mardi, mai 28, 2024
AccueilActualitésActualités: FemmesUne conférence au PE sur le combat des femmes pour renverser le...

Une conférence au PE sur le combat des femmes pour renverser le régime en Iran

Le mardi 9 avril, une conférence intitulée « Porteuses du flambeau du changement : soutenir la longue lutte des femmes en Iran » s’est tenue au Parlement européen à Bruxelles, présidée par l’eurodéputée Radka Maxová, vice-présidente de la commission des droits des femmes et de l’égalité des genres au Parlement européen.

La réunion, qui a également accueilli des représentantes d’associations iraniennes dans divers pays européens, a souligné l’importance de la solidarité internationale pour faire avancer la cause des femmes iraniennes.

Participant à distance à la conférence, Maryam Radjavi, présidente-élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a déclaré : « La réalité la plus significative est la résistance des femmes iraniennes qui protestent contre un tel régime. La résistance des Iraniennes est un exemple remarquable dans l’histoire moderne. Ces 45 dernières années, des dizaines de milliers d’Iraniennes ont été torturées ou exécutées pour la liberté de leur peuple. »

« La présence des femmes à l’avant-garde des soulèvements, dont le monde a été témoin en 2022, a une telle histoire. Dans ce contexte, les femmes d’avant-garde en Iran ont été en mesure de prendre la tête d’une résistance organisée dans le pays et à l’étranger et elles rejettent toutes formes de la dictature, soit chah soit les mollahs. Cette évolution témoigne d’un profond changement culturel et social au sein de la société iranienne, qui aura certainement un effet profond sur l’avenir de l’Iran et des sociétés musulmanes. »

« Le leadership des femmes représente une nouvelle stratégie pour changer les relations dans les sociétés modernes contre la corruption, la pauvreté et la destruction de l’environnement et pour activer les capacités sociales à aller de l’avant. L’émergence des femmes et de leur leadership dans la résistance est une condition essentielle à la libération de tous les Iraniens du joug de la tyrannie et du fondamentalisme. Une société où les femmes ont les mêmes droits et mêmes libertés, où la contrainte religieuse ne peut être imposée. Nous pensons que les femmes d’avant-garde finiront par vaincre la dictature religieuse en Iran. Leur participation active et égale à la direction politique est essentielle pour la démocratie. »

Dans son discours, l’eurodéputée Radka Maxová a souligné la situation désastreuse à laquelle sont confrontées les femmes et les filles en Iran, où elles sont traitées comme des citoyennes de seconde zone et soumises à la discrimination et à des violences systémiques. Elle a cité les rapports du Rapporteur spécial des Nations Unies sur l’Iran et de la mission UN FACT, qui ont documenté les exécutions, les violations des droits humains et les crimes contre l’humanité perpétrés par le régime, ciblant particulièrement les femmes et les filles.

Malgré ces défis, l’eurodéputée tchèque a salué la résilience des femmes et des filles iraniennes qui organisent et dirigent des mouvements de résistance à travers le pays. Elle a souligné l’importance de soutenir le Plan en dix points de Radjavi pour « une république démocratique en Iran, qui prône l’égalité des sexes, la séparation de la religion et de l’État, l’abolition de la peine de mort et un Iran non nucléaire ».

L’eurodéputée Maxová a appelé le Conseil, les États membres et le Parlement à reconnaître la réalité de la lutte des femmes iraniennes et à prendre des mesures concrètes pour soutenir leurs aspirations. Elle a appelé à une plus grande responsabilisation et à des poursuites à l’encontre des responsables de violations des droits de l’homme en Iran dans le cadre des mécanismes existants de l’ONU.

L’eurodéputé Javier Zarzalejos, chef de l’intergroupe des Amis d’un Iran libre, a exprimé sa profonde admiration pour le leadership de Maryam Radjavi et a souligné l’importance des initiatives pour les droits et la liberté des femmes.

L’eurodéputé Zarzalejos a souligné l’importance de reconnaître la dignité de tous les êtres humains, quel que soit leur sexe, et a félicité Mme Radjavi pour ses efforts visant à autonomiser les femmes iraniennes. Il a affirmé que son plan en dix points s’aligne sur la vision d’un Iran démocratique, pluraliste et égalitaire prônée par le CNRI. Il a souligné la prise de conscience mondiale croissante de la nature oppressive du régime iranien, en particulier de ses actions bellicistes et déstabilisatrices au Moyen-Orient.

L’eurodéputé espagnol a estimé que l’initiative de Radjavi était une étape cruciale dans la promotion des objectifs du CNRI et le renforcement de sa présence internationale. Il a conclu en exprimant sa fierté de se tenir aux côtés de femmes fortes et autonomes comme les Iraniennes en quête de justice et d’égalité.

Lors de son discours, l’eurodéputée Dorien Rookmaker a salué Maryam Radjavi en tant qu’une source inspiration pour les femmes du monde entier. S’appuyant sur ses propres expériences lors de la conférence à l’occasion de la Journée internationale des femmes à Paris, l’eurodéputée néerlandaise a raconté l’atmosphère puissante de solidarité et d’objectif commun entre les femmes d’horizons divers, soulignant le large soutien au mouvement d’opposition iranien.

Réfléchissant à l’importance historique de la résistance des femmes en Iran, l’eurodéputée Rookmaker a rappelé les énormes sacrifices consentis par les femmes iraniennes dans la quête de la liberté et de la démocratie. Condamnant la répression systématique et la misogynie du régime iranien, elle a souligné l’importance de reconnaître la force et la résilience des Iraniennes face à la dictature intégriste.

L’eurodéputée Rookmaker a porté son attention sur le cas de Maryam Akbari-Monfared, symbole de courage et de persévérance face à l’injustice. Elle a appelé à la solidarité internationale pour réclamer justice pour Maryam Akbari-Monfared et toutes les personnes injustement emprisonnées par le régime.

En conclusion, l’eurodéputée Rookmaker a assuré son soutien indéfectible au Plan en dix points de Radjavi pour un Iran libre et démocratique et a appelé à des efforts concertés pour tenir le régime responsable de ses violations des droits de l’homme. Elle a noté l’urgence de renverser le régime oppressif en Iran et a exprimé sa confiance dans le triomphe éventuel de la démocratie et de la liberté.

L’eurodéputée Margarita de la Pisa Carrión a exprimé sa solidarité avec les femmes et les filles courageuses d’Iran qui sont à l’avant-garde de la lutte pour la liberté et la démocratie. L’eurodéputée espagnole a également exprimé son admiration pour le leadership de Maryam Radjavi pour faire avancer la cause des droits de l’homme en Iran.

Rappelant la riche histoire de la civilisation iranienne, l’eurodéputée Carrión a déploré le despotisme de plusieurs décennies par un régime fondamentaliste, qui a privé les femmes de leurs droits fondamentaux. Elle a souligné l’héritage de 120 ans de lutte pour la liberté et l’égalité menée par les femmes iraniennes, soulignant leur résilience face à l’adversité.

L’eurodéputée Carrión a rendu hommage aux actes de résistance menés par les femmes dans l’opposition iranienne, qui ont enduré le viol, la torture, la répression et l’exécution dans leur quête de justice. Elle a salué leur engagement sans faille en faveur de la cause de la liberté et de l’égalité, soulignant leur présence continue en première ligne des manifestations en Iran ces dernières années.

En conclusion, la députée européenne Carrión a appelé l’Union européenne et la communauté internationale à reconnaître les aspirations du peuple iranien, exprimant l’espoir d’une célébration prochaine de la liberté à Téhéran même.

L’eurodéputé Petras Auštrevičius, de la Commission des Affaires étrangères du Parlement européen, a exprimé sa profonde préoccupation face aux violations des droits de l’homme et aux conflits en cours en Iran. Soulignant la suppression des droits politiques et de la liberté d’expression par le régime, il a condamné la pratique barbare des exécutions publiques et a appelé à ce que les responsables rendent des comptes.

Établissant des parallèles entre les régimes oppressifs d’Iran et d’Afghanistan, l’eurodéputé lituanien a dénoncé leurs efforts pour faire taire les voix dissidentes, ciblant particulièrement les femmes. Il s’est dit alarmé par la collaboration potentielle entre ces régimes et a appelé à un examen minutieux et à une action internationale.

Réfléchissant au rôle de la jeune génération dans la lutte pour la liberté, le député européen Auštrevičius a félicité Mme. Radjavi pour son leadership et ses initiatives, exprimant l’espoir d’un activisme et d’un engagement plus assidus de la part du Parlement européen. Il a souligné la responsabilité collective de lutter contre la répression en Iran et de soutenir les aspirations du peuple iranien pour un avenir de liberté.

Dans son discours, l’eurodéputé Leopoldo Lopez Gil a exprimé sa gratitude pour la force et la détermination de femmes iraniennes et a souligné son soutien indéfectible à la liberté de l’Iran et l’émancipation des femmes.

Dans une sincère expression de solidarité, l’eurodéputé hispano-vénézuélien a affirmé son engagement à se tenir aux côtés des femmes iraniennes courageuses dans leur quête de liberté et de justice. Il a remercié Mme. Radjavi pour son combat et son leadership, soulignant l’impact de ses efforts sur la scène iranienne.

L’eurodéputé Francisco Guerreiro a souligné l’importance de considérer la gestion de l’environnement et des ressources dans le contexte des crises en Iran. Il a souligné le rôle essentiel des femmes et de la jeune génération dans la gestion des ressources essentielles comme l’eau et dans la garantie d’un avenir durable pour tous.

L’eurodéputé portugais a souligné l’importance de soutenir les initiatives qui promeuvent les droits et libertés des femmes, les reconnaissant comme des éléments fondamentaux pour une transition juste et équitable en Iran. Il a exprimé sa gratitude pour le combat des Iraniennes et a réitéré son engagement aux côtés de tous ceux qui luttent pour la justice et la liberté en Iran.