mardi, mai 28, 2024
AccueilActualitésActualités: EconomieLes sénateurs américains critiquent la politique iranienne de l’administration Biden

Les sénateurs américains critiquent la politique iranienne de l’administration Biden

Les sénateurs américains critiquent la politique iranienne de l’administration Biden

Lors d’une audience controversée tenue mardi 9 avril par la commission bancaire du Sénat américain, les sénateurs ont réprimandé de manière cinglante la politique iranienne du président américain, l’accusant d’avantager le régime en débloquant ses fonds. L’audience, intitulée Lutte contre le financement illicite, le terrorisme et l’évasion des sanctions, s’est concentrée sur les avantages financiers potentiels que le régime iranien a tirés des décisions de l’administration et a exploré des stratégies pour limiter ces concessions.

Dans son discours, le président Sherrod Brown a souligné l’implication préoccupante de Téhéran dans le financement d’activités terroristes au Moyen-Orient. Il a souligné le soutien de Téhéran à divers mandataires responsables d’actions déstabilisatrices dans la région. Brown a souligné que le financement de ces groupes par l’Iran constitue une menace importante pour la stabilité mondiale et la sécurité nationale américaine.

En outre, Brown a souligné la nécessité d’utiliser tous les outils économiques disponibles pour contrer le soutien de l’Iran au terrorisme. Il a souligné l’importance de refuser aux acteurs malveillants l’accès au système financier mondial afin d’empêcher le flux de fonds qui soutiennent les activités illicites et le terrorisme. Brown a indiqué que la commission sénatoriale des banques discuterait des stratégies de lutte contre le financement illicite, avec un accent particulier sur l’implication de l’Iran dans le financement de mandataires terroristes.

Le sénateur Robert Menendez a fait part de ses inquiétudes à Adewale O. Adeyemo, secrétaire adjoint au Trésor américain, en soulignant qu’en dépit d’importantes sanctions américaines, dont plusieurs qu’il a dirigées, des rapports indiquent que les exportations de pétrole brut de l’Iran ont bondi de près de 50 % en 2023, atteignant leur plus haut niveau en cinq ans à près de 1,3 million de barils par jour. Il a souligné que la majorité de ce pétrole, presque exclusivement, est expédiée vers la Chine. Selon le Congressional Research Service, une part importante de ces exportations est acheminée vers des raffineries de petite et moyenne taille, moins dépendantes du système financier américain. Il a soulevé des questions sur l’impact du fait que l’Iran trouve constamment des acheteurs disposés à vendre tout son pétrole en Chine sur l’efficacité des sanctions américaines et s’est enquis des mesures prises pour faire pression sur les entités chinoises important du pétrole iranien malgré les sanctions américaines.

En réponse, le secrétaire adjoint Adeyemo a expliqué que leur objectif principal avait été de perturber la capacité de l’Iran à vendre son pétrole en ciblant les intermédiaires. Il a souligné qu’au cours des dernières années, ils avaient imposé plus de 300 sanctions liées à l’industrie pétrochimique iranienne. En outre, il a mentionné qu’ils s’efforcent de garantir que même si l’Iran parvient à vendre son pétrole, il sera difficile de recevoir et de rapatrier les recettes dans son pays par le biais des systèmes financiers traditionnels. Il a ajouté que la surveillance étroite du flux de ces fonds était un autre domaine d’intérêt intense pour l’administration américaine.

Le sénateur Tim Scott (R-SC) a exprimé ses inquiétudes quant aux conséquences de la fourniture de ressources financières à l’Iran, déclarant : « Chaque dollar que cette administration donne à l’Iran est un autre dollar qui sera utilisé contre nos fils et nos filles. » Il a critiqué l’administration pour avoir réduit les obstacles aux transferts de fonds grâce à des mécanismes tels que les dérogations et les licences d’électricité.

'Are There Loopholes?': Katie Britt Presses Treasury Official About Iran Evading Sanctions

Les critiques se sont intensifiées à mesure que les sénateurs ont souligné le lien entre le terrorisme financé par l’Iran et les attaques récentes, comme le conflit en cours à Gaza. Le sénateur John Kennedy (R-LA) a accusé l’administration Biden d’agir comme le « meilleur ami » du régime en Iran, soulignant que les fonds fournis pourraient être utilisés pour acquérir des armes destinées à cibler les Américains et leurs alliés.

Au cours de l’audience, le secrétaire adjoint au Trésor américain, Adewale O. Adeyemo, a reconnu le risque associé au fait de fournir des fonds à l’Iran, déclarant que « tout dollar » mis à la disposition du régime en Iran « servira à financer ses activités violentes avant de traiter avec son peuple. » Il a souligné que le régime accordait la priorité à des entités telles que le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) plutôt qu’aux préoccupations humanitaires, citant l’utilisation abusive de fonds pour des activités malveillantes.