vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsEbrahim Raïssi, un des auteurs du massacre de 1988 en Iran nommé...

Ebrahim Raïssi, un des auteurs du massacre de 1988 en Iran nommé chef du pouvoir judiciaire

Ebrahim Raïssi, un des auteurs du massacre de 1988 en Iran nommé chef du pouvoir judiciaire

Le porte-parole du pouvoir judiciaire du régime iranien a confirmé qu’Ebrahim Raïssi a pris le relais du mollah Sadeq Amoli Larijani à la tête du pouvoir judiciaire.

Raïssi était procureur adjoint de Téhéran et membre clé de la célèbre « Commission de la mort » dans la capitale iranienne qui a supervisé les exécutions massives de prisonniers politiques durant le massacre de 1988.

Plus de 30 000 prisonniers politiques, dont la grande majorité appartenait au principal groupe d’opposition démocratique de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK), ont été exécutés en l’espace de quelques semaines durant l’été 1988 à la suite d’une fatwa du chef suprême du régime, Ruhollah Khomeiny. Cette fatwa décrivait les membres et partisans de l’OMPI comme des Mohareb (en guerre contre Dieu) et condamnés à mort.

Amnesty International a publié un rapport de 200 pages en décembre 2018 intitulé « Iran : Des secrets sanglants », dans lequel il détaille le rôle clé de Raïssi en ordonnant les exécutions massives en 1988.

Raïssi est actuellement à la tête de la fondation Qods Razavi, l’un des conglomérats les plus riches du régime. Il est également président du comité directeur de la cinquième assemblée d’experts et membre du Conseil du Discernement des intérêts du régime.

Né à Mashhad en 1960, il est entré au séminaire de Qom à l’âge de 15 ans. Après la révolution de 1979 qui a évincé le Shah, Raïssi est devenu procureur de Karaj à l’âge de 20 ans. Plus tard, il est devenu procureur de la province de Hamedan. En 1985, à l’âge de 24 ans, il s’installe dans la capitale et devient procureur adjoint de Téhéran. En 1988, à l’âge de 27 ans, Raïssi a été nommé membre de la Commission de la mort de Téhéran, envoyant des milliers de prisonniers politiques à leur mort.

Dans une cassette audio enregistrée au milieu du massacre de 1988, l’ayatollah Montezri, alors 1er député de Khomeini, est entendu crier à la Commission de la mort de Téhéran pour s’indigner des ordres d’exécution massive des prisonniers politiques. « La plus grande atrocité de la République islamique, pour laquelle l’histoire nous condamnera, a été commise par vos mains et, à l’avenir, vos noms resteront dans l’histoire comme des criminels « , a déclaré M. Montazeri à Raïssi et à trois autres membres du Comité de la mort de Téhéran.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe