intermédiaire des entreprises de ses enfants, qui auraient profité de manière significative du contournement de ces sanctions.

Dans un article publié le 30 mai, Rouydad24 révélait que Shamkhani, que certains médias ont récemment identifié comme étant impliqué dans les négociations nucléaires iraniennes, avait des intérêts directs dans le maintien des sanctions. L’article intitulé « Un jour de plus de sanctions est une bénédiction » révèle que l’opposition de Shamkhani à la relance de l’accord nucléaire de 2015, également appelé Plan d’action global commun (JCPOA), à la fin de la présidence de Hassan Rohani, était motivée par ces intérêts financiers.

Le rapport souligne qu’à la fin de l’année 2020, l’administration de Rohani s’efforçait de saisir les dernières opportunités pour relancer le JCPOA. Un projet d’accord, connu sous le nom de « Projet Araqchi », du nom d’un ancien haut responsable du ministère des Affaires étrangères du régime, Abbas Araqchi, était prêt à être signé, mais les progrès sont au point mort. Selon Mahmoud Vaezi, ancien collaborateur de Rohani, Shamkhani constituait un obstacle important, tirant parti de sa position pour bloquer l’accord. Vaezi a également révélé que Rohani avait tenté à six reprises de destituer Shamkhani, mais sans succès en raison de la nécessité d’un accord entre le président et le guide suprême, Ali Khamenei.

Rouydad24 a en outre précisé que l’opposition de Shamkhani au JCPOA était évidente dès 2018, lorsqu’il a publiquement critiqué l’accord nucléaire de 2015 dans une interview avec NBC, alignant sa position sur celle de ceux qui considéraient l’accord comme une erreur. Selon le site, Shamkhani aurait déclaré : « Certains pensaient que signer l’accord nucléaire de 2015 était une erreur », et lorsqu’on lui a demandé s’il partageait ce point de vue, il a répondu : « Oui, je ne fais que suivre les opinions de ma nation, à savoir le peuple iranien. »

Le site ajoute : « Les récentes déclarations de Vaezi ont clarifié certaines informations concernant la démission de Shamkhani. Suite à l’incident de l’avion ukrainien abattu, le site Internet Entekhab a rapporté que Shamkhani était sur le point de démissionner. Cette nouvelle semble correspondre aux remarques actuelles de Vaezi, indiquant que Rohani a tenté de limoger Shamkhani et de le présenter comme une démission. Cependant, comme Vaezi l’a souligné, ces efforts ont échoué. À l’époque, Shamkhani avait répondu au rapport d’Entekhab en qualifiant le site Internet de « pseudo-média » qui fabriquait des mensonges et publiait des « informations basées sur certaines recommandations ».

Cette révélation intervient dans un contexte de luttes intestines et de luttes de pouvoir dans le paysage politique iranien, en particulier à l’approche des prochaines élections. Les appels de Khamenei à l’unité et à éviter les conflits entre factions semblent de plus en plus ignorés, alors que les révélations publiques de la corruption et des conflits internes continuent d’alimenter le mécontentement sociétal et d’amplifier l’indignation du public au sein de cette nation privée de ses droits et opprimée.