mercredi, février 21, 2024
AccueilActualitésActualités: EconomieLes conflits internes s’intensifient entre les hauts dirigeants iraniens, rapportent les médias...

Les conflits internes s’intensifient entre les hauts dirigeants iraniens, rapportent les médias d’État

Les conflits internes s’intensifient entre les hauts dirigeants iraniens, rapportent les médias d’État

Au milieu du tumulte médiatique entourant un nouveau scandale financier totalisant 3,7 milliards de dollars, impliquant des responsables gouvernementaux, la discorde au sein des plus hautes sphères du régime iranien a atteint de nouveaux sommets. Malgré les efforts du gouvernement d’Ebrahim Raïssi pour se présenter comme le lanceur d’alerte dans l’affaire de corruption de Debsh Tea Company, Gholamhossein Mohseni Ejeï, le chef du pouvoir judiciaire, a publiquement contredit les affirmations de l’administration.

Lors d’une réunion avec des étudiants le 7 décembre, Ejeï a déclaré : « Le gouvernement prétend avoir licencié 60 personnes impliquées dans l’affaire Debsh Tea, mais à ce jour, aucun dirigeant n’a été déféré à la justice ! »

Mohammad Mohajeri, membre du comité de rédaction de KhabarOnline, a écrit : « Le ministre de l’Économie, dont l’incompétence est largement connue, a révélé le rôle du gouvernement dans la corruption de 3,4 milliards de dollars du thé par ses déclarations irresponsables. En déclarant qu’il ne s’agit pas d’un problème nouveau et qu’il y a un canular médiatique à ce sujet, il a tenté de détourner l’attention en rejetant la faute sur les médias, mais sans succès. »

Mohajeri a poursuivi : « Maintenant, avec les déclarations du chef du pouvoir judiciaire, il est devenu clair que plus de 90 % de cette corruption s’est produite sous le gouvernement Raïsi. Mais plus important encore, ce gouvernement prétend l’avoir découvert et réglé ! Non seulement il en était incapable, mais des preuves et des indications montrent que le gouvernement a tenté de dissimuler cette corruption majeure. »

Suite à la divulgation publique de ces allégations, les proches d’Ebrahim Raïssi en attribuent la responsabilité au gouvernement précédent. Simultanément, les partisans de Hassan Rohani lancent une contre-attaque, se demandant pourquoi, si la corruption s’est produite pendant le mandat de Rohani, Raïssi, alors chef du judiciaire, n’a pas réagi.

Le 5 décembre, le site Internet officiel Ensaf News a déclaré : « Citant les récentes accusations portées par l’appareil de propagande du treizième gouvernement, une source proche de l’administration Rohani a déclaré : « Blâmer l’administration précédente pour toute lacune ou corruption avec des faits déformés » est une tactique sans fondement à laquelle le public n’adhère plus. Même si le rapport initial de l’Inspection nationale est clair, la révélation d’une violation majeure et l’intention du système judiciaire d’examiner en privé les affaires de corruption nécessitent une divulgation publique pour répondre aux questions persistantes. Si cette corruption a commencé en 2019, pourquoi le chef de l’Inspection nationale de l’époque, aujourd’hui assistant spécial du président, et l’actuel chef du pouvoir judiciaire, aujourd’hui président, ont-ils omis de le signaler aux autorités compétentes et de le rendre public ? à ce moment-là ? »

À l’inverse, plusieurs autres médias diffusent des contenus suggérant que la discorde entre le chef du pouvoir judiciaire et le pouvoir exécutif du régime iranien a des racines encore plus profondes.

Le 4 décembre, le journal public Rouydad 24 a exploré la querelle persistante entre ces deux hauts responsables dans un article détaillé intitulé « Quel est le désaccord entre Raïssi et Ejeï ?

L’article approfondissait les tensions de longue date entre Raïsi et Ejeï remontant à 2014. Selon cette source, les désaccords étaient suffisamment importants pour que lorsque Raïssi a assumé la présidence du pouvoir judiciaire en 2018, il ait tenté en vain de destituer Ejeï du poste de Premier adjoint.

Abordant l’un de ces différends, l’article a souligné les efforts déployés par les responsables du gouvernement de Raïssi pour rejeter la responsabilité de leurs propres politiques néfastes sur l’administration de Rohani. Rouydad 24 a en outre noté : « L’un des premiers signes de discorde a été la critique d’Ejeï à l’égard du gouvernement de Raïssi lors de la Conférence sur la protection de l’information, où il a indirectement ciblé Raïssi et son administration, déclarant : « Malheureusement, si nous supprimons le terme «gouvernement précédent » du vocabulaire de certains de ces messieurs aujourd’hui, ils n’ont plus rien à dire.’”

