mercredi, février 21, 2024
AccueilActualitésActualités: EconomieLe projet de budget iranien pour l’année prochaine signale une pression accrue...

Le projet de budget iranien pour l’année prochaine signale une pression accrue sur la population

Le projet de budget iranien pour l’année prochaine signale une pression accrue sur la population

Le régime iranien a publié le projet de budget pour l’exercice 1403 (mars 2024-mars 2025), marquant une augmentation de 18,2 % du budget général du gouvernement, gérant les affaires du pays avec un total de 2 642 milliards de tomans.

Les principales sources de ce budget comprennent les impôts, les ventes de pétrole, les ventes de propriétés gouvernementales, les ventes d’obligations et les désinvestissements d’entreprises. Il convient de noter que la source de revenus la plus importante provient des impôts. Pour l’année à venir, le régime prévoit des recettes fiscales de 1 122 milliards de tomans, soit une augmentation de 50 % par rapport aux 749 milliards de tomans de l’année en cours.

Le régime vise à compenser cette augmentation substantielle des impôts en les prélevant sur les citoyens ordinaires. Selon les institutions financières du régime, plus de 95% des recettes fiscales, totalisant plus de 711 milliards de tomans, ont été collectées depuis le début de l’année en cours.

Alors que les recettes fiscales pour l’année en cours ont connu une augmentation de 65%, passant de 454 milliards de tomans à 749 milliards de tomans par rapport à l’année dernière, ce fardeau supplémentaire pesant sur la population, notamment dans le secteur de la production, a coïncidé avec la récession économique et l’inflation. Les gouvernements réduisent généralement les impôts en période de crise financière, mais le régime iranien fait le contraire, en augmentant les impôts de 50 %.

En revanche, malgré un taux d’inflation officiel oscillant autour de 50 %, le gouvernement d’Ebrahim Rïsisi ne prévoit d’augmenter le salaire minimum que de 18 à 20 %. Cet écart grandissant entre les salaires et les dépenses des ménages réduira encore davantage le pouvoir d’achat des citoyens.

Étant donné que le salaire minimum est d’environ 10 millions de tomans, le régime envisage d’imposer les personnes dont les revenus dépassent 10 millions de tomans. Avec un seuil de pauvreté d’environ 30 millions de tomans, cette mesure vise officiellement à appauvrir davantage la majorité de la société iranienne, garantissant ainsi au régime les ressources nécessaires à ses projets et à ses ambitions.

Étant donné que les statistiques officielles du régime indiquent un taux d’inflation persistant de 40 à 50%, probablement plus élevé en réalité, les impôts agissent effectivement comme une forme de taxe inflationniste. Cette réalité est évidente dans des exemples tels que les prix exorbitants des voitures en Iran par rapport à d’autres pays.

Par exemple, une Kia Optima 2017 en Iran coûte plus de 3 milliards de tomans, tandis que la même voiture se vend entre 300 et 400 millions de tomans aux Émirats arabes unis.

Le Toyota Aurion 2011 est actuellement vendu au prix de 4 milliards de tomans en Iran. Pendant ce temps, la même voiture à Dubaï coûte entre 250 et 300 millions, calculés en dirhams émiratis, l’équivalent de 14 000 tomans. Cela signifie qu’une voiture en Iran coûte 16 fois plus cher qu’à Dubaï.

Quant à la Benz E200 2017, son prix actuel en Iran dépasse les 10,5 milliards de tomans. La même voiture à Dubaï coûte 900 millions de tomans. Autrement dit, en Iran, c’est près de 12 fois plus cher qu’à Dubaï.

Cette tendance s’applique également largement à d’autres biens et produits. On peut en déduire que le régime iranien, tirant parti d’une inflation élevée, a gonflé les prix des voitures, obligeant les gens à utiliser des véhicules produits dans le pays. En raison du non-respect des normes, ces véhicules produits localement sont considérés comme très dangereux. De plus, en raison du taux élevé d’accidents sur les routes, les voitures fabriquées en Iran sont familièrement appelées « wagons de la mort ».

Il est clair que ces taxes sont exorbitantes, puisque les entités financières associées au Corps des Gardiens de la révolution islamique, qui contrôle 60 % du capital du pays, sont entièrement exonérées d’impôts. De même, les empires financiers comme l’Astan Qods Razavi, ainsi que d’autres institutions financières affiliées au guide suprême Ali Khamenei, bénéficient également d’une totale immunité fiscale. Ces extorsions fiscales auprès du peuple, dans une société au bord de l’explosion, peuvent être un catalyseur de nouveaux soulèvements populaires.

De plus, pour l’année en cours, les prévisions du régime concernant les revenus pétroliers étaient de 604 milliards de tomans. Cependant, pour 1403, ils ont réduit ce chiffre à 585 milliards de tomans, ce qui indique que les affirmations du régime concernant des ventes de pétrole record et le retour des fonds sont principalement à des fins promotionnelles. Le gouvernement Raïssi reconnaît que les revenus pétroliers de l’année prochaine seront encore moindres.

En résumé, le projet de budget pour le prochain exercice budgétaire suggère que le régime iranien intensifie le fardeau financier qu’il fait peser sur la population, en s’appuyant fortement sur l’augmentation des impôts pour financer ses projets, tout en faisant face à des défis économiques tels que la récession et une inflation élevée.