mercredi, mai 22, 2024
AccueilActualitésActualités: EconomieLa crise économique s’aggrave en Iran

La crise économique s’aggrave en Iran

La crise économique s’aggrave en Iran

La crise économique actuelle en Iran a amené les responsables du régime à se lancer dans un jeu de reproches et mettant en garde contre les conséquences potentiellement désastreuses des troubles sociaux.

Reza Kangari, président du syndicat des banquiers alimentaires de la province de Téhéran, a souligné la hausse des prix au cours de la nouvelle année lors d’un entretien avec le site Internet Entekhab : « Bien qu’un seul mois se soit écoulé en 1403 [calendrier iranien], nous avons assisté à une augmentation des prix des denrées alimentaires. »

Il a noté une augmentation constante des coûts d’année en année, les attribuant à diverses dépenses ayant un impact sur la production. Kangari a souligné la hausse de 30 % des prix des produits alimentaires au cours des deux dernières semaines.

Lors de discussions avec l’agence de presse officielle ILNA, le député Masoud Pezeshkian a imputé la crise à la politique économique de l’administration d’Ebrahim Raïssi: « Ils étaient censés contrôler l’inflation, résoudre la récession économique, stabiliser le taux de change et même réduire la tendance des prix, eh bien, que s’est-il passé ?

Mettant en garde contre les conséquences pour le régime, Pezeshkian a ajouté : « Les gens subissent désormais une immense pression, et ils ne peuvent supporter cette pression que dans une certaine mesure. Une fois que cette limite est dépassée et qu’ils n’ont plus les moyens de vivre, la seule voie à suivre ne sera pas la bonne. »

Mohammad Mohajeri, membre du comité de rédaction du site d’information Khabar Online, a fait écho à des sentiments similaires le 8 avril, critiquant l’incapacité du gouvernement à contrôler la crise : « Ce gouvernement a battu des records en promettant et en ne tenant pas ses promesses, en particulier dans les secteurs de l’économie et des relations extérieures.»

Mohajeri a également souligné la détérioration des conditions économiques, illustrée par la flambée des taux du dollar et la situation instable des marchés de l’or et des devises.

Shahriar Heydari, actuel député et candidat disqualifié lors des élections simulées du régime, a considéré le remaniement ministériel comme une condition nécessaire pour que Raïssi reste au pouvoir. Heydari a déploré le manque de responsabilité concernant les hausses de prix, personne n’étant disposé à accepter la responsabilité des conditions qui prévalent.

Pendant ce temps, l’ancien président du régime, Hassan Rohani, est intervenu, attribuant la responsabilité à toutes les factions du régime. Lors d’une réunion avec le comité de rédaction du journal Etemad, Rohani a affirmé : « Les groupes au pouvoir actuels manquent d’un contexte et de racines historiques significatives. Beaucoup d’entre eux n’ont même pas participé à la révolution. » Il a en outre critiqué la concentration du pouvoir au sein de ces groupes, affirmant qu’ils pouvaient essentiellement faire ce qu’ils voulaient.