La source a en outre affirmé que les profonds désaccords entre les pouvoirs judiciaire, législatif et exécutif ont contribué au retard et à la non-approbation du soi-disant « projet de loi sur le hijab et la chasteté ».

L’article a ensuite souligné la phase actuelle du différend entre ces branches, déclarant : «Suite à la révélation par le pouvoir judiciaire de la « corruption d’un milliard de dollars » dans les importations de thé, le gouvernement d’Ebrahim Raïssi a affirmé que la découverte n’avait rien à voir avec le pouvoir judiciaire, soulignant que le gouvernement lui-même a découvert la corruption ! Le lundi 3 décembre, l’inspecteur spécial du président a déclaré : « Dans l’affaire du thé, le gouvernement a non seulement détecté la corruption, mais a également évincé les responsables concernés jusqu’au plus haut niveau et a transmis l’affaire au système judiciaire pour jugement. » L’intrigue s’est approfondie quand le pouvoir judiciaire y a déclaré que l’entreprise impliquée avait commis des fautes financières entre 2019 et 2021, couvrant au moins deux ans sous le gouvernement de Raïssi. Cependant, l’inspecteur spécial du président affirme que « les racines de la corruption et des fautes professionnelles dans la société impliquée dans les importations de thé remontent à l’année 2019 ».

Pendant ce temps, un autre média public souligne la discorde croissante entre le président du Parlement et le président du régime Ebrahim Raïssi.

Le 6 décembre, Etemad Online a rapporté : « Au cours de la session parlementaire d’hier, Mohammad Bagher Ghalibaf et Ebrahim Raïssi ont souligné l’unité et la coopération entre les pouvoirs législatif et exécutif, réfutant toute divergence existante. Néanmoins, le conflit entre les médias soutenant les deux dirigeants s’est récemment intensifié. »

Cette source a ensuite cité un éditorial du journal Sobh-e-No, aligné sur Mohammad Bagher Ghalibaf, qui écrit : « Certaines factions visent à perturber l’unité et la solidarité entre les dirigeants des branches du pouvoir. Compte tenu de l’état actuel du pays et de la détermination des trois branches à collaborer, il est crucial de contrecarrer la volonté propre des soi-disant super-révolutionnaires et d’affronter ceux qui, poussés par des sentiments partisans et des intérêts électoraux, cherchent à semer la discorde entre les trois branches du pouvoir et incite à la sédition parmi les responsables du système ».

Etemad Online a poursuivi : « Super-révolutionnaire est le terme utilisé par les proches de Ghalibaf pour décrire les partisans du gouvernement. Récemment, dans sa couverture des chefs des branches du pouvoir fréquentant les universités lors de la Journée des étudiants, Rajanews, un site Internet affilié au gouvernement, a constamment souligné la présence de Raïssi et critiqué Ghalibaf. Cela a donné lieu à un échange houleux, auquel Ghalibaf a répondu en déclarant qu’il ne pouvait pas être tenu responsable de la mauvaise gestion du parlement. Il s’est également moqué de Mohseni Ejeï, suggérant que s’il visitait l’Université d’Ardebil cette année, ce serait la première fois qu’il fréquenterait une université sans la transformer en bâtiment judiciaire. Cet échange a dégénéré en une confrontation verbale entre l’agence de presse judiciaire Mizan et Rajanews. De plus, le chef du département de presse parlementaire a critiqué Rajanews. En tant que l’un des fervents partisans du gouvernement d’Ebrahim Raïssi, Rajanews attaque systématiquement Ghalibaf et ses associés sous divers prétextes.

Tous ces conflits, diffusés à travers divers médias d’État, se déroulent à un moment où les trois chefs de pouvoir au sein du régime affirment que leur priorité absolue est d’aborder et de résoudre les problèmes du peuple. Cependant, un examen plus attentif de leurs quatre décennies de performance et des programmes de leurs factions au sein de l’establishment au pouvoir révèle que leur principale préoccupation n’est pas les problèmes du peuple mais de contrer la colère populaire contre des individus composant ce pouvoir qui ont contribué à la pauvreté et aux massacres durant ces 44 dernières années